106ème commémoration de l’assassinat de Jean Jaurès

Comme chaque année, les socialistes commémorent l’assassinat de Jean Jaurès. Je n’ai malheureusement pas pu me rendre au square de la Jeune Résistance à Clermont-Ferrand, pour cela.

Cette commémoration permet de saluer la mémoire d’un homme qui a lutté toute sa vie pour l’union de la gauche, permettant de nombreuses avancées sociales pour les ouvriers.

La commémoration salue également le fervent républicain, l’humaniste, dont la parole serait bien utile dans ces temps troubles.

Nous commémorons aussi un pacifiste luttant contre le nationalisme, dont le combat pour la paix lui a d’ailleurs couté la vie à la veille du début de la Première Guerre mondiale. Au vue de l’actualité mondiale, il se serait, à coup sûr, mobilisé contre le génocide des Ouïghours par le gouvernement chinois, comme il s’était élevé contre le génocide arménien mené par l’empire ottoman entre 1894 et 1896.

Jaurès PS 2020

En sa mémoire et en celles des nombreux militants de gauche, qui se battent depuis des décennies, il est urgent de créer un rassemblement de la gauche du 21ème siècle sur des bases socialistes fortes. Ce rassemblement ne doit pas rester de façade pour la présidentielle, élection qui rend fou. L’union sur des idées et des combats qui nous rassemblent – et non pas comme certains le souhaitent actuellement derrière une personne ou un parti soit disant providentiel – est impérative.

J’en terminerai, en invitant les citoyens de gauche, à soutenir le journal L’Humanité, crée par Jean Jaurès. Ce journal n’est pas toujours tendre avec les socialistes, mais avec sa liberté, permet de se remettre en cause et a aussi parfois un rôle de lanceur d’alerte, important pour le bon fonctionnement de notre démocratie. Pour le soutenir, vous pouvez vous abonner, l’acheter occasionnellement ou souscrire pour un bon de soutien du journal et de la Fête de l’Humanité annulée cette année.

Faisons connaissance !

crédits Ludovic Piron

crédits Ludovic Piron

Anthony COURTALHAC

Membre du Conseil Fédéral du Parti Socialiste du Puy-de-Dôme

Suppléant à la Commission Nationale de Contrôle Financier du Parti Socialiste

Président des Jeunes Européens Auvergne

Romagnatois depuis ma naissance, en 1990, j’ai suivi ma scolarité tout d’abord à l’école maternelle et primaire Jacques Prévert de Romagnat, puis au collège Joliot Curie d’Aubière. J’ai aussi fréquenté les associations de notre commune : le FLEP en faisant du Karaté-Yoseikan Budo pendant trois ans et l’ASR Football en jouant pendant plus de 10 ans ainsi qu’en entrainant les jeunes pendant trois années.

Ma jeunesse, je l’ai passée entre Romagnat et Aubière : au terrain de football, au parc municipal, au skate-park d’Aubière ou dans les différents chemins du canton à vélo ou à pied pour de longues promenades entre amis et en famille.

J’aime ce territoire que je connais dans les moindres recoins. Ce territoire, à la fois urbain et rural que l’on appelle souvent « notre ville à la campagne ». Ce territoire humainement riche et engagé avec un tissu associatif extrêmement développé qui fait rayonner notre canton.

 Je m’intéresse depuis l’âge de 6 ans à l’actualité et à la chose publique à travers des lectures, le visionnage de documentaires mais surtout en échangeant avec les gens.

Mon premier contact militant fut en 3ème lors des manifestations contre la réforme LMD de l’enseignement supérieur. Le combat contre le contrat premier embauche (CPE), quand je suis entré au lycée Blaise-Pascal, fut certainement le déclic pour faire de la politique et pour chercher à influencer le cours des choses. Par ailleurs, j’ai eu la chance d’avoir des professeurs qui éveillaient nos consciences de lycéens, qui incitaient aux débats, à la réflexion sur l’actualité pour que nous ne soyons pas de simple spectateurs.

Mon engagement militant s’est concrétisé au sein du Parti Socialiste en 2009, date à laquelle j’ai adhéré et me suis investi dans la section de Romagnat ainsi qu’au niveau départemental. Très vite et très souvent volontaire pour faire avancer les choses, je me suis vu confier des missions au sein de la section et de la fédération, notamment en faisant partie de l’équipe de campagne départementale pour les élections cantonales en 2011. Après cette première expérience et responsabilité, j’ai participé à l’organisation départementale des primaires citoyennes pour les élections présidentielles puis intensément à la campagne à proprement dite des élections présidentielles.

Parallèlement à cet investissement au sein du PS, j’ai aussi eu des responsabilités aux Jeunes Socialistes du Puy-de-Dôme pendant 3 ans.

De 2011 à 2015, et malgré toutes ces activités, j’ai été responsable de la section PS de Romagnat, avec des périodes cruciales telles que les périodes électorales. Au congrès de Poitiers, je décide de laisser la section de Romagnat.

Depuis le congrès du Parti Socialiste de 2015, je suis suppléant à la Commission National de Contrôle Financier du Parti ainsi que membre du Conseil Fédéral du PS 63. J’ai à cœur de m’engager autant que depuis 2009 dans ces nouvelles responsabilités.

Ce militantisme politique important ne m’a pas empêché de réussir mon cursus universitaire et d’être diplômé de l’Ecole de Droit de Clermont-Ferrand où j’ai suivi toute ma scolarité universitaire. Au contraire, il m’a permis de mettre en perspective mes enseignements et ma pensée avec l’action militante consacrée à la vie locale, au cœur du territoire qui m’a vu grandir.

Mon engagement passe aussi par le milieu associatif européen, administrateur national des Jeunes Européens, pour la section Auvergne pendant plus de deux ans je suis devenu le 17 septembre 2016, président des Jeunes Européens Auvergne dans une période charnière tant pour l’association que pour l’Europe.

C’est pourquoi, « enfant du pays » comme certains aiment me nommer, je prends la responsabilité d’être un acteur de l’avenir de ce territoire qui m’a vu et m’a aidé à grandir en m’y investissant pleinement.