Jean Moulin, le symbole de la résistance contre l’abomination nazi

Il y a une semaine, une grande femme, accompagnée de son mari, a fait son entrée au Panthéon pour son engagement pour l’IVG mais aussi pour son histoire tragique lors de la seconde guerre mondiale et son combat pour la construction européenne afin que cela ne soit plus possible.

Elle a rejoint une personne indissociable de la seconde guerre mondiale et de la résistance : Jean Moulin.

Jean Moulin

Jean Moulin – 1er président du CNR et symbole de la Résistance

Hier, nous commémorions ce grand résistant mort pour la France et sa République, le 8 juillet 1943.

Dans cette période trouble où notre République est en danger, cela devrait pouvoir inspirer certains.

Cet esprit patriote, loin de celui de l’extrême-droite, il l’a montré en 1940 en voulant quitter son poste de préfet pour monter au front et, par la suite, en rentrant dans la clandestinité, comme tout résistant.

Cette personnalité fondamentalement de gauche, bras droit de De Gaulle sur le territoire français, Premier chef du Conseil National de la Résistance, compagnon de lutte de résistants connus tels que Brossolette ou Aubrac… Il a démontré son amour pour la France lui qui aurait pu, comme nombre de français être passif et, comme certains préfets, en appliquant la politique du gouvernement de Vichy pro-nazi.

Malheureusement le 7 juillet 1943,  après des semaines de torture infligée par la Gestapo de Klaus Barbie, il décédera de ses blessures dans un train le déportant en Allemagne.

Crypte du déporté inconnu

Crypte du déporté inconnu – Mémorial des martyrs de la Déportation – Crédits A.C

Étant sur Paris samedi pour une réunion, j’ai souhaité faire un détour par le Mémorial des martyrs de la Déportation sur l’Île de la Cité. Cela faisait depuis 2016 que je n’y étais pas allé et je tiens à remercier le Président Hollande, du travail fait pour développer ce lieu de mémoire et sensibiliser le plus grand nombre. En effet, au-delà du monument où un déporté inconnu est inhumé il y a une exposition qui explique le parcours indéfinissable de la déportation, de la survie dans les camps de concentration, les camps de travail et  les camps d’extermination.

Il est important de se rappeler cela car l’extrême-droite, qui progresse en Europe d’élection en élection, commence à voir certains responsables politiques de droite courir après son idéologie.

Cette commémoration de Jean Moulin, figure la plus célèbre de la Résistance, mort pour la France, ne peut qu’être mise en perspective avec les évènements proches et nous montre que la seule issue possible est toujours la défense de la République et de ses valeurs.

Enfin, au-delà de Jean Moulin qui en fut l’incarnation tant par son nom que par une photo devenue célèbre de lui, je revendique que nous devons tout faire pour ne pas oublier ces héros de l’ombre, ses résistants connus ou inconnus qui ont permis par leur sang d’avoir la liberté de la France et de l’Europe.

Ce devoir de mémoire passe par différentes actions : être présents aux commémorations, inciter au passage de témoins des quelques résistants et déportés encore en vie et surtout à une nécessaire documentation sur les exactions commises lors de la Seconde guerre mondiale. En ce sens, je vous invite à voir plus particulièrement « Frania, mémoire vivante des camps » documentaire de France 2 diffusé lors de la panthéonisation de S.Veil. Il sensibilisera n’importe qui aux abominations que l’Homme peut commettre. Pour ma part, malgré toutes mes connaissances sur ce thème de la 2nde Guerre mondiale j’ai pris une grande claque émotionnelle face à ce témoignage.

Citation Sartre sur la déportation

Citation de J-P Sartre – Mémorial des martyrs de la Déportation – Crédits A.C

Publicités

Attentats de Paris : prenons de la hauteur !

J’ai souhaité attendre la fin du deuil national pour réagir aux évènements de vendredi dernier.

Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand - Crédits photos Ville de Clermont-Ferrand

Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand – Crédits photos Ville de Clermont-Ferrand

Cette hauteur de vue, ce respect des blessés, des victimes et de leurs proches que je me suis imposé comme de nombreux citoyens, certains politiques n’en ont eu que faire. Je pense notamment à des élus d’extrême-droite. Cela ne peut pas nous étonner car la peur et la détresse des gens sont leur fonds de commerce. Je pense aussi à des élus de droite et notamment Nicolas Sarkozy qui, malgré son statut d’ex-Président de la République, n’a eu aucun respect pendant ce deuil national, concorde de notre Nation avec ses différentes sorties de candidat prêt pour 2017.

Ces attaques montrent, encore plus que celle de Charlie Hebdo, une partition de la France en deux.
Il y a ceux qui résistent et qui se battent contre la volonté de division de notre société par des obscurantistes qu’ils soient religieux ou politiques. Ces personnes se sont mobilisées en janvier et se sont remobilisées vendredi à travers les hashtags « Porte ouverte », les dons de sangs, les messages de soutiens de solidarité et de rassemblement.
Il ne faut pas oublier nos forces de sécurité qui ont été encore une fois héroïque au péril de leur vie pour défendre les valeurs de notre pays. Sans eux, la liste des morts aurait été beaucoup plus longue. Nos services de secours, qui ont été très réactifs, ont permis de sauver de nombreuses vies.
Et il y a ceux qui cherchent à utiliser ces évènements à des fins politiques tant électorales que pour fracturer la société en alimentant ses peurs et opposant les gens. Ces personnes ne font qu’attiser les conflits sur nos valeurs. D’ailleurs, ces derniers – plus ou moins officiellement – se réjouissent de ces évènements loin de la concorde nationale du peuple.

La question que j’avais posé en janvier s’impose à nouveau : Pourquoi ces exécutions abominables ? La réponse est simple : parce que nos valeurs, notre mode de vie les dérangeant. Quand, nous, nous aimons la vie, eux la haïssent tout comme ils haïssent les libertés mais aussi l’égalité.

Cette France qui a été attaquée, c’est celle qui aime le sport, qui aime la culture, qui aime la fête, c’est cette France qui vie et que nous aimons tant.
Cette France a surmonté cette nouvelle épreuve grâce à un Président de la République et son gouvernement qui ont su gérer ce nouvel attentat. Notre Président a été à la hauteur dans ce moment difficile en prônant l’unité nationale du pays et en réagissant le plus rapidement possible à ces attaques.

La mobilisation internationale s’est organisée en hommage aux 129 victimes et plus de 200 blessés mais aussi – et surtout – contre le terrorisme et l’obscurantisme, tout en échappant à toutes stigmatisations et amalgames.
Le plus bel exemple de cette mobilisation fut le match amical Angleterre-France de mardi soir lors duquel le stade anglais de Wembley, était paré de bleu-blanc-rouge et de notre devise « Liberté-Egalité-Fraternité ».

Président de la République, François Hollande au Congrès de Versailles - Crédits photos l'Express

Président de la République, François Hollande au Congrès de Versailles – Crédits photos l’Express

« Notre démocratie a triomphé d’adversaires bien plus redoutables, en vérité, que ces lâches assassins. Notre République n’est pas à la portée de méprisables tueurs. »

François Hollande, Congrès à Versailles – 17 novembre 2015

Je suis Charlie, nous sommes la France !

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

La semaine dernière a été très particulière; elle restera en mémoire toute ma vie.

Particulière d’abord par cet attentat effroyable de Charlie Hebdo où des terroristes ont assassiné 10 personnes (Charb, Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous, Elsa Cayat, Bernard Maris, Frédéric Boisseau, Mustapha Ourrad et le clermontois Michel Renaud). Effroyable aussi avec les lâches assassinats de 3 policiers (Clarissa Jean-Philippe, Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro) et ensuite de 4 personnes de confession juive (Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada)  dans la prise d’otage de l’hyper Casher.

Pourquoi ces 17 exécutions abominables ? La réponse est simple : parce que des journalistes satiriques ont exercés leur métier, et donc leur liberté d’expression, parce que des policiers ont exercé leurs missions de tranquillité et de sécurité publique ou parce que les personnes qui faisaient leurs courses dans ce magasin étaient juives. A travers ces différents assassinats, c’est les valeurs de la France qui ont été attaquées, celle que ces journalistes et policiers ont défendu jusqu’à leur dernier souffle. Cette France qu’ils aimaient tant.

Mais je n’oublie pas, Lassana Bathily, jeune malien venu en France pour étudier et travailler. Il a caché des otages du magasin et s’est échappé pour aider les forces de police à intervenir. Ce jeune homme, qui a fait sa demande de naturalisation française et qui défend déjà toutes les valeurs de notre pays, a été héroïque car  sans lui la liste des morts aurait été plus longue.

Particulière aussi de part le sursaut républicain, avec la forte mobilisation des Français depuis plusieurs jours. C’est grâce à eux que le terme peuple a pris tout son sens. En effet, dès le jour de l’attentat, des rassemblements citoyens spontanés se sont organisés dans toute la France. Ceux de dimanche sont et resteront historiques.

Historique de part leurs nombres, avec plus de quatre millions de personnes dans les rues dont  deux millions sur Paris – mais aussi des milliers de personnes dans le monde entier !

Historique de part le nombre de chef d’Etat et de gouvernement présent, plus de 40 dont de nombreux européens montrant bien là qu’il existe bien une Europe solidaire.

La mobilisation s’est organisée en hommage aux 17 victimes mais aussi et surtout contre le terrorisme, contre l’obscurantisme, contre toutes les stigmatisations et amalgames. Les Français étaient dans la rue pour réaffirmer cela et défendre nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité, ils étaient dans la rue pour montrer que nous n’avions pas peur et que la France était unie contre l’adversité.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

Passé le temps du recueillement et de l’indignation nous devons révolutionner la France.

Aujourd’hui, tout reste à faire dans notre pays pour que ces attentats nous fassent avancer, pour qu’ils ressoudent la France et les Français autour de nos valeurs.

Cette révolution passe par plus de liberté, plus de vivre ensemble, plus de fraternité et moins d’amalgames, moins de racisme, moins d’individualisme.

C’est pourquoi, on ne peut que féliciter la très bonne gestion de la crise par le Président de la République F.Hollande, qui a été dans ce moment difficile à la hauteur en prônant l’unité nationale et le rassemblement de l’ensemble des républicains quand les terroristes espéraient la division et l’opposition entre les Français.

Et malgré les quelques personnes anti-républicaines qui ont cherché à diviser, à stigmatiser à opposer quitte à ne pas respecter le deuil national. Je parle bien-sûr du FN avec ses appels au retour de la peine de mort, à l’élection de Marine Le Pen ou à dire que l’immigration est la raison du terrorisme. Leurs députés, hier à l’Assemblée Nationale, ont été les seuls, au sein de l’hémicycle, à ne pas rendre hommage aux victimes.

Malgré cela nous pouvons espérer que le sursaut républicain des derniers jours ne soit pas sans lendemain et qu’il ne se limitera pas seulement a acheté Charlie Hebdo cette semaine. Nous devrons aussi lutter avec fermeté et détermination contre tout acte ou paroles anti-juif, anti-musulman  et toutes attaques envers la République car la haine, la barbarie, l’extrémisme et le racisme ne sont pas compatible avec la France.

Pour ma part, je suis heureux de la forte mobilisation en Auvergne et notamment à Clermont-Ferrand où des personnes diverses se sont réunies dépassant les clivages sociaux, professionnels, religieux ou politiques.

Je suis heureux aussi d’avoir vu la mobilisation de jeunes et de moins jeunes, pour défendre les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Solidarité. Ces mêmes mots qui se sont retrouvés sur les affiches des rassemblements et dans la bouche de nombreux citoyens et en particulier de jeunes.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) – Crédit photo A.C.