Contre la mort du sport pour tous !

En entraineur de l'US Val de Couze Chambon

En entraineur de l’US Val de Couze Chambon – Crédits photos Thierry. R

J’ai signé la Pétition « Sport pour tous, tous pour le sport du Conseil National Olympiques et Sportifs Français (CNOSF) », qui s’oppose à une politique menée par le Gouvernement, en matière sportive. Je vous invite à en faire de même et à prendre du temps pour lire l’étude « les effets du mouvement sportif sur la société française et son économie ». Elle estime que le mouvement sportif français pèse 11,69 milliards d’euros, hors valorisation de la ressource humaine bénévole, appréciée dans une fourchette située entre 5 et 10 milliards d’euros.

 

Au-delà de cette signature, je tenais à rappeler certains éléments.

Le Gouvernement a annoncé fortement baisser le budget dédié au sport lors du débat budgétaire (loi de Finances 2019), quelques jours après le congrès du CNOSF qui a réuni 82 fédérations dont 34 olympiques (sur 36) et 65 comités régionaux et départementaux Olympique et Sportif (CROS et CDOS). Cela est tout bonnement inadmissible.

Du « formidable » concernant l’obtention des Jeux olympiques et paralympiques en 2024, nous passons au « désastre ».

Paris 2024 correspond au grand objectif du sport français d’atteindre 80 médailles olympiques. Comment atteindre cet objectif dans 6 ans quand, dans le même temps, il y a une baisse du budget des Sports pour 2018 de 7% et une annonce de baisse de plus de 6% pour 2019 ? Sans parler de la suppression de 1 600 postes d’éducateurs sportifs. C’est tout simplement impossible.

Bénévole associatif et notamment sportif à différents niveau, joueur, entraineur puis responsable depuis très jeune, je sais ce que le milieu sportif peut apporter. J’invite nos responsables politiques à venir y faire plus qu’un tour pour qu’ils se rendent compte de l’investissement de milliers de français pour nos jeunes.

Match de l'ASR Handball 2ème tour de la coupe de France

Match de l’ASRomagnat Handball 2ème tour de la coupe de France – Crédits A.C.

Sans ces milliers de clubs, grands ou petits, nous ne pouvons pas avoir de champions. Faut-il rappeler que tous, avant d’être des professionnels et de grands champions, sont passés par ces petites structures ? Des clubs qui structurent des villages ruraux, des villes et des quartiers populaires en permettant de tisser du lien social. Je tiens à rappeler au Gouvernement que les clubs sportifs amateurs ne sont pas utiles seulement pour faire un coup de communication à l’Elysée. Ils sont utiles pour former, porter, supporter et enfin sortir de nombreux jeunes prodiges comme N’Golo Kanté, qui jusqu’à 20 ans jouait en amateur.

En allant sur le terrain, ils verraient que c’est bien plus que du sport, c’est une école de la vie où l’on nous transmet des valeurs et où l’on forme des citoyens. Je n’arrive pas à comprendre le but de baisser les moyens alors qu’on vient d’obtenir l’organisation des JO.

Le sport est une véritable politique publique très bénéfique pour notre pays. Malheureusement, certains veulent assécher le mouvement sportif, le privatiser, dans ce culte de l’argent, empêchant ainsi que chacun et chacune, d’où qu’il ou elle vienne, ait accès au sport, qu’il soit de loisir ou de haut niveau.

La gauche au Gouvernement a toujours intégré le sport comme une véritable politique publique : De la célèbre taxe dite « Buffet » sur les droits de retransmissions sportives allant aux milieux amateurs, à l’accueil de nombreux évènements sportifs européens et international, la hausse de 20% des crédits pour le développement de la pratique sportive adaptée, la reconnaissance du sport comme un « facteur de prévention santé »  et la lutte contre le dopage.

Face à la montée en puissance de l’obésité, de la sédentarité et de l’individualisme, si la solution qu’apporte le gouvernement est de mettre à mal l’activité sportive et de laisser les gens dans leur canapé, je ne sais pas à quoi va ressembler notre société dans quelques années.

Pour conclure, je citerai un grand sportif Kévin Mayer, récent recordman du monde du décathlon, car je partage totalement ses interrogations : « J’ai peur pour l’avenir du sport français. J’ai toujours eu l’impression qu’on voulait de grands sportifs, mais qu’on ne s’en donnait pas les moyens ».

Match ORCA - Sassenage (stade M.Brun)

Match ORCA – Sassenage (stade M.Brun) – Crédits photos A.C.

 

Publicités

Rio 2016 : des jeux et des enjeux

Logo des Jeux Olympiques 2016 à Rio - Crédits photo CIO

Logo des Jeux Olympiques 2016 à Rio – Crédits photo CIO

Un mois après la fin des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio de Janeiro, nous pouvons nous réjouir de la véritable réussite pour l’équipe de France que ce soit les athlètes valides avec plus de 42 médailles – un record ! – (10 or, 18 argent et 14 bronze) ou que ce soit les athlètes paralympiques avec 28 médailles (9 or, 5 argent et 14 bronze).

Mais il ne faut pas occulter que cette fête mondiale du sport a failli être un fiasco avec les nombreux retards de travaux, l’explosion des coûts de ces derniers et du coup le non financement d’une partie des Jeux Paralympiques (certaines petites délégations n’ayant pu participer).

Il ne faut pas occulter non plus, le problème et paradoxe récurrent des évènements sportifs internationaux dans certains pays où la population est assez pauvre. Les brésiliens ont fortement financés les installations et équipements des jeux olympiques sans en voir véritablement les bénéfices dans leur vie de tous les jours et sans pouvoir profiter pleinement des jeux.

Il est donc nécessaire que les organismes internationaux et les pays mènent une véritable réflexion pour mettre fin à cette manière de faire qui aboutit à un fort endettement des pays pour des installations rarement réutilisées et qui deviennent des friches comme notamment ceux réalisés à Athènes en 2004.

Réception de médailles olympiques et paralympiques de Rio 2016 à l'Elysée - Crédits photo Elysée

Réception de médailles olympiques et paralympiques de Rio 2016 à l’Elysée – Crédits photo Elysée

Pour en revenir au sport, au-delà de la mise en lumière des bons résultats de l’équipe de France olympique, je souhaite mettre en lumière aussi l’esprit paralympique.

Grâce à France télévisions qui a diffusé pendant plus de 100 heures les jeux paralympiques, nous avons pu rêver et surtout voir à quel point la volonté permet de faire de grandes choses quelques soient les problématiques et le handicap. Nous avons aussi pu voir que le sport permet à ces athlètes de prendre leur revanche sur la vie et de lutter contre des préjugés qui font du handicap un incapacitant à toute activité normal telle que le travail ou le sport.

De plus, France Télévisions a cherché à être le plus pédagogique possible pour expliquer les adaptations des sports que l’on connait aux différents handicaps des athlètes ainsi qu’aux différents niveaux de handicap. De quoi faire découvrir au plus grand nombre le sport paralympique et valoriser les performances sportives au même titre que pour les athlètes valides.

Enfin, en plus de nous donner une belle tranche de vie, les jeux paralympiques ont donné une bonne leçon éthique aux jeux olympiques et au CIO, en suspendant le Comité paralympique russe et l’ensemble de ses athlètes, à la suite du scandale de dopage d’Etat qui a vu le jour plusieurs mois avant les jeux.

Logo de la candidature au JO 2014 de Paris

Logo de la candidature au JO 2014 de Paris

Espérons maintenant que la France et Paris seront retenues pour organiser les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 afin de mettre un peu plus en valeur les sportifs qu’ils soient valides ou non et l’amour de leurs sports. Cet évènement permettra à n’en pas douter à certaines personnes de sauter le pas pour se mettre au sport.
Je le souhaite aussi parce que l’impact d’un tel évènement a été réfléchi dans une volonté affichée de long terme et non ponctuelle pour l’évènement.

 

Weekend sportif à Romagnat

Dimanche dernier (26 octobre), je suis allé supporter l’équipe de handball de Romagnat qui jouait son 2ème tour de coupe de France. Premier match de la nouvelle saison où je vais et premier constat : le renouvellement de l’équipe a été réussi avec l’arrivée de jeunes dans le club.

La première mi-temps a été brouillonne de part et d’autres, beaucoup de gâchis de l’AS Romagnat devant le but, sûrement dû au manque d’automatisme du début de la saison.

Le niveau du match s’élève durant la deuxième mi-temps. Le match a même commencé à être tendu avec de nombreuses fautes et cartons jaunes. Les dix dernières minutes dans les tribunes, on sentait que le match pouvait basculer à tout moment et ce fut le cas à 2minutes de la fin du match. Score à 15-15 à 2minutes de la fin, l’ASR Handball écope d’un avertissement de 2minutes qui les mets en infériorité numérique jusqu’à la fin du match. Cette position, au lieu d’affaiblir les joueurs jaunes et noirs, va les sur-motiver : en 2 minutes, grâce à mon ami Antoine Raturas, ils mettront 3 buts sans en prendre un seul.

Avec cette victoire acquise sur le fil du rasoir, le club se rassure et va pouvoir participer au prochain tour de la coupe de France.

Match de l'ASR Handball 2ème tour de la coupe de France - Crédits A.C.

Match de l’ASR Handball 2ème tour de la coupe de France – Crédits A.C.

Après cette victoire, dans un match parfois terne, mais où les supporters ont été tout le match derrière nos jaunes et noirs, je suis ensuite allé supporter un de nos clubs sportifs romagnatois qui est surement notre plus grande fierté, l’Ovalie Romagnatoise Clermont-Auvergne (ORCA).

En effet, le club de rugby féminin vient dernièrement d’être labélisé « Femmes et Sport », beau cadeau pour ses 40 ans d’existence et 20 ans après son premier titre de championne de France.

Contre Maison-Laffitte, le match de l’équipe fanion s’est déroulé sous un grand soleil au sein du stade Michel Brun. De nombreuses personnes avaient fait le déplacement pour soutenir l’ORCA.

La première mi-temps a été très jouée : les Romagnatoises trouvaient souvent des intervalles entre les lignes des visiteuses mais n’arrivaient pas à conclure. Cette domination s’est ressentie avec un score de 6 à 0 à la mi-temps.

La seconde mi-temps a été beaucoup plus compliquée : en encaissant un essai dès le retour du vestiaire suivi de deux autres. Malgré la combativité des filles, elles ont pâti d’un arbitrage vraiment limite (notamment un essai refusé dans les dernières minutes) ne leur permettant de sortir victorieuses du match.

La saison semble prometteuse tout de même en étant toujours 3ème du classement du Championnat de France Elite 2.

Match ORCA-Maison Laffitte 26/10/2014 - Crédits A.C.

Match ORCA-Maison Laffitte 26/10/2014 – Crédits A.C.