32ème édition des Journées Européennes du Patrimoine : Une réussite populaire

Cette année, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine du 19 et 20 septembre dernier, mes choix ont été portés par l’histoire de notre patrimoine local. En effet, j’ai souhaité faire comme une grande partie des Français : me presser dans des lieux de pouvoirs. Ces lieux, mystérieux pour nombreux de nos citoyens et pouvant faire l’objet de fantasmes, sont très prisés. A titre d’exemples : à l’Elysée, il fallait faire la queue pendant plus de 4h pour pouvoir y rentrer et l’Assemblée Nationale et le Sénat ont accueilli plus de 35.000 visiteurs à eux deux, alors même que ces deux lieux sont visitables sans aucuns problèmes tout au long de l’année.

Pour ma part, j’ai décidé de participer à deux visites organisées : celle de la Préfecture de Région d’Auvergne et celle de la Mairie de Clermont-Ferrand.

La préfecture, représentante du pouvoir de l’Etat dans les territoires, est très peu connue et souvent réduite pour les citoyens au bâtiment moderne où ils font la majorité de leurs démarches administratives. Mais le bâtiment amiral est celui composé d’anciennes pierres de Volvic, au dessus des arcades du boulevard Desaix. Ce bâtiment qui fut à la fois un bien ecclésiastique, un bien départementale puis un bien d’Etat.

Jardin de la Préfecture - Crédits photos A.C.

Jardin de la Préfecture – Crédits photos A.C.

En effet, basée sur un ancien monastère dont la Chapelle des Cordeliers rappelle cette époque lointaine, la préfecture a, par le passé, longtemps abrité l’hôtel du département dont la salle du conseil est toujours visible et utilisé pour de grandes réunions officielles.

En dehors de ce beau bâtiment purement fonctionnel mais majestueux par son histoire, un second bâtiment, intéressa beaucoup plus les visiteurs du jour : l’hôtel particulier du préfet. Celui-ci est inspiré des ministères parisiens, sûrement en guise de rappel sur le fait que la voix de l’Etat est portée par le Préfet. Faits drôle : de nombreux étonnements face à la beauté de ces lieux et leurs mises en avant de biens nationaux alors que cela n’étonne personne dans un château ou musée national qui sont aussi des vitrines de notre pays.

Pour la mairie de Clermont-Ferrand, rendez-vous était donné dans la cour intérieure, où notre guide jonglait entre les explications autour de la construction de ce bâtiment et entre les petits rappels historiques.

visite de la mairie de Clermont-Ferrand lors des JEP 2015 - Crédits photos A.C.

visite de la mairie de Clermont-Ferrand lors des JEP 2015 – Crédits photos A.C.

En effet, le bâtiment a eu par le passé trois fonctions différentes : mairie, tribunal et prison (cette dernière venant tout juste de fermer).

De la cour, à la salle des colonnes, en passant par la salle des pas perdues et la salle de mariage qui fut en des temps moins joyeux le théâtre de procès moins glorieux lors de la 2nde Guerre mondiale (on pense notamment à celui de deux hommes d’Etat bien connu: Jean Zay et Pierre Mendès France). Nous avons pu nous imprégniez de l’Histoire de ce haut-lieu clermontois où tout un chacun se bouscule en semaine pour des formalités administratives.

J’ai beaucoup apprécié ces deux visites qui furent très intéressantes. Sentiments partagés, je pense, par les 12 millions de français qui ont visité un ou plusieurs des plus de 17 000 sites contemporains ou historiques (lieux de pouvoir, musées, châteaux ou hôtels particuliers, édifices maritimes ou fluviaux…) ou participé à près de 26 000 animations dédiées sur l’ensemble de la France.

Espérons que la 33ème édition des journées européennes du patrimoine sera toujours aussi suivie que cela soit en France ou dans les cinquante pays européens y participant !

Affiche journées européennes du patrimoine 2015 - Crédits photos Ministère de la Culture

Affiche journées européennes du patrimoine 2015 – Crédits photos Ministère de la Culture

Publicités

Les Journées Européennes du Patrimoine : l’occasion pour tous de redécouvrir notre Histoire

A l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine du 20 et 21 septembre dernier, j’ai fait le choix d’aller dans un lieu souvent méconnu mais pourtant important pour notre population, les Archives départementales. Ce lieu, comme de nombreux autres bâtiments du Conseil Général du Puy-de-Dôme, était ouvert à la population lors de ces journées.

Visite des Archives Départementales - Crédits A.C.

Visite des Archives Départementales – Crédits A.C.

Ce bâtiment sert de mémoire départementale, que ce soit en conservant les documents officiels des collectivités et de l’Etat ou des documents de personnes privées qui souhaitent leurs remettre. Il renferme donc une grande partie de l’Histoire de notre Département mais aussi de notre région. Ces dépôts de documents qui peuvent être de toutes sortes : écrits, vidéos, photographiques sont conservés soigneusement par le personnel du Conseil Général. Ces derniers ont pour mission la valorisation et la conservation de notre Histoire commune de la grande Histoire aux histoires des Puy-dômois et Auvergnats.

Dans cette droite ligne, les Archives départementales ont mis en place une exposition pour la commémoration des 100 ans du début de la Grande Guerre lors de ce weekend-ci, qui fait suite à la « Grande collecte 1914-1918 » organisée en novembre 2013 auprès des particuliers. Cette exposition met en avant les traces de cette guerre dans notre département permettant à chacun de pouvoir s’identifier.

Lors de ces Journées Européennes du Patrimoine, j’ai aussi participé à un évènement retraçant le passé faste de Romagnat et de notre canton, remis au goût du jour : ses vignes et ses fours à chaux. Cette visite était organisée par l’association Romagnat-Patrimoine avec le soutien de la ville de Romagnat. Cette visite m’a permise de redécouvrir le petit patrimoine de notre commune que je peux côtoyer depuis mon plus jeune âge. Ce dernier est remis au goût du jour, grâce à sa mise en valeur par des passionnés et soutenu par de nombreuses collectivités et l’Etat à travers la Direction Régionale des Affaires Culturelles Auvergne (DRAC).

Vue sur Romagnat et ses vignes - crédits A.C.

Vue sur Romagnat et ses vignes – crédits A.C.

Mais à quoi correspond cette manifestation organisée depuis plusieurs décennies ?
Lancée dans un premier temps en France en 1984, elle voit germer l’idée, un an plus tard, sous l’impulsion de J. Lang, Ministre de la Culture, de la développer au niveau européen. En effet, lors de la 2ème conférence du Conseil de l’Europe réunissant les différents ministres de la culture des pays membres, les Journées Européennes du Patrimoine naissent et sont mises en place rapidement par plusieurs pays européens dont les Pays-Bas, le Luxembourg ou la Belgique. Depuis 1999, ces journées sont organisées conjointement par le Conseil de l’Europe et la Commission Européenne, pendant les weekends du mois de septembre. Elles ont pour but d’ouvrir les portes de nombreux sites et monuments, dont beaucoup sont habituellement fermés au public. Cela a pour objectif de permettre à chaque citoyen européen de découvrir leur patrimoine culturel commun, tout en insistant sur la nécessité de chacun de participer activement à sa sauvegarde et sa mise en valeur pour les générations futures. Enfin, il ne faut pas oublier l’objectif plus large de ces Journées Européennes du Patrimoine : rapprocher les citoyens européens les uns les autres en mettant en place, grâce à la Culture, une meilleure compréhension mutuelle malgré les différences pouvant exister en terme de culture et de langues.