La parole aux européens du Puy-de-Dôme: Les Jeunes Européens Auvergne

Interview du 17 août 2018 publiée sur le blog du Centre d’Informations Europe Direct Clermont-Fd Puy-de-Dôme

Photo article CIED63

Les JE auvergnats à l’UEJE 2017

Régulièrement, le CIED vous propose d’aller à la rencontre des associations sur le territoire du Puy-de-Dôme afin de découvrir ceux qui font vivre l’Europe. Pour cette première étape, découvrons les Jeunes européens Auvergne, l’un des partenaires du CIED.

Pouvez-vous vous présenter ?

Anthony Courtalhac, 28 ans, président des Jeunes européens Auvergne depuis septembre 2016

 

Que sont les Jeunes européens et quelles sont vos actions ?

Nous sommes une association de jeunes de 16 à 35 ans, lycéens, étudiants ou actifs. Notre association est trans-partisane, c’est-à-dire qu’elle parle politique européenne sans orientation pour un parti en particulier.

Pour cela nous organisons des cafés-débats (Brexit, Erasmus+, Défense, Euroquizz…), des conférences débats, des interventions dans les écoles (labellisée par le Ministère de l’éducation Nationale) et en écrivant dans notre web-magazine participatif Le Taurillon.org

Il s’agit d’une association militante, quel futur souhaite-t-elle pour l’Europe ?

Nous souhaitons une Europe plus démocratique, sociale et écologique.

L’Europe des citoyens doit primer sur l’Europe des États.

 

On valorise souvent l’Union européenne pour son rôle dans la paix durable que nous connaissons mais est-ce là un argument qui touche encore les jeunes aujourd’hui ?

Je ne pense pas et d’ailleurs ce n’est pas le premier argument que l’on utilise. En revanche, même s’ils l’ont quand même en mémoire, leurs interrogations sont plutôt sur une guerre entre travailleurs européens qui ne dit pas son nom. Celle-ci qui voit s’opposer les citoyens européens sur le marché du travail avec le dumping social et fiscal ainsi que la directive des travailleurs détachés est très néfaste pour l’image de l’Europe. Alors que dans d’autres thèmes, elle est capable d’être aux côtés des citoyens (ex: roaming…).

« Bien souvent, ils (les jeunes) se rendent compte qu’en fait ils connaissent bien l’Europe car ils la vivent sans véritablement le savoir. Il suffit parfois simplement de le leur expliquer. »

A travers vos interventions sur le territoire, comment ressentez vous le regard des jeunes sur l’Europe ?

Ils sont intrigués, voir parfois inquiets, par cette Europe qu’ils connaissent peu ou pas. Cela ne les empêchent pas de vouloir la découvrir. Ils ne cherchent pas à être bloqués sur leurs idées préconçues. Bien souvent, ils se rendent compte qu’en fait ils connaissent bien l’Europe car ils la vivent sans véritablement le savoir. Il suffit parfois simplement de le leur expliquer.

Si vous deviez décrire l’Europe en un mot, quel serait-il ?

« Ouverture »

Grâce à elle, nous pouvons voyager sans soucis dans 27 autres pays comme si nous allions en Bretagne. Elle permet aussi de s’ouvrir sur les gens et notamment leur culture et leurs modes de vie. Enfin, cette ouverture a permis de ne plus se faire la guerre depuis plus de 70 ans !

Europe par les Jeunes en lycée

Intervention Europe par les Jeunes en lycée – Crédits A.C

 

Pour avoir des informations sur l’action de l’Europe dans nos vies, plusieurs solutions:

Les centres d’Information constituent le premier lien entre les citoyens et l’Union Européenne. Depuis 2018, ils sont au nombre de 47 en France et on en compte plus de 400 en Europe. Leurs missions principales sont :

  • Information du public
  • Conseils aux porteurs de projets
  • Animation du territoire
Publicités

60 ans du Traité de Rome réussi à Clermont-Fd

Conférence 60 ans Traité de Rome 3 – Crédits photos T.Blanc

Demain, nous fêterons les 60 ans du Traité de Rome et donc la création de l’Union Européenne.

Dans le Puy-de-Dôme, nous avons pris une semaine d’avance en organisant une conférence exceptionnelle avec Daniel Cohn-Bendit vendredi dernier.

En tant que président des Jeunes Européens Auvergne, c’est un véritable honneur d’avoir reçu une personnalité comme lui pour échanger sur l’Europe et son avenir.

Il a  partagé son expertise et rappeler la grande avancée de cette union : la Paix. Il a rappelé que, maintenant, les problèmes ne sont plus résolus par les armes mais par des discours et des débats, chose importante en cette période trouble dans laquelle se trouve le continent européen face aux différentes crises : économique, environnementale, sociale et humanitaire.

Il a aussi rappelé que les relations franco-allemandes sont essentielles pour l’Europe et que sans une augmentation significative du budget de l’Union Européenne aucune réorientation ne sera véritablement possible. En effet, le budget de l’union est équivalent à 1% du PIB quant celui de l’Etat fédéral américain est équivalent à 27% du PIB.

Conférence 60 ans Traité de Rome 1 – Crédits photos UCA

Lors des différents échanges, il est revenu l’idée que l’Europe devait se réinventer face aux nouveaux défis qui se posent à elle et qui ne sont plus le simple besoin de paix et de reconstruction des pays détruits par la Seconde Guerre Mondiale.

Mais il en est aussi ressorti la mobilisation grandissante de citoyens européens pour défendre leur idée de l’Union Européenne avec les manifestations « pulse of Europe » lancée il y a quelques mois par deux personnes et qui maintenant réunies plus de 30000 personnes chaque semaine en Allemagne.

Conférence 60 ans Traité de Rome 4 – Crédits photos A.C

Dans cette droite ligne, le 12 mars dernier, 150 jeunes se sont réunis à Strasbourg dans le cadre de la Convention Européenne de la Jeunesse, pour adopter une Constitution citoyenne pour une Europe refondée autour d’un véritable projet d’Europe politique et citoyenne.

Le projet sera fortement défendu par la jeunesse européenne présente demain à Rome lors de la manifestation européenne organisée pour les 60 ans du traité.

Enfin, à l’occasion de la conférence de vendredi, il a été inauguré une exposition de la Commission européenne réalisée avec Cartooning for Peace. Cette exposition, exposée grâce au Jeunes Européens Auvergne pour la 1ère fois en France, revient sur la construction européenne face aux idées de personnalités l’ayant rêvée ainsi que face aux différentes crises auxquelles elle doit faire face.

L’Exposition est visible jusqu’au 12 avril à l’Ecole de droit de Clermont-Ferrand et je vous invite fortement à vous y rendre pour voir les 50 dessins de presse qui est une ode à la diversité et la tolérance, illustrent tant les préoccupations citoyennes que l’avenir de notre continent.

Conférence 60 ans Traité de Rome 2 – Crédits photos A.C

 

Tournée Jeunesse à Clermont-Ferrand : un séminaire réussi !

Café-débat 2 - TJ JE - Crédits photo A.C

Café-débat 2 – TJ JE – Crédits photo A.C

Après la Tournée Jeunesse l’année dernière dans la capitale des Gaules, c’était à la section Auvergnate des Jeunes Européens – France d’accueillir, les 8 et 9 octobre 2016, à deux pas du plateau de Gergovie, l’ensemble des sections de la nouvelle grande région Auvergne-Rhône-Alpes. Ce fut l’occasion de faire mieux connaître l’association de manière joviale et chaleureuse aux membres mais aussi aux citoyens !

Ce séminaire régional a été l’occasion de dynamiser la petite section auvergnate et de lancer véritablement son année militante.

Dès leur arrivée le samedi, les participants ont commencé par des formations détendues à travers trois ateliers : Europe pour les jeunes, militantisme – tour de table des activités et de la gestion de projet à venir.

Visite de la ferme Bellonte - TJ JE - Crédits photo A.C

Visite de la ferme Bellonte – TJ JE – Crédits photo A.C

S’en est suivi une visite de la ferme Bellonte à Saint-Nectaire, pour découvrir la fabrication du Saint-Nectaire et les différentes aides et règlementations européennes qui s’y appliquent pour aborder de manière concrète la relation Europe et agriculture.

Puis nous sommes redescendus à Clermont-Ferrand pour le café-débat sur  « le Brexit et ses conséquences » qui avait lieu en présence de Chloé Fabre (ancienne présidente des Jeunes Européens France), et Jean-Marin Serre (doyen de l’Ecole de Management de Clermont-Ferrand). Deux introductions qui ont très rapidement ouvert le débat sur de nombreuses questions et interactions tant dans les domaines économiques, sociaux et politiques qu’entrainerait une sortie dure ou plus douce de la Grande-Bretagne de l’Europe. La qualité des échanges a donné une bonne appréciation d’ensemble pour ce premier café-débat de l’année et a débouché sur des réflexions pour une Europe plus démocratique.

Café-débat - TJ JE - Crédits photo A.C

Café-débat – TJ JE – Crédits photo A.C

Le programme matinal du dimanche, était chargé, avec une action de rue au marché d’Aubière, plus grand marché dominical du Puy-de-Dôme, pour récolter les avis des Puydomois sur le Brexit.

Enfin, nous avons fait le bilan de la Tournée Jeunesse : très positif de la part de l’ensemble des membres des trois sections, autour d’un pique-nique fleurant bon le terroir.

Atelier formation EPJ - TJ JE - Crédits photo A.C

Atelier formation EPJ – TJ JE – Crédits photo A.C

La COP 21, le mot d’ordre d’une université d’été des jeunes européens réussie

Il y a deux semaines avait lieu l’université d’été des Jeunes Européens à Marseille. Le lieu était symbolique notamment car, il y a deux ans, Marseille était déjà au centre de l’Europe en étant la capitale européenne de la culture.

Le thème de cette année était la 21e Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21), évènement de la fin d’année qui verra l’ensemble des pays du monde prendre position pour sauver notre planète. Au vu de l’histoire de Marseille, mais aussi de sa localisation, ville entre terre et mer, point d’arrivée de nombreuses migrations, la cité phocéenne ne peut qu’être concernée par le réchauffement climatique.

Cette université d’été a été très dense alliant ateliers thématiques, conférences et actions militantes de sensibilisation et de mobilisation à l’Europe et à la COP 21. Cela a été possible grâce aux organisateurs mais aussi aux nombreux intervenants (Climates, ENERGIES 2050, Animafac, le Parlement Européen des Jeunes et Erasmus Student Network) et à la « labellisation » COP 21 de l’évènement.
De la présentation des enjeux de la COP 21 à une simulation des réunions qui auront lieu en décembre, en passant par la politique européenne en matière de lutte contre le réchauffement climatique, les enjeux environnementaux ont été au cœur de ce weekend riche en apprentissages.

Atelier Université d'été des JE

Atelier Université d’été des JE – Crédits photos A.C.

J’ai eu par ailleurs la chance avec certains camarades de participer à un atelier sur les relations entre les différents Jeunes Européens en Europe avec la présence de la Présidente des Jeunes Européens Fédéraliste Europe (JEF-Europe), Pauline GESSANT. Lors de nos échanges, nous avons pu notamment évoquer les enjeux du futur congrès des JEF Europe.

Enfin, en tant qu’administrateur national des Jeunes Européens, j’ai participé aux différentes réunions statutaires lors desquelles nous avons notamment renouvelé nos instances. Ce renouvellement a vu la fin du mandat de la plus auvergnate des présidentes des Jeunes Européens, Chloé FABRE, qui n’a pas manqué dans son discours d’adieux de faire référence à sa belle région.

Assemblée Générale des Jeunes Européens

Assemblée Générale des Jeunes Européens – Crédits photos A.C.

Malgré la densité de l’évènement et le fait que cela a été ma première participation, le bilan personnel que je fais de cette université d’été est celui de l’échange et de la camaraderie entre les militants venus de la France entière avec qui on a pu échanger nos expériences!

Par ailleurs, de nombreuses discussions se sont engagées avec les camarades de Rhône-Alpes sur la future Tournée Jeunesse qui aura lieu à Lyon le 10 et 11 octobre et qui réunira les camarades de la nouvelle grande région Auvergne-Rhône-Alpes.

Enfin, j’ai pu rencontrer Hervé MORITZ, la cheville ouvrière du magazine des Jeunes Européens, « Le Taurillon », qui va fêter ses 10 ans, et qui à cette occasion souhaite se refaire une jeunesse avec les fonds récoltés grâce au crowdfunding Ulule (https://fr.ulule.com/letaurillondanslacourdesgrands/). Ce magazine euro-citoyen mérite d’être soutenu : il existe en 5 langues et fait la part belle à l’Europe en la rendant vivante et proche des citoyens. Alors comme moi, participer à financer ce beau magazine !

Campagne Ulule Le Taurillon

Campagne Ulule de financement du magazine « Le Taurillon » – Crédits photos « Le Taurillon »