Demain l’usine: un combat engagé sur l’humain et sur le goût

Dans le cadre du festival « Traces de vies« , je me suis rendue vendredi soir à la médiathèque d’Aubière à la projection-débat du film « Demain l’usine » sur la lutte des Fralib (ex-Unilever) et leur reprise de l’usine en SCOP.

Demain l'Usine - SCOP Ti

Pour avoir participé à leur combat à travers le financement participatif qu’ils avaient mis en place, cela fait du bien de voir que les salariés peuvent se prendre en mains, ne pas dépendre de gros actionnaires véreux ne pensant qu’à faire fructifier leur argent.

En plus, il faut noter que cette reprise permet d’avoir un produit de qualité avec des arômes naturels et donc sans les produits chimiques habituels.

Au-delà de la réussite de reprise, il ne faut pas oublier les salariés broyés, les familles sacrifiées et les territoires en friche.

Enfin, si la bataille de la reprise est gagnée, le combat de la structuration est loin d’être fini et c’est pourquoi, il est nécessaire de les soutenir en achetant leurs produits de qualité.

Et franchement, quoi de mieux que de boire un thé Scop ti, made in France, de qualité ?

Qu’est-ce qu’une Scop ?

C’est une Société coopérative et participative qui est soumise à l’impératif de profitabilité comme toute entreprise, mais elle bénéficie d’une gouvernance démocratique et d’une répartition des résultats prioritairement affectée à la pérennité des emplois et du projet d’entreprise. Elle possède, un dirigeant comme dans n’importe quelle entreprise. Mais celui-ci est élu par les salariés associés.

 Elle peut prendre deux statuts différents :

  • statut Scop (Société coopérative de production) le partage du profit est équitable :

– une part pour tous les salariés, sous forme de participation et d’intéressement ;

– une part pour les salariés associés sous forme de dividendes ;

– une part pour les réserves de l’entreprise.

  • statut Scic (Société coopérative d’intérêt collectif). les mécanismes coopératifs et participatifs sont identiques à ceux du statut Scop. Toutefois, les      membres associés au capital sont par définition de toutes natures : salariés mais aussi celles et ceux qui souhaitent s’impliquer dans le projet : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc.
Publicités

Le réveil de la librairie « Les Volcans », nouvelle vitrine de l’économie sociale et solidaire auvergnate

Article publié sur facebook le 19 août 2014

Ce lundi 18 août 2014 a été un jour particulier pour de nombreux Puydômois avec la réouverture de la Librairie « Les Volcans ».

Après les multiples péripéties judiciaires pour la reprise de la librairie en Société Coopérative et Participative (SCOP), nous attendions en effet tous avec impatience la réouverture de cette institution clermontoise, installée depuis quarante ans dans le paysage local.

Cette réouverture est le fruit d’un investissement important de 14 anciens salariés qui se sont mobilisés pour reprendre leur entreprise en liquidation judiciaire avec le soutien moral et financier des acteurs locaux et des habitants (ouverture du capital).

La mobilisation de tous a duré plusieurs mois et notamment avec des rassemblements de soutien, comme celui du mardi 07 janvier 2014 – auquel j’étais présent – qui rassemblait malgré le froid plus de 500 personnes devant la librairie. Mobilisation également au travers d’une pétition qui avait réuni plus de 7500 signataires, un appel aux dons ou encore des manifestations organisées en soutien aux salariés voulant sauvés « Les Volcans ».

J’ai donc été aujourd’hui « Aux Volcans » pour pouvoir profiter à nouveau de cette librairie où, depuis petit, j’achetais tous mes livres. Je peux dire que le travail accompli par les salariés est extraordinaire : nouvelle organisation avec des espaces conviviaux pour feuilleter les livres, un patio pour accueillir des évènements comme des dédicaces, des expositions et des concerts, nouveau logo et surtout toujours autant de livres, founitures, CD et DVD.

Il y a une véritable volonté des salariés de créer un lieu accueillant où ces derniers sont disponibles, souriants et professionnels.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour que la librairie récupère son rang d’institution clermontoise et devienne une véritable vitrine des SCOP. Elle pourra aussi montrer que la volonté et la solidarité sont les bases pour le redressement de nos territoires et de notre pays.