Des primaires réussies

Tout d’abord,  il me semble important de remercier les milliers de militants et sympathisants qui ont permis la réussite de la primaire avec plus de 7000 bureaux de vote repartis sur l’ensemble du territoire accueillant ainsi sur les 2 tours plus de 3 millions et demi de votants.

Ce n’était pas forcément réussi d’avance considérant le peu de temps d’organisation en interne et les commentateurs qui se bousculaient sur les plateaux télé pour nous expliquer que ce serait un fiasco. Mais organiser un vote dans toute la France pour plusieurs millions de personnes sur deux tours, cela n’a rien de simple. 

À l’heure de la communication à outrance, qui s’approche plus de la publicité que de la communication politique, où les journalistes ne cherchent plus que la petite phrases, on a pu apprécier les échanges nombreux, rudes mais toujours respectueux qui ont eu lieu durant cette primaire citoyenne.

Bureau de vote des primaires - Crédits photo A.C.

Bureau de vote des primaires – Crédits photo A.C.

Benoit Hamon est sorti vainqueur de cet exercice démocratique, qu’il faut le rappeler notre parti a initié en 2011. Avec plus de 2 millions de votants, dont 1.2 millions pour lui, il a la légitimité d’un score incontestable, porté par une participation importante. Je le soutiendrai, même si je ne suis pas d’accord avec toutes ses propositions.

Ce soutien est pour moi normal parce que c’est la règle de la primaire, à laquelle tous les candidats ont souscrit. De plus, parce que la victoire le 7 mai 2017 n’est possible que si nous nous rassemblons et je pense qu’il peut être celui qui rassemblera la gauche. Ce rassemblement est plus que nécessaire au moment où les forces réactionnaires en France, en Europe et dans le monde, ne font que progresser  et mettre à mal la cohésion de nos sociétés en liguant les gens les uns contre les autres. Il permettra une victoire qui sera pour la France et les français et non pas pour des lobbies et des castes cachés derrière certains candidats.

Ce rassemblement permettra de parler collectivement, pour dire « nous » et non pas « je » comme certains s’essaient à travers des quêtes personnelles, surfant sur des sondages et les fans clubs.

Alors jouons collectif pour continuer de défendre les valeurs de notre famille politique, mais aussi la gauche dans son ensemble, que sont : la justice sociale, l’égalité réelle, la sociale-écologie, le vivre ensemble et la laïcité.

.

 

Publicités

Loi biodiversité : de la parole aux actes

Le 20 juillet 2016, le projet de loi relatif à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, plus connue sous le nom de « Loi biodiversité », a été adopté définitivement et promulgué dans la foulée le 8 août.

Cette loi ambitieuse qui intervient après la loi sur la transition énergétique a pour objectif de pourvoir les territoires d’outils afin de lutter contre la destruction de la faune et de la flore et trouver un bon équilibre entre la biodiversité et l’activité humaine.

L’objectif est le même que celui de la loi sur la transition énergétique, c’est-à-dire ne pas opposer protection de la biodiversité et activités humaines, l’Homme ayant besoin d’une planète en bonne santé pour bien vivre et cela passe par cette recherche d’harmonie avec la nature.

Trop peu mise en avant, la dégradation de la biodiversité a atteint un stade critique. L’exemple de la faune est parlant : en seulement 40 ans, c’est un peu plus de la moitié des animaux sauvages qui ont disparu, principalement du fait des activités humaines.

Vue sur Romagnat et ses vignes - crédits A.C.

Vue sur Romagnat et ses vignes – crédits A.C.

Pourtant, la biodiversité nous rend des services aussi importants que méconnus, car ils nous sont indispensables. Ainsi, la biodiversité est une source dans laquelle nous puisons pour tirer notre nourriture, notre eau, et la plupart de nos médicaments en sont issus. Elle permet de stocker le carbone, de produire notre oxygène, de filtrer l’eau, ou encore de limiter les risques d’inondation.

Petit rappel des grandes lignes de cette loi :

  • Instauration d’un régime de réparation du préjudice écologique pour renforcer le principe jurisprudentiel de « pollueur payeur » dans la loi.
  • Inscription dans le droit que la protection de l’environnement ne peut faire l’objet que d’une amélioration constante.
  • Création d’un nouvel opérateur : l’Agence Française pour la Biodiversité qui sera le résultat de la fusion des quatre organismes engagés dans les politiques de la biodiversité : l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, l’Agence des aires marines protégées, l’établissement des Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels. Elle sera opérationnelle au 1er janvier 2017 et sera un partenaire des collectivités, entreprises et associations pour la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité.
  • Intégrer la dimension environnementale dans l’urbanisation commerciale (végétalisation de toitures, installation de production d’énergies renouvelables et lutte contre l’artificialisation des sols avec les aires de parkings…).
  • Protection de la biodiversité marine est renforcée (création de la 5ème plus grande réserve marine du monde dans les eaux des Terres Australes Françaises ;  mise en place de « zones de conservation halieutique » ; plan d’actions pour la protection des mangroves et récifs coralliens de nos Outre-mers…).
  • Donner une valeur législative au principe de solidarité écologique et appliquer à la biodiversité le principe d’action préventive.
  • Réaffirmation que la nature appartient à tous à travers l’interdiction du brevetage des produits issus du bio mais aussi la préservation de la possibilité d’échange gratuits entre agriculteurs, de semence végétales non inscrites au catalogue officiel des semences végétales (allant à l’encontre de ce que souhaitent les industriels).
  • Réduction du plastique : après les sacs plastiques, c’est au tour des produits contenants des microbilles et les cotons tiges en plastiques qui seront interdits pour réduire les déchets plastiques en mer.
  • Durcissement dans la lutte contre les pesticides nocifs pour les pollinisateurs, la nature et les humaines avec l’interdiction des très controversés pesticides néo-nicotinoïdes dès le 1er janvier 2018.
  • Renforcement de l’arsenal pour lutter contre la biopiraterie, l’accaparement des ressources génétiques naturelles et le trafic d’espèces.

La loi, qui s’ajoute à la loi sur la transition énergétique, sans oublier la réussite de la COP 21 en laquelle personne ne croyait, montre qu’au-delà des paroles et des grands débats philosophiques – dont certains sont adeptes pour donner des bons points écologistes -, le Gouvernement et les socialistes sont véritablement passés à la social-écologie et des paroles aux actes.

image COP 21 jeunes pousses PS

Si, à gauche, des personnes trouvent que ça ne va pas assez vite et assez loin, il ne faut pas fermer les yeux sur la ligne de la droite et de l’extrême droite ; celles-ci n’arrivent pas ou ne veulent pas mesurer les enjeux du réchauffement climatique et de la destruction accélérée depuis des dizaines d’années de notre biodiversité. Ces droites préfèrent à l’intérêt général, la défense d’intérêts particuliers et plus particulièrement ceux des pollueurs qui hypothèquent depuis des années l’avenir de notre planète.

Enfin, au-delà de l’adoption de cette nouvelle loi qui aura – j’en suis sûr – un résultat bénéfique sur la protection de la biodiversité, je tiens à féliciter Anne HIDALGO, la maire de Paris qui vient d’être élue Présidente de Cities Climate Leadership Group (C40). Ce réseau de 85 villes (représentant 650 millions d’habitants et 25% du PIB mondial) a pour objectif la lutte contre le réchauffement climatique.

Meilleurs voeux 2016 !

L’année 2015 fut une année très bizarre à vivre évoluant entre désespoir et espoir.

Désespoir quand le monde ouvrit vraiment les yeux sur le fléau qu’est la guerre. Guerre qui s’accompagne de ses nombreuses destructions, crimes de guerre et déplacements de populations qui ont tout perdu et n’ont d’autres solutions que de faire des milliers de kilomètres en abandonnant leur vie quotidienne, au péril de leur vie humaine.

Désespoir quand des fous commettent des attentats contre des personnes qui n’ont que pour seul péché de vivre librement comme ils le souhaitent. Ces fous, qui de tout temps se cachent derrière une religion et des dogmes, frappent aveuglément les peuples et les pays : France, Tunisie, Mali, Kenya, Cameroun, Egypte, Libye ne sont que quelques exemples de pays touchés par ces fanatiques.

En France, nous avons tous été marqués par les attentats de janvier contre Charlie Hebdo et par les attentats de novembre contre les valeurs qui nous rassemblent tous au-delà des religions et appartenances politique : liberté, égalité, fraternité et laïcité.

Désespoir quand l’année des trente ans de la création des Restaurants du Cœur par Coluche, des millions de personnes sous le seuil de pauvreté vivent ou plutôt survivent – et notamment de plus en plus de travailleurs.

Mais 2015 a aussi été une année d’espoir.

Bonne année 2016 ! - crédits TBlanc

Bonne année 2016 ! – crédits TBlanc

Espoir avec l’élan de solidarité suite aux attentats. Rappelons-nous les rassemblements spontanés qui ont eu lieu dans toute la France pour dire au-delà du « Je suis Charlie », nous résisterons face à l’obscurantisme et ne braderons jamais nos valeurs.

Espoir en termes de santé publique avec un cas de rémission complète du virus du SIDA qui a été suivi du lancement par une start-up française, d’une phase de test pour un vaccin contre le SIDA. On peut aussi évoquer la mise en place de nouveaux tests prénataux de dépistage de la trisomie 21, jugés efficaces et la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique.

Espoir avec la fin de la guerre froide entre les Etats-Unis et Cuba après plus de cinquante-quatre années de relation coupées.

Et enfin espoir avec l’accord sur le climat signé par 195 pays et l’Union Européenne, accord universel et juridiquement contraignant composé de 29 articles et constituant une véritable avancée dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif de cet accord est de contenir la hausse des températures bien en dessous de 2°C et prévoit la réévaluation à la hausse des contributions de chaque pays tous les 5 ans.

Mes souhaits pour l’année 2016 qui débutent

Peut-on continuer longtemps à tolérer le cumul de plusieurs mandats importants, alors que chacun d’eux nécessite de s’y consacrer à temps complet ? De ce point de vue, la volonté de Nicolas Sarkozy de revenir (si la droite revenait au pouvoir) sur la loi de non-cumul devant s’appliquer en 2017 est désolante.

En effet, pour moi 2015 a été éprouvant et a montré que les politiques doivent véritablement réagir et prendre la mesure du nécessaire changement des pratiques. Je renouvelle donc mon vœu de 2015 : que l’innovation démocratique prenne tout son sens à travers le renouvellement, le non cumul, la politique des valeurs et des idées !

Enfin, mon deuxième est un souhait de redressement prolongé de notre économie. La croissance revient, le chômage stagne et le made in France redevient attractif, les cartes sont donc entre nos mains. Espérons que nous allons nous mobiliser pour soutenir ces entreprises qui montrent que la France peut réussir si elle s’en donne les moyens.

Je vous souhaite à vous et à vos proches une année 2016 pleine de bonheur, de santé et de réussite personnelle et collective !

Pour conclure, je reprendrai à mon compte une phrase des vœux du Président de la République de cette année : « 2015 fut une année de souffrance et de résistance, alors faisons de 2016 une année de vaillance et d’espérance ».

Trois questions à : Dominique BRU, tête de liste Cantal pour la liste régionale Auvergne-Rhône-Alpes

A quelques jours du 1er tour des élections régionales et à quelques heures du meeting clermontois, j’ai souhaité mettre en avant la seule tête de liste femme d’Auvergne pour la liste « Nous c’est la Région » : Dominique BRU, vice-présidente de la région Auvergne et tête de liste pour le Cantal. Bonne lecture !

Dominique, tu es Vice-présidente du Conseil Régional. Peux-tu me parler de ton mandat et en quoi il consiste ?
Vice-présidente en charge des lycées et du développement territorial par la formation à la Région Auvergne, ma responsabilité a été tout d’abord de faire vivre avec les autorités académiques les valeurs de l’école de la République et de la République par l’école.
En doublant, depuis 2004, le budget consacré à l’éducation, nous avons ainsi pu rattraper le retard pris sur l’investissement dans les lycées, rénover nos établissements et financer des équipements pédagogiques au service de l’émancipation des lycéens et apprentis auvergnats.
Puis en 2010, avec les nouvelles compétences confiées aux régions en matière de formation initiale et professionnelle, nous avons souhaité être un partenaire reconnu auprès du rectorat et de la DRAAF (Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt) et avons participé à la co-construction des politiques éducatives avec l’ambition de permettre à chaque jeune, lycéen et apprenti, d’avoir accès à la formation de son choix, d’être acteur de son destin.
Nous avons ainsi élaboré un schéma de formations initiales et professionnels en Auvergne, en identifiant l’offre de formation existante, les évolutions possibles et en affichant tous les pôles de compétences favorisant la mixité sociale et les passerelles en différentes voies de formation, les parcours pour une meilleure insertion
Proposer un environnement éducatif de qualité pour favoriser les conditions de réussite éducative, permettre l’accès au droit à l’éducation pour tous (gratuité des manuels scolaires), impulser des expérimentations (lycées tout numérique, restauration collective de qualité), considérer que c’est avant tout par l’éducation, la formation, la culture que l’on fait progresser notre société.

Dominique BRU sur le terrain dans le Cantal - Crédits photos: P.Dubourg

Dominique BRU sur le terrain dans le Cantal – Crédits photos: P.Dubourg

Tu es tête de liste régionale dans le Cantal et d’ailleurs l’une des seules têtes de liste féminines, comment se déroule ta campagne ?
La campagne se déroule dans la dignité, le respect et la responsabilité.
Nous rencontrons de nombreuses personnes aujourd’hui déstabilisées par le contexte de crise, les attentats tragiques. Mais ces personnes se raccrochent pour autant aux valeurs humanistes de solidarité et de fraternité qui constituent le fil conducteur de notre programme.
Notre triptyque: Rencontres, échanges, débats. En effet, nous sentons que la démocratie de proximité doit être renforcée afin d’être le rempart contre les dérives populistes, démagogiques et racistes affichées par les candidats de droite et d’extrême droite.

Enfin, comment vois-tu l’avenir de notre future grande région Auvergne-Rhône-Alpes ?
Cette grande Région, je la vois surtout comme une Région « apprenante » et riche dans sa diversité car elle fourmille de talents et d’énergies.
Notre défi sera de favoriser demain les échanges, les liens et les réseaux au service d’un modèle de développement plus humain et plus durable. Cela sera possible en croisant des visions stratégiques (transition énergétique, révolution numérique, mieux vivre ensemble) avec des visions territoriales (identités et spécificités de chaque territoire) autour de gouvernances renouvelles s’appuyant sur de l’intelligence collective.
Le dernier projet proposé dans le Cantal est l’illustration de mes propos : il s’agit du campus agroalimentaire. Portés par deux lycées, en lien avec l’enseignement supérieur, l’université, la recherche, l’innovation et les entreprises, il est la démonstration que par l’éducation et la formation, on peut structurer toute une filière porteuse d’emplois de demain.

RAPPEL:

meeting nous c'est la région 30-11-2015

Le Président a fait de la jeunesse sa priorité, que le PS en fasse autant !

Tribune du 29 mai 2015 co-écrite et publiée dans Le Huffington Post avec plusieurs jeunes responsables du Parti Socialiste, militants et sympathisants socialistes.

La fracture entre jeunesse et politique n’a peut-être jamais été aussi forte. Et ce sont les partis, y compris le nôtre, qui en portent la première responsabilité. Les jeunes ne sont ni idiots, ni égoïstes. Au contraire! Ils ont soif d’engagement: le succès du service civique et le nombre toujours en hausse d’adhérents à des associations en témoignent. La jeunesse s’engage, mais seulement là où elle a l’impression de servir une cause.

Pour cela, il faut avoir le courage de regarder la réalité en face. Notre parti vieillit, et ses méthodes avec lui. Pour lutter contre l’abstention et le sentiment d’abandon d’une part croissante de nos concitoyens, il nous faudra changer. Aujourd’hui réduit à n’être qu’une machine électorale, notre parti doit dès demain s’ouvrir largement et redevenir un lieu de débats et d’échanges, un lieu qui appartienne à tous, sympathisants, citoyens, et non pas à quelques-uns.

Nous n’oublions pas les luttes menées par ceux qui nous précédent: les militants qui ont des années d’expérience derrière eux sont une richesse inestimable. Les combats qu’ils ont menés, souvent avec succès, doivent être poursuivis. Mais avec un chômage de masse, les échecs électoraux qui se suivent et se ressemblent, avec la montée du Front National, qui demain reprendra le flambeau?

Ce parti, quelles que soient les orientations issues du congrès, est notre Maison Commune. Malgré ses défauts, nous y restons profondément attachés. Cet héritage que l’on nous lègue, c’est de notre responsabilité de l’entretenir de le rajeunir et de le redynamiser afin qu’il ne s’effondre pas sous le poids des années.

Crédit Elsa P. - Parti Socialiste

Crédit Elsa P. – Parti Socialiste

Nous devons, nous membres du PS, nous sympathisants, regarder la réalité en face: se couper de cette jeunesse, c’est se couper de l’avenir. Nous sommes condamnés à nous renouveler ou mourir. Le gouvernement et François Hollande agissent, mais c’est aujourd’hui à nous (jeunes) militants de prendre notre part pour aller de l’avant!

Organisons des rencontres citoyennes dans des cafés, ouverts à tous, sans distinctions. Allons chercher la jeunesse là où elle est, à la sortie des centres de formation professionnels, des entreprises, des universités et des terrains de sports. Écoutons-la, dans toute sa diversité, dans nos territoires ruraux, dans les banlieues et dans les villes. Donnons-lui les moyens d’agir, accordons lui une place.

Nous ne supportons plus que la jeunesse n’ait, sur les plateaux de télévision, sur les ondes des radios nationales, comme unique porte-parole, Marion-Maréchal Le Pen, députée du Front national. L’image de l’engagement des jeunes dans le débat politique ne doit pas se résumer à l’extrême-droite. Le FN mise sur la jeunesse. L’erreur des autres partis est de ne pas réagir.

La jeunesse doit devenir une priorité pour les socialistes, et ce quelle que soit la majorité issue du congrès! C’est une question de survie, autant pour notre parti que pour nos idées.

Ayons le courage d’abandonner un mode de fonctionnent dépassé qui nous tue chaque jour davantage.

Faisons le pari du renouvellement dans les idées et dans les pratiques!

Et ce ne sera possible qu’avec la jeunesse dans sa diversité, avec sa fougue, son énergie, ses qualités et ses défauts.

« On ne subit pas l’avenir, on le fait » disait Georges Bernanos. Alors faisons-le, ensemble!

Signataires:

Baptiste Ménard , secrétaire de la section PS de Templeuve

Anthony Courtalhac, secrétaire de section PS Romagnat

Louise Billard , Secrétaire Générale du MJS deux Sevres

Robin Gastaldi , Militant socialiste à Paris

Carla Bucero Lanzi , Animatrice Fédérale du MJS deux Sevres

Edwin Robert , militant socialiste à Paris

Tatiana Blanc, militante socialiste à Clermont Ferrand

Thomas Jacquelin , secrétaire de section de Ussel

Liés Messatfa , militant socialiste à Levallois Perret

Grégoire Potton, militant socialiste du Puy en Velay

Benjamin Santucci , militant socialiste à Paris

Benjamin Igranaissi , coordinateur du MJS 13eme arrondissement de Paris

Abir Adam , militant socialiste à Paris

Clément Laforge , conseiller municipal de Guichainville

Etienne Bard , militant socialiste à Paris

Xavier Labadens , militant socialiste à Paris

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-menard/francois-hollande-jeunesse_b_7460008.html