Trois questions à Joël MALLET, militant associatif et laïque

Lors de mon « trois questions à » de cette nouvelle année, j’ai souhaité vous présenter, Joël MALLET, membre très actif depuis de nombreuses années dans la vie municipale issoirienne. Ce choix d’interview revêt une importance particulière pour moi car en cette période trouble, l’investissement associatif est une des solutions pour recréer un lien entre les gens et un destin commun. Bonne lecture !

Remise de la médaille d'officier dans l'ordre des Palmes Académiques à Joël Mallet par Jean-Paul Bacquet, député - crédits photo La Montagne

Remise de la médaille d’officier dans l’ordre des Palmes Académiques à Joël Mallet par Jean-Paul Bacquet, député – crédits photo La Montagne

  • Joël, depuis plus de 40 ans, tu es investi dans le milieu associatif et en particulier dans l’Amical Laïque d’Issoire, comment t’es venu cet engagement pour défendre les valeurs de laïcité ?

Issu d’un milieu modeste – une mère à la maison et un père syndicaliste et investi dans les œuvres sociales de son entreprise -, j’ai souvent vu mon père se battre pour ceux qui en avaient le plus besoin, pour que les conditions de travail ou les salaires s’améliorent. Je l’ai vu aussi se battre pour les familles : accès aux centres de vacances, aux cadeaux de Noël pour tous, aux aides diverses… Son expérience, son vécu, les récits qu’il a pu m’en faire au fil des années, ont fait que je suis devenu naturellement syndicaliste et que je m’investisse dans le milieu associatif pour que les enfants qui venaient à l’Amicale Laïque, de tous horizons, de toutes couches sociales, puissent profiter des mêmes activités.

Je crois que, sans le savoir, je défendais les valeurs de la laïcité à l’époque. Aujourd’hui, j’en suis sûr.

  • Peux-tu nous donner ta vision sur l’évolution de l’engagement associatif et laïque ?

Les besoins de la société ne sont plus les mêmes aujourd’hui, les mentalités non plus. En arrivant à l’Amicale Laïque d’Issoire en 1967, les gens se parlaient, échangeaient, communiquaient.

Aujourd’hui, nous sommes dans une société de consommation qui va trop vite… Les gens ne comptent plus pour faire les fins de mois ; avec la carte bancaire, ils achètent à crédit pour être comme les autres et ne savent même plus si leurs moyens le leur permettent. On se cache si on ne mange pas mais on part en vacances quand même.
Alors pourquoi s’investir, les anciens sont encore là mais puisqu’il n’y a plus les échanges sur les difficultés journalières… Il n’y a plus de motivations pour rechercher des solutions collectives ou simplement le temps où on peut être consommateur.

Et puis, le milieu associatif est devenu tellement difficile, matériellement, financièrement, légalement, juridiquement, qu’il fait peur. On tape sur les bénévoles du monde associatif comme sur les maitres d’école.

  • Penses-tu que les français s’investissent assez dans le milieu associatif ? Si non, que pourrais-tu leur dire pour qu’ils sautent le pas ?

Les jeunes générations ne viennent plus ou peu dans le milieu associatif par peur, manque d’envie, manque d’infos, etc.

Je crois également qu’il manque l’existence dans notre société « un statut du bénévole ». Je crois qu’il y a plus de monde dans le monde politique que dans le monde associatif parce que les avantages ne sont pas de la même hauteur…

Publicités

Attentats de Paris : prenons de la hauteur !

J’ai souhaité attendre la fin du deuil national pour réagir aux évènements de vendredi dernier.

Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand - Crédits photos Ville de Clermont-Ferrand

Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand – Crédits photos Ville de Clermont-Ferrand

Cette hauteur de vue, ce respect des blessés, des victimes et de leurs proches que je me suis imposé comme de nombreux citoyens, certains politiques n’en ont eu que faire. Je pense notamment à des élus d’extrême-droite. Cela ne peut pas nous étonner car la peur et la détresse des gens sont leur fonds de commerce. Je pense aussi à des élus de droite et notamment Nicolas Sarkozy qui, malgré son statut d’ex-Président de la République, n’a eu aucun respect pendant ce deuil national, concorde de notre Nation avec ses différentes sorties de candidat prêt pour 2017.

Ces attaques montrent, encore plus que celle de Charlie Hebdo, une partition de la France en deux.
Il y a ceux qui résistent et qui se battent contre la volonté de division de notre société par des obscurantistes qu’ils soient religieux ou politiques. Ces personnes se sont mobilisées en janvier et se sont remobilisées vendredi à travers les hashtags « Porte ouverte », les dons de sangs, les messages de soutiens de solidarité et de rassemblement.
Il ne faut pas oublier nos forces de sécurité qui ont été encore une fois héroïque au péril de leur vie pour défendre les valeurs de notre pays. Sans eux, la liste des morts aurait été beaucoup plus longue. Nos services de secours, qui ont été très réactifs, ont permis de sauver de nombreuses vies.
Et il y a ceux qui cherchent à utiliser ces évènements à des fins politiques tant électorales que pour fracturer la société en alimentant ses peurs et opposant les gens. Ces personnes ne font qu’attiser les conflits sur nos valeurs. D’ailleurs, ces derniers – plus ou moins officiellement – se réjouissent de ces évènements loin de la concorde nationale du peuple.

La question que j’avais posé en janvier s’impose à nouveau : Pourquoi ces exécutions abominables ? La réponse est simple : parce que nos valeurs, notre mode de vie les dérangeant. Quand, nous, nous aimons la vie, eux la haïssent tout comme ils haïssent les libertés mais aussi l’égalité.

Cette France qui a été attaquée, c’est celle qui aime le sport, qui aime la culture, qui aime la fête, c’est cette France qui vie et que nous aimons tant.
Cette France a surmonté cette nouvelle épreuve grâce à un Président de la République et son gouvernement qui ont su gérer ce nouvel attentat. Notre Président a été à la hauteur dans ce moment difficile en prônant l’unité nationale du pays et en réagissant le plus rapidement possible à ces attaques.

La mobilisation internationale s’est organisée en hommage aux 129 victimes et plus de 200 blessés mais aussi – et surtout – contre le terrorisme et l’obscurantisme, tout en échappant à toutes stigmatisations et amalgames.
Le plus bel exemple de cette mobilisation fut le match amical Angleterre-France de mardi soir lors duquel le stade anglais de Wembley, était paré de bleu-blanc-rouge et de notre devise « Liberté-Egalité-Fraternité ».

Président de la République, François Hollande au Congrès de Versailles - Crédits photos l'Express

Président de la République, François Hollande au Congrès de Versailles – Crédits photos l’Express

« Notre démocratie a triomphé d’adversaires bien plus redoutables, en vérité, que ces lâches assassins. Notre République n’est pas à la portée de méprisables tueurs. »

François Hollande, Congrès à Versailles – 17 novembre 2015

Retour sur les universités d’été 2015 du Parti Socialiste

Comme chaque année, j’étais le week-end dernier aux universités d’été du Parti Socialiste à La Rochelle.

Cette année, ce rendez-vous avait tout d’un point d’étape sur les nombreux évènements passés (élections départementales et congrès du PS) mais aussi à venir (élections régionales et COP 21).

Outre le non-évènement de chahut (entre quelques jeunes socialistes, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis) qui a failli éclipser le travail de ce weekend, près de 4000 camarades se sont retrouvés dans plus de soixante ateliers pour travailler sur de nombreux sujets. Afin d’être force de proposition auprès du gouvernement et des élus locaux, trois thèmes structuraient l’université : la République, l’Écologie et les élections régionales.

Pour ma part, devant faire un choix face à la multitude d’ateliers très intéressants, j’ai cette année fait l’impasse sur les ateliers sur l’Europe. En effet, le weekend prochain sera pour moi consacré à l’Europe avec l’Université d’été des Jeunes Européens, en tant qu’administrateur national.

J’ai tout de même participé à plusieurs ateliers sur les thématiques de cette année.

Atelier

Atelier « L’éducation : reconstruire la formation des enseignants » – crédits A.C.

L’atelier « L’éducation : reconstruire la formation des enseignants »  où notre camarade et Sénateur du Puy-de-Dôme, Jacques-Bernard Magner intervenait. L’idée principale qui en est ressortie est qu’après la crise de vocation créée sous la droite, les jeunes reviennent vers ce métier. Pour cela, il a fallu  redonner les lettres de noblesse à cette profession. Les écoles supérieure du professorat et de l’éducation ont été créé afin d’éviter que professeur soit le seul métier qui ne s’apprend pas.

Je me suis ensuite rendu à la rencontre des socialistes européens.  Plus de 50 camarades ainsi que des députés européens socialistes ont échangé sur la crise grecque et la problématique européenne vis-à-vis des migrants. Nous avons également fait un retour sur le congrès du Parti Socialiste Européen, qui avait lieu quelques jours après le congrès du PS en juin.

Réunion des membres du Parti Socialiste Européen - Crédits photos A.C.

Réunion des membres du Parti Socialiste Européen – Crédits photos A.C.

L’atelier sur « La Laïcité, une ambition inhérente à la République : » a permis à travers de multiples échanges d’affirmer que la laïcité sera l’élément essentiel, voir primordiale, du rassemblement de la Gauche et un élément important en 2017 (pour l’élection présidentielle) s’annonçant comme un véritable combat sur les valeurs.

En termes de laïcité, il est bon de rappeler que François Hollande est le Président de la République qui a le plus travaillé depuis trente ans sur le sujet : création de l’Observatoire sur la laïcité, chartre scolaire ou, bien entendu, les différentes prises de paroles lors des évènements du 11 janvier.

Par ailleurs, de nombreux militants se sont exprimés sur le dévoiement de la laïcité par le FN mais aussi par la droite. En effet, ils détournent la laïcité afin de faire monter le racisme et les discriminations dans la population. Pour résumé, ils font passer le racisme pour la défense de la laïcité. Mais quand on regarde au fond des choses, c’est qu’une seule religion est mise en avant, défendue et financée, faisant fi de la laïcité : le catholicisme.

La vraie question est comment faire pour que les différentes religions mais aussi les athées et les agnostiques, qui eux représentent la majorité des français, puissent vivre ensemble avec leurs (non)croyances.

Atelier régionale Auvergne-Rhône-Alpes - Crédits photos A.C.

Atelier régionale Auvergne-Rhône-Alpes – Crédits photos A.C.

Enfin, le dernier atelier où je suis allé est celui sur la région Auvergne-Rhône-Alpes. De nombreux camarades des treize départements de la nouvelle région étaient présents pour se rencontrer, échanger et lancer la campagne militante.

Pour conclure, cette année, l’université d’été a encore tenu ses promesses. Ce fut un moment convivial de travail et d’échanges avec des camarades de toutes la France qui permet de recharger les batteries avant les prochaines échéances.

Sport, éducation, laïcité: les clés du bien vivre-ensemble

Tribune du 6 février 2015 co-écrite et publiée dans Le Huffington Post avec plusieurs jeunes responsables fédéraux du Parti Socialiste, militants et sympathisants socialistes.

La France du vivre ensemble a subi une véritable attaque, le 7 janvier. Attaque contre ses valeurs, attaque contre ses idéaux.

La réponse à ces événements tragiques ne s’est pas fait attendre et les rassemblements citoyens et spontanés se sont multipliés dans toutes les villes et villages de France. Les images du 11 janvier resteront pour longtemps dans les mémoires.

Mais ces événements ont été l’occasion de reprendre conscience que le vivre ensemble n’est plus acquis, qu’il est fragile, qu’il ne repose pas que sur la religion ou les choix politiques.

Nous nous devons de tout faire pour recréer un idéal commun qui rassemble les Français au-delà des clivages politiques pour construire ensemble un avenir commun.

Face aux Français et aux Françaises, nous devons faire preuve d’écoute, d’empathie et surtout garder l’esprit ouvert et ne pas fuir nos responsabilités. Il y a des colères saines, il faut juste savoir les entendre et surtout les écouter.

Cela passe par plusieurs éléments : le respect du principe de la laïcité, la priorité à l’éducation, recréer du vivre ensemble notamment à travers le sport et repenser notre citoyenneté.

Notre devise républicaine « Liberté, Egalité, fraternité » est souvent mise à mal, Notre modèle de société ne produit plus d’équité, il reproduit des inégalités : la France est aujourd’hui parmi les pays européens où l’injustice se fait le plus sentir dès la naissance et ne s’atténue pas lors de l’entrée à l’école.

Nous devons accompagner les citoyens dans un parcours éducatif, professionnel avec les choix, les complexités, les possibilités de chacun.

L’école est un formidable outil : servons nous-en ! L’Éducation Nationale est un relais évident dans l’apprentissage et la défense des valeurs qui rendent possible le vivre ensemble.

Le droit à l’éducation, libre, gratuite, universelle et laïque est un des piliers fondateurs de notre République. Cette idée que tous les enfants, sans distinction nationalité, de couleur, ou de niveau de revenus de leur famille ont le droit à la même éducation, et qu’a travers elle, ils puissent s’émanciper. Trouver leur voie.

Mais aujourd’hui nous avons encore malgré les réformes fortes entreprises ses trois dernières années, un système à deux vitesses.

Ce n’est pas notre vision d’une éducation qui se doit d’être universelle.

C’est pourquoi, pour lutter contre l’échec scolaire et permettre à tous de concrétiser la promesse d’Égalité inscrite sur les frontons des bâtiments de la République, nous proposons de permettre aux enfants qui en ont le plus besoin de prendre des cours de soutien scolaire à l’école pour lutter contre le développement d’une inégalité due aux cours particuliers privés réservés aux familles les plus aisées.

Nous ne devons pas oublier les difficultés là où elles sont les plus visibles, dans les salles de classes. Parce que nos professeurs ne peuvent pas être partout, il nous faut plus d’auxiliaires d’éducation dans les classes. Pour les élèves en difficulté, mais aussi pour ceux dont le handicap nécessite une prise en charge car il est inacceptable que nous laissions sur le bord du chemin une grande partie de ces élèves.

L’École de la République n’est pas, n’a jamais été qu’un simple lieu de transmission de connaissances, c’est aussi le lieu de l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre ensemble.

Nos écoles doivent donc garantir aux enfants leur sécurité. Il est inacceptable que la parole raciste, homophobe, antisémite voir pro-djihadiste puisse se développer sans être sanctionnée.

Il faut être ferme et ne tolérer aucune libéralisation de la parole haineuse, xénophobe, discriminante au sein des établissements scolaires.

Il est donc nécessaire que, dès le primaire, les instituteurs expliquent aux enfants ce qu’est la morale républicaine, expliquer les valeurs fondamentales de notre République qui sont la tolérance, la liberté d’expression, la laïcité, la fraternité et l’égalité entre les sexes et les individus.

La laïcité, au même titre que l’égalité et la liberté, est un pilier du bien-vivre ensemble et doit donc à ce titre être défendu.

Le devoir de la France c’est aussi de permettre à tous les citoyens d’exercer leur foi dans des lieux de cultes spécifiques et respectueux de leurs croyances.

Par ailleurs, nous proposons qu’un enseignement laïc du fait religieux s’effectue à l’école, de même que nous défendons l’idée de la création d’une journée nationale de la Laïcité…

Le sport fait partie intégrante de notre vie et est un des vecteurs indispensables pour le vivre-ensemble. En effet, il véhicule des valeurs allant du dépassement de soi à l’esprit d’équipe, en passant par l’entre-aide, et le respect.

Ainsi, quoi de plus fédérateur que le sport pour unifier nos forces, nos différences qui les années passées ont apportées tant de joies et d’espoir à nos concitoyens. La génération dorée en football « black, blanc, beur », vainqueur de la coupe du monde en 1998, et du championnat d’Europe en 2000. Que dire de cette équipe de handball, qui, depuis plus de 20 ans trust tous les podiums, avec son formidable patchwork culturel.

Nous devons donc développer au maximum les sports mixtes et ce dès le plus jeune âge. Cela, permettra aux jeunes d’appréhender le travail en équipe, la solidarité homme-femme, le vivre ensemble.

Ainsi, nous proposons, pour les sportifs qui au-dessus d’un certain salaire (plus d’un million d’euros par exemple), de payer un impôt supplémentaire à leur fédération. Pour les salaires plus modestes, les athlètes à la retraite auront un devoir de transmission du « savoir-faire » en aidant leur fédération en participant aux développement des jeunes pousses, dans le travail mental, et apporter leur expérience du terrain, cela pourrait également se traduire dans les écoles grâce à la réforme des rythmes scolaires. Le but final est créer une cohésion entre les générations, pour la transmission de l’histoire de leur sport, des valeurs véhiculer du maillot français, afin de former des athlètes alertes des enjeux internationaux, et fiers de porter les couleurs bleu-blanc-rouge.

Le bien vivre-ensemble passe aussi par la mise en place d’un réel parcours citoyen basé sur le service civique et la création d’un statut de pré-majeur.

Sur le Service civique, nous nous félicitons de la déclaration du Président de la République, lors de sa conférence de presse du 5 février 2015 et souhaitons que le service civique devienne universel avec une revalorisation de l’indemnité versée aux jeunes.

Par ailleurs, nous militons pour la création d’un statut du pré-majeur qui permettrait un passage plus progressif vers l’âge adulte avec le droit de vote à 16ans pour les élections locales mais aussi la possibilité de faciliter la création d’associations.

Nous jeunes socialistes pensons que le vivre ensemble n’est pas insurmontable. Il sera possible qu’avec la priorité donnée à l’éducation à travers nos écoles, et en se servant du sport et des associations comme facilitateur, comme lieu de rencontres et de brassage des classes sociales permettant de rassembler les citoyens et de faire de leurs multiples différences une richesse, une force.

Non le vivre ensemble n’est pas une vieille lune mais c’est une nécessité pour l’avenir de notre société. Respectons l’autre, respectons nos différences.

Ayons le courage et l’audace et de la volonté politique, nous femmes et hommes de gauche, de faire du bien vivre ensemble une réalité !

 

SIGNATAIRES:

Anthony COURTALHAC, secrétaire de la section PS de Romagnat (Puy-de-Dôme)

Baptiste MENARD, secrétaire de la section PS de Templeuve (Nord)

Carla BUCERO LANZI, animatrice Fédérale du MJS Deux Sèvres

Nicolas SANSSOUCI, militant PS (Meurthe-et-Moselle)

Clément LAFORGE, conseiller Municipal de Guichainville (Eure)

Thomas LUQUET, militant PS (Paris)

Mathieu FRANCO, militant PS (Paris)

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-menard/vivre-ensemble-education-laicite-sport_b_6630326.html

Weekend militant à Paris : une nouvelle année sous l’égide de la Laïcité

Le weekend dernier, ma nouvelle année politique s’est lancée sur les chapeaux de roues avec trois réunions où le thème de la laïcité assez naturellement était au centre.

Je me suis d’abord rendu à une conférence débat organisée par le collectif « De l’audace et des actes » portant sur la démocratie, la citoyenneté et la laïcité. Un thème choisi au mois de décembre et qui avec la funeste actualité est devenu plus que jamais d’actualité.

Réunion sur la laïcité du collectif de l'Audace et des Actes - Crédit photo A.C.

Réunion sur la laïcité du collectif de l’Audace et des Actes – Crédit photo A.C.

Plus de cinquante personnes avaient fait le déplacement pour cette réunion, et parmi elles Karine Berger, députée et co-responsable du Courant Cohérence Socialiste.

Les intervenants Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire de la Laïcité, Frédéric Dabi, Directeur Général Adjoint de l’IFOP et Alain Bondeelle de la Ligue des droits de l’Homme ont permis de mettre en place un débat de qualité, animé par Louis Keumayou, journaliste et président du Club de l’information Africaine.

Jean-Louis Bianco a d’abord rappelé l’historique de la laïcité et donner des éléments essentiels sur ce qu’elle représente et en particulier sur le fait que c’est une liberté fondamentale. En effet, elle correspond à la liberté de croire ou de ne pas croire, ou même de changer de religion. Il a ainsi rappelé un article de notre Constitution qui pour lui semble primordial :  » la France est une république indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

Fédéric Dabi nous a présenté les différents sondages effectués sur ce thème montrant bien que, pour les français, la laïcité permet d’apaiser les tensions dans notre pays et est une des bases du bien vivre ensemble.

Alain Bondeelle a pu nous parler de son expérience au sein d’établissements scolaires. Il a évoqué la nécessité d’un enseignement laïc du fait religieux et le renforcement de l’éducation civique à l’école.

Nous avons aussi pu échanger, sur les conclusions du rapport de l’Observatoire de la Laïcité. Cela a permis d’ouvrir les discussions entre les différents intervenants et les personnes présentes.

On peut tirer de ces différents échanges que la laïcité française est la liberté de culte ou de non culte mais c’est aussi l’affirmation d’un Etat neutre vis-à-vis de toutes les religions de son territoire. Elle est aussi vue comme une des valeurs les plus importantes de notre pays et de notre République permettant au bien-vivre ensemble de s’exprimer.

Nous avons aussi évoqué la proposition de service civique universel, thème défendu dès le mois de novembre par la Fabrique du Changement, un courant des Jeunes socialistes dont je fais partie. Je consacrerai un article très prochainement sur mon blog. D’après moi, cela sera surement l’une des solutions pour lutter contre l’individualisme et incarner les valeurs républicaines en les appliquant dans la vie de tous les jours.

Rassemblement national des secrétaires de section du PS à La Mutualité - Discours de J.C.Cambadélis - Crédit photo A.C.

Rassemblement national des secrétaires de section du PS à La Mutualité – Discours de J.C.Cambadélis – Crédit photos A.C.

Le lendemain, j’ai assisté au rassemblement national des secrétaires de section du Parti Socialiste, qui, chaque année, réunit des responsables fédéraux de l’ensemble du territoire pour préparer l’année à venir.  Dans ce contexte difficile avec les attentats de début janvier, le programme a un peu changé pour porter sur la République et la Laïcité.

En forme de clin d’œil, à ces évènements tragiques, Xavier Gorce, dessinateur des célèbres Indégivrables, avait été invité pour illustrer en direct nos débats.

La journée s’est déroulée autour de trois thèmes :

  1. GROUPE DE TRAVAIL : COHÉSION RÉPUBLICAINE

Si les évènements de Toulouse n’ont pas soulevé une réaction citoyenne face à cette montée du terrorisme et de la menace sur notre République et ses valeurs, ceux de janvier ont provoqué une vive réaction.

Nous devons nous en imprégner car, depuis des années, cette montée du racisme et des discriminations de toute sorte prend forme et divise les Français. Certaines personnes, comme Marine Le Pen, jouant sur cette division, ont jeté de l’huile sur le feu et continue à le faire.

Mais le mal est bien plus profond. Il vient du fait que bien longtemps certains ont joué sur le communautarisme, ont refusé de mettre en place une mixité sociale.

Ce combat pour une cohésion républicaine doit se dérouler sur plusieurs terrains, en particulier celui de l’Ecole. Cela se joue aussi grâce au milieu associatif et leurs initiatives multiples. C’est pourquoi, nous devons mettre en valeur leur combat pour la république et contre l’obscurantisme mais aussi leur donner des moyens. Le service civique a été évoqué, encore une fois comme une des possibles solutions d’intégration et de transmission de nos valeurs républicaines.

  1. GROUPE DE TRAVAIL : SÉCURITÉ ET LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Cette table ronde a évoqué la lutte contre la radicalisation qui passe par un travail en amont : protection de la jeunesse mais aussi en milieu carcéral.

Cela passe aussi par une amélioration des relations police – citoyens qui fait l’objet depuis 2012, d’un véritable travail, mais qui doit être accentué.

Par ailleurs, les évènements ont démontré que les services de renseignements – malgré les différents démantèlements de filières terroristes et les attentats déjoués – ont des failles dûes notamment aux manques de moyens. C’est pourquoi, nous devons améliorer notre appareil de renseignement que ce soit avec des moyens humains ou matériels. Des moyens plus importants doivent attribués dans la lutte contre le terrorisme sur internet, fortement utilisés pour recruter ou échanger des informations sur comment mettre en place des attentats.

Enfin, ce travail des services de sécurité et de protection doivent pouvoir travailler en étroite collaboration avec une justice antiterroriste, voyant elle aussi ses moyens renforcées pour que ce travail de lutte contre ce fléau soit le plus efficace possible.

  1. GROUPE DE TRAVAIL : LA COORDINATION EUROPÉENNE

Cette table ronde a travaillé sur la lutte contre le terrorisme au niveau européen, afin d’être le plus efficace possible.

Cela doit passer par un renforcement de la coopération européenne dans la lutte contre le terrorisme passant par une véritable coopération policière, judiciaire et financière entre les Etats membres de l’UE.

La marche du 11 janvier a montré que nous défendions, tous ensemble, des valeurs communes et que nous opposions à toute forme de division et de stigmatisation d’une catégorie de population ou de religions. L’Europe est attaquée par des barbares et non pas par une religion.

Nous devons aussi avancer sur l’Europe de la Défense. En attendant qu’elle soit réellement effective, il faut arrêter de prendre en compte, dans le calcul du déficit des Etats-membres, les crédits affectés par certains États à la sécurité collective de l’Europe, notamment dans la lutte contre le terrorisme.

Enfin, j’ai fini cette journée par une réunion des responsables de Cohérence Socialiste où nous avons pu échanger sur les différentes contributions thématiques réalisées lors des travaux collaboratifs réalisés par les militants de toute la France.

Réunion des responsables du courant Cohérence Socialiste - Crédit photo A.C.

Réunion des responsables du courant Cohérence Socialiste – Crédit photo A.C.