Trois questions à : Dominique BRU, tête de liste Cantal pour la liste régionale Auvergne-Rhône-Alpes

A quelques jours du 1er tour des élections régionales et à quelques heures du meeting clermontois, j’ai souhaité mettre en avant la seule tête de liste femme d’Auvergne pour la liste « Nous c’est la Région » : Dominique BRU, vice-présidente de la région Auvergne et tête de liste pour le Cantal. Bonne lecture !

Dominique, tu es Vice-présidente du Conseil Régional. Peux-tu me parler de ton mandat et en quoi il consiste ?
Vice-présidente en charge des lycées et du développement territorial par la formation à la Région Auvergne, ma responsabilité a été tout d’abord de faire vivre avec les autorités académiques les valeurs de l’école de la République et de la République par l’école.
En doublant, depuis 2004, le budget consacré à l’éducation, nous avons ainsi pu rattraper le retard pris sur l’investissement dans les lycées, rénover nos établissements et financer des équipements pédagogiques au service de l’émancipation des lycéens et apprentis auvergnats.
Puis en 2010, avec les nouvelles compétences confiées aux régions en matière de formation initiale et professionnelle, nous avons souhaité être un partenaire reconnu auprès du rectorat et de la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) et avons participé à la co-construction des politiques éducatives avec l’ambition de permettre à chaque jeune, lycéen et apprenti, d’avoir accès à la formation de son choix, d’être acteur de son destin.
Nous avons ainsi élaboré un schéma de formations initiales et professionnels en Auvergne, en identifiant l’offre de formation existante, les évolutions possibles et en affichant tous les pôles de compétences favorisant la mixité sociale et les passerelles en différentes voies de formation, les parcours pour une meilleure insertion
Proposer un environnement éducatif de qualité pour favoriser les conditions de réussite éducative, permettre l’accès au droit à l’éducation pour tous (gratuité des manuels scolaires), impulser des expérimentations (lycées tout numérique, restauration collective de qualité), considérer que c’est avant tout par l’éducation, la formation, la culture que l’on fait progresser notre société.

Dominique BRU sur le terrain dans le Cantal - Crédits photos: P.Dubourg

Dominique BRU sur le terrain dans le Cantal – Crédits photos: P.Dubourg

Tu es tête de liste régionale dans le Cantal et d’ailleurs l’une des seules têtes de liste féminines, comment se déroule ta campagne ?
La campagne se déroule dans la dignité, le respect et la responsabilité.
Nous rencontrons de nombreuses personnes aujourd’hui déstabilisées par le contexte de crise, les attentats tragiques. Mais ces personnes se raccrochent pour autant aux valeurs humanistes de solidarité et de fraternité qui constituent le fil conducteur de notre programme.
Notre triptyque: Rencontres, échanges, débats. En effet, nous sentons que la démocratie de proximité doit être renforcée afin d’être le rempart contre les dérives populistes, démagogiques et racistes affichées par les candidats de droite et d’extrême droite.

Enfin, comment vois-tu l’avenir de notre future grande région Auvergne-Rhône-Alpes ?
Cette grande Région, je la vois surtout comme une Région « apprenante » et riche dans sa diversité car elle fourmille de talents et d’énergies.
Notre défi sera de favoriser demain les échanges, les liens et les réseaux au service d’un modèle de développement plus humain et plus durable. Cela sera possible en croisant des visions stratégiques (transition énergétique, révolution numérique, mieux vivre ensemble) avec des visions territoriales (identités et spécificités de chaque territoire) autour de gouvernances renouvelles s’appuyant sur de l’intelligence collective.
Le dernier projet proposé dans le Cantal est l’illustration de mes propos : il s’agit du campus agroalimentaire. Portés par deux lycées, en lien avec l’enseignement supérieur, l’université, la recherche, l’innovation et les entreprises, il est la démonstration que par l’éducation et la formation, on peut structurer toute une filière porteuse d’emplois de demain.

RAPPEL:

meeting nous c'est la région 30-11-2015

Publicités

L’Auvergne, terre d’accueil pour les entrepreneurs du Nouveau Monde

Depuis quelques jours, la 3ème édition du « New Deal Auvergne Nouveau Monde » a été lancée. Initiative unique en France, elle a pour objectif de soutenir l’emploi et l’entrepreneuriat sur le territoire, en offrant un logement à toute personne souhaitant s’installer en Auvergne qui réponds à une des offre d’emploi ou de reprise d’entreprise proposée.

New Deal d'Auvergne Nouveau Monde

New Deal d’Auvergne Nouveau Monde

Cette bonne initiative, qui est une réussite depuis deux ans, est la plus médiatisée et connue de la « boite à outils » auvergnate permettant ainsi d’être une véritable terre d’accueil pour les entreprises.

En effet, depuis dix ans, la Région Auvergne se donne les moyens d’être attractive que ce soit en terme de tourisme, d’entrepreneuriat, d’accueil des étudiants ou de jeunes actifs en misant sur un cadre de vie idéal pour s’épanouir.

Pour cela, elle a mené de nombreuses réflexions avec le tissu économique, social et industriel pour se doter d’outils pouvant s’adapter aux différents types entrepreneuriat (reprise d’entreprises, création d’entreprise, TPE-PME, TPI-PMI, entreprises innovantes, SCOP…).

Cela s’appuie sur trois piliers :

  • les aides financières telles que la bourse innovation création, le fonds d’investissement Auvergne Durable (FIAD), le fond régional de garantie, le fond de restructuration mais encore le fond régional innovation Cluster.
  • les aides administratives consistant à accompagner, soutenir, organiser, conseiller les entreprises à travers des organismes tels que l’Agence Régionale de Développement des Territoires d’Auvergne (ARDTA), Agence Régionale de Développement Économique (ARDE) mais aussi avec la CCI ou Auvergne Active.
  • et les aides de structures en investissant notamment dans le déploiement du très haut débit dans toute la Région d’ici 2017 et en particulier les zones d’activités, pôles d’excellence et pépinières d’entreprises en fibre optique.

Mais il ne faut pas oublier aussi que la Région Auvergne soutient fortement entrepreneuriat des étudiants auvergnats en particulier à travers le Pôle Entrepreneuriat Étudiant Auvergne et le Prix Etudiant Entrepreneur.

Grâce à tout cela, l’Auvergne devient attractive et est une véritable terre d’accueil pour développer l’esprit d’initiative et d’innovation que notre Pays a besoin et ainsi relever les nombreux défis qui se posent à lui notamment en termes d’emplois.

Pour conclure, j’aimerais prendre l’exemple de mes amis Nicolas Ayrald et Yannick Jouve, jeunes diplômés clermontois, et leur co-entrepreneur José Neves. Grâce aux nombreuses aides et soutiens de la Région mais aussi des différents partenaires économique du Département, ils ont pu créer leur entreprise RABELOS, qui importe aujourd’hui de l’huile d’olive portugaise bio de haute qualité.

Cette entreprise porte une symbolique forte de part sa création sur le territoire d’Auvergne : aujourd’hui en quête de migrants économiques de France et internationaux avec « Auvergne Nouveau Monde », hier une région terre d’accueil pour de nombreux portugais exilés sous la dictature Salazar ou venus travailler à Michelin pour une vie plus prospère.

ZOOM sur RABELOS  « Explorateurs de gouts »

Société créée en 2014 par Nicolas AYRALD,Yannick JOUVE (jeunes diplômés de l’Ecole de Management de Clermont-Ferrand) et José NEVES (chef d’entreprise, Président de l’association de Portauvergnats et Président de l’Institut des métiers), Rabelos cherche à faire découvrir des produits portugais de qualité souvent méconnus.

Les huiles d'olives de Rabelos

Les huiles d’olives de Rabelos

Dans un premier temps spécialisée dans l’huile d’olive bio, l’entreprise ne s’interdit plus d’importer d’autres produits portugais, toujours dans une volonté de goûts nouveaux et de produits de qualités.

En effet, forte du succès de l’huile labellisée bio sur les foires, les marchés et certains restaurants gourmets auvergnats, elle est aussi vendue hors de la Région notamment en Ile-de-France.

Le petit plus de l’entreprise Rabelos ? Une volonté de transparence et de pédagogie sur la provenance des produits face à de nombreux concurrents qui utilisent des mélanges d’huiles d’olives pour que chacun puisse devenir un « explorateur du gout ».