Clermont-Ferrand : capitale européenne de la culture en 2028 ?

Premier article écrit dans le webmagazine Le Taurillon.org le 5 octobre 2017 en tant que président des Jeunes Européens Auvergne.

 

Les Jeunes Européens Auvergne ont organisé vendredi 22 septembre un apéropéen sur le thème de la candidature de Clermont-Ferrand pour devenir Capitale européenne de la culture, en 2028. Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand et président de Clermont Auvergne Métropole, s’est joint à eux pour échanger sur cette candidature.

Capitale européenne de la culture : un label courtisé

La thématique choisie est d’actualité, car c’est ce week-end qu’aura enfin lieu l’embarquement dans cette candidature, avec le lancement de l’aventure « Effervescences ». Anthony Courtalhac, président des Jeunes Européens Auvergne, a fait un rapide retour sur l’histoire de ce titre, créé en 1985 par Melina Mercouri, alors Ministre de la culture en Grèce, et Jack Lang, lui aussi ministre de la culture, dans le gouvernement français. C’est un titre qui a pour premier objectif de rapprocher les européens, en mettant en avant les richesses et la diversité des cultures du continent. A ce jour, plus de 50 villes ont été « Capitale européenne de la culture », dont seulement quatre villes françaises : Avignon, Paris, Lille et Marseille.

Effervescences, embarquons ensemble dans cette grande aventure !

Lors de sa présentation de la candidature de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi a insisté sur l’importance de la mobilisation de toutes les forces du territoire, faisant ainsi appel aux acteurs culturels, économiques, sociaux ainsi qu’aux citoyens. La culture, Olivier Bianchi s’y connaît, elle est au cœur de son action. En effet, pendant ses treize années en tant qu’adjoint à la culture, il n’a eu de cesse de faire passer un message en particulier : nous sommes tous des fabricants et des consommateurs de la culture, cette culture est diverse et ne correspond pas à la simple culture dite élitiste. Il insiste sur la nécessité de faire sortir la culture et l’art des lieux traditionnels afin de casser les barrières que les catégories populaires pourraient ressentir. C’est pourquoi cette candidature, cette aventure, a été élaborée pour s’étendre sur plusieurs années, afin de fédérer les clermontois, et créer un récit territorial partagé.

Capture

De véritables chances de devenir capitale européenne de la culture ?

Olivier Bianchi a par ailleurs rappelé que Clermont-Ferrand a malgré la concurrence, des chances certaines d’obtenir ce titre lorsque l’on s’attarde sur les critères recherchés par l’Union européenne dans les candidatures :

1) que la candidature s’appuie sur une forte implication citoyenne

2) que la candidature soit un levier culturel pour le territoire. Sur ce point en particulier, Clermont-Ferrand est avantagée, car les autres villes françaises en lice sont déjà très équipées.

Lors de notre apéropéen, la discussion a ensuite glissé sur les bienfaits d’obtenir ce label au-delà de l’aspect culturel. Il a été rappelé que cette candidature apporterait également des bénéfices en termes de renouvellement urbain et de changement de l’image qu’une ville, un territoire peut avoir. Prenons par exemple les villes de Marseille ou de Lille, qui ont bénéficié d’un véritable changement et qui ont accompagné une réelle transformation de leur territoire, grâce au label.

Ce récit verra son commencement demain, vendredi 6 octobre, avec le lancement d’« Effervescences », dont l’objectif est de faire vivre tout le territoire, en favorisant les rencontres et échanges entre les différents acteurs, et en développant la vitalité culturelle et la richesse patrimoniale locales. Espérons aussi que ce large mouvement engagé pour cette candidature permettra de rendre l’Europe moins abstraite et lointaine pour les clermontois-e-s et puydomois-e-s.

Les Jeunes Européens Auvergne, acteurs pour la candidature de Clermont-Ferrand ?

Ces nombreux échanges autour de la candidature de notre ville pour devenir la 5ème ville française, Capitale européenne de la culture, témoignent d’un large soutien et des opportunités pour fédérer le territoire, bien au-delà de Clermont-Ferrand et du secteur de la culture. Enfin, il est à noter qu’au nom des adhérents des Jeunes européens Auvergne, j’ai réaffirmé notre soutien à cet ambitieux projet, et notre souhait d’en être acteur car nous sommes persuadés qu’au-delà de réunir les forces vives du territoire, cette candidature permettra également de parler plus facilement d’Europe et de culture.

 

Le lien : https://www.taurillon.org/clermont-ferrand-capitale-europeenne-de-la-culture-en-2028

Publicités

Je suis Charlie, nous sommes la France !

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

La semaine dernière a été très particulière; elle restera en mémoire toute ma vie.

Particulière d’abord par cet attentat effroyable de Charlie Hebdo où des terroristes ont assassiné 10 personnes (Charb, Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous, Elsa Cayat, Bernard Maris, Frédéric Boisseau, Mustapha Ourrad et le clermontois Michel Renaud). Effroyable aussi avec les lâches assassinats de 3 policiers (Clarissa Jean-Philippe, Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro) et ensuite de 4 personnes de confession juive (Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada)  dans la prise d’otage de l’hyper Casher.

Pourquoi ces 17 exécutions abominables ? La réponse est simple : parce que des journalistes satiriques ont exercés leur métier, et donc leur liberté d’expression, parce que des policiers ont exercé leurs missions de tranquillité et de sécurité publique ou parce que les personnes qui faisaient leurs courses dans ce magasin étaient juives. A travers ces différents assassinats, c’est les valeurs de la France qui ont été attaquées, celle que ces journalistes et policiers ont défendu jusqu’à leur dernier souffle. Cette France qu’ils aimaient tant.

Mais je n’oublie pas, Lassana Bathily, jeune malien venu en France pour étudier et travailler. Il a caché des otages du magasin et s’est échappé pour aider les forces de police à intervenir. Ce jeune homme, qui a fait sa demande de naturalisation française et qui défend déjà toutes les valeurs de notre pays, a été héroïque car  sans lui la liste des morts aurait été plus longue.

Particulière aussi de part le sursaut républicain, avec la forte mobilisation des Français depuis plusieurs jours. C’est grâce à eux que le terme peuple a pris tout son sens. En effet, dès le jour de l’attentat, des rassemblements citoyens spontanés se sont organisés dans toute la France. Ceux de dimanche sont et resteront historiques.

Historique de part leurs nombres, avec plus de quatre millions de personnes dans les rues dont  deux millions sur Paris – mais aussi des milliers de personnes dans le monde entier !

Historique de part le nombre de chef d’Etat et de gouvernement présent, plus de 40 dont de nombreux européens montrant bien là qu’il existe bien une Europe solidaire.

La mobilisation s’est organisée en hommage aux 17 victimes mais aussi et surtout contre le terrorisme, contre l’obscurantisme, contre toutes les stigmatisations et amalgames. Les Français étaient dans la rue pour réaffirmer cela et défendre nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité, ils étaient dans la rue pour montrer que nous n’avions pas peur et que la France était unie contre l’adversité.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

Passé le temps du recueillement et de l’indignation nous devons révolutionner la France.

Aujourd’hui, tout reste à faire dans notre pays pour que ces attentats nous fassent avancer, pour qu’ils ressoudent la France et les Français autour de nos valeurs.

Cette révolution passe par plus de liberté, plus de vivre ensemble, plus de fraternité et moins d’amalgames, moins de racisme, moins d’individualisme.

C’est pourquoi, on ne peut que féliciter la très bonne gestion de la crise par le Président de la République F.Hollande, qui a été dans ce moment difficile à la hauteur en prônant l’unité nationale et le rassemblement de l’ensemble des républicains quand les terroristes espéraient la division et l’opposition entre les Français.

Et malgré les quelques personnes anti-républicaines qui ont cherché à diviser, à stigmatiser à opposer quitte à ne pas respecter le deuil national. Je parle bien-sûr du FN avec ses appels au retour de la peine de mort, à l’élection de Marine Le Pen ou à dire que l’immigration est la raison du terrorisme. Leurs députés, hier à l’Assemblée Nationale, ont été les seuls, au sein de l’hémicycle, à ne pas rendre hommage aux victimes.

Malgré cela nous pouvons espérer que le sursaut républicain des derniers jours ne soit pas sans lendemain et qu’il ne se limitera pas seulement a acheté Charlie Hebdo cette semaine. Nous devrons aussi lutter avec fermeté et détermination contre tout acte ou paroles anti-juif, anti-musulman  et toutes attaques envers la République car la haine, la barbarie, l’extrémisme et le racisme ne sont pas compatible avec la France.

Pour ma part, je suis heureux de la forte mobilisation en Auvergne et notamment à Clermont-Ferrand où des personnes diverses se sont réunies dépassant les clivages sociaux, professionnels, religieux ou politiques.

Je suis heureux aussi d’avoir vu la mobilisation de jeunes et de moins jeunes, pour défendre les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Solidarité. Ces mêmes mots qui se sont retrouvés sur les affiches des rassemblements et dans la bouche de nombreux citoyens et en particulier de jeunes.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) – Crédit photo A.C.