Couteaux de Thiers: « Vous n’allez pas y couper! »

J’ai visité vendredi après-midi l’exposition « Vous n’allez pas y couper ! », installée dans le Hall de l’Hôtel du Département et organisée par le Conseil Général du Puy-de-Dôme, le musée de la Coutellerie et la coutellerie Dozorme.

Exposition "Vous n'allez pas y couper!" dans le hall du Conseil Général du Puy-de-Dôme - Crédits A.C.

Exposition « Vous n’allez pas y couper! » dans le hall du Conseil Général du Puy-de-Dôme – Crédits A.C.

Cette exposition fait partie de la campagne « Cinq drôle de dames » que le Département a lancé cet été en mettant en avant l’une d’elles, Claudine Dozorme, à la tête de la coutellerie Dozorme à Thiers.

L’exposition a pour objectif de faire découvrir au plus grand nombre, outre l’entreprise Dozorme, le savoir-faire thiernois réputé mais aussi son histoire et le couteau « Esprit de Thiers ».

L’exposition est divisée en quatre parties :
• l’histoire de la coutellerie thiernoise ;
• la fabrication des couteaux ;
• la coutellerie Dozorme, entreprise centenaire au logo à tête de loup ;
• les couteaux Esprit de Thiers®.

Cette exposition est pédagogique, instructive et pleine d’actualité.

On nous détaille notamment la décision de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) qui annule la marque « Laguiole ». Celle-ci avait été déposée par un particulier qui était loin des couteaux Laguiole que ce soit en termes de produits ou de savoir-faire.

En effet, Thiers est la capitale française du couteau et c’est dans le bassin thiernois que plus de 80% des couteaux Laguiole sont fabriqués.
Pour la petite histoire, ce couteau connu mondialement a failli disparaitre au XXe siècle si des manufactures de coutellerie thiernoises, comme la manufacture Arbalète G. David, ne l’avaient pas sauvé et n’avait relancé la production des laguioles artisanaux.

Par ailleurs, les manufactures de couteaux et le gouvernement réfléchissent à mettre en place une indication géographique protégée (IGP) pour reconnaitre le savoir-faire de nos territoires et en particulier une IGP pour le couteau Laguiole.

L’exposition met également en avant le savoir-faire des couteliers thiernois qui s’est élargi depuis 1994 avec la création du couteau « Le Thiers ». Contrairement au couteau Laguiole, c’est une marque déposée, surement une leçon retenue par rapport à la longue guerre juridique de ce dernier pour éviter les copies.

Exposition "Vous n'allez pas y couper!" - Focus sur la marque "L'esprit de Thiers"-  - Crédits A.C.

Exposition « Vous n’allez pas y couper! » – Focus sur la marque « L’esprit de Thiers »- – Crédits A.C.

Les manufactures du bassin thiernois sont même allées plus loin en créant en 2007 la marque « Esprit de Thiers » qui les réunit autour de l’excellence et de l’art de la table.

Cette marque a été imaginée pour garantir la qualité et le respect d’un cahier des charges, garant du savoir-faire thiernois pour les différents produits labellisés.

Suite à cette exposition, qui permet d’avoir un aperçu sur le savoir-faire d’un des territoires du Département, cela ne peux que donner envie d’en savoir plus en se rendant au musée de la Coutellerie mais aussi à la 25ème édition du salon international du couteau d’art et de tradition à Thiers, les 16 et 17 mai 2015.

Un grand pas pour le classement de la Chaine des Puys au patrimoine mondial de l’UNESCO

Ma réaction début juillet 2014

chainedespuys-failledelimagne.com

chainedespuys-failledelimagne.com

Lors du 38ème  Comité du patrimoine mondial, le site de la Chaine des Puys et de la faille de la Limagne s’est vu reconnaitre par la majorité des membres du Comité la valeur exceptionnelle et cela malgré l’avis défavorable reçu quelques semaines auparavant par le rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

 Certes, le site n’a pas été classé au patrimoine mondial cette année. Mais cette décision du comité, à travers le renvoi du dossier pour qu’il soit complété, est une très bonne nouvelle. En effet, il avait de forte chance d’être rejeté totalement et de ne pas se voir reconnaitre la valeur exceptionnelle. Cela prouve tout de même l’intérêt certain de la classification du site.

Maintenant, un travail conséquent va se réengager de la part des équipes du Conseil Général et des scientifiques internationaux. Ils devront travailler, avec l’UICN, sur les conseils du Comité du patrimoine mondial dans l’objectif de dialoguer autour des divergences de points de vue mais aussi afin de  répondre aux attentes du Comité notamment en matière de gestion du site.  A la suite de cela, le gouvernement pourra à nouveau présenter la candidature de la Chaine des Puys (qui doit se faire dans les trois ans suivant le renvoi).

De ce challenge pour l’inscription au patrimoine mondial, nous citoyens ne sommes pas exclus. Nous devons continuer à être nombreux durant les manifestations ou les évènements qui sont liés à la candidature. Je pense notamment à la chaine humaine qui a rassemblé plus de mille personnes, seulement quelques jours avant le 38ème Comité du patrimoine mondial. Mais nous pouvons aussi être à l’initiative d’actions pouvant promouvoir le site comme l’organisation de flashmob ou de  course d’orientation pour découvrir des endroits méconnus de la Chaîne des Puys.

La mobilisation citoyenne est un véritable plus comme nous avons pu le voir pour l’inscription de la grotte Chauvet au patrimoine mondiale de l’UNESCO. Je souhaite par ailleurs féliciter la mobilisation autour de cette candidature qui a permis son inscription par le 38ème Comité, encore une preuve que la France renferme de nombreuses richesses qu’elles soient historiques, naturelles ou humaines !

C’est pourquoi  nous devons continuer ensemble à travailler pour que  le grand projet de faire du site Chaine des Puys-faille de la Limagne, un site inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO, soit une réalité dans les trois années à venir.

Vue sur la Chaine des Puys - crédits A.C.

Vue sur la Chaine des Puys – crédits A.C.