Sortie de la Grèce : fin annoncée de l’Union Européenne ?

Exposition sur l'Europe organisée par le Mouvement des Jeunes Européens du Puy-de-Dôme - crédits A.C. (2014)

Exposition sur l’Europe organisée par le Mouvement des Jeunes Européens du Puy-de-Dôme – crédits A.C. (2014)

Aujourd’hui, après une dizaine de « sommet européen de la dernière chance », la crise européenne n’a jamais été aussi présente.

En effet, il y a une semaine un accord était sur le bon chemin avant le référendum grec. Cet accord proposé par les créanciers n’est plus acceptable pour ces mêmes acteurs, quand c’est la Grèce qui en fait la proposition.

Pour ma part, en tant qu’européen convaincu, j’ai honte de cette Europe !

Comment a-t-on pu en arriver à un tel gâchis qui plonge le peuple grec dans la pauvreté ? Certes, l’Etat Grec a fraudé pour entrer dans la zone euro, fortement aidé et poussé par les banques qu’elles soient françaises ou allemandes. Cette situation, Romano Prodi, ancien président de la Commission Européenne, la décrit dans le JDD : il explique que l’on a accepté l’entrée de la Grèce en refusant toute forme de contrôle supranational sur les bilans ainsi que la création d’une Cour des comptes européenne.

Le gouvernement allemand, majoritairement de droite, a donc le beau rôle maintenant en donnant des leçons à un peuple qu’elle a précipité elle-même au bord du précipice.

Quant à la droite française, elle ose dire « Je n’ai pas confiance en lui [Tsipras] ». Un comble ! Eux n’ont jamais rien fait pour l’Europe et ont participé à cette impasse en Grèce.

Nicolas Sarkozy nous affirme « que François Hollande doit se ressaisir » au sujet de la situation grecque, en somme il souhaite que le Président français soit la marionnette de la Chancelière allemande, comme il a pu lui l’être durant ses 5 années de présidence. Encore une fois, il rabaisse encore une fois l’idée d’une France à l’initiative en Europe. Mais François Hollande est un européen convaincu et se battra jusqu’au bout pour que la Grèce reste dans la zone euro car il sait pertinemment que sa sortie ne sera pas provisoire et déstabilisera durablement l’Union Européenne.

Le Président de la République, malgré les critiques, agit en grand connaisseur de l’Europe, dans le plus grand silence et cela avec des résultats contrairement à son prédécesseur adepte du buzz sans aucuns résultats. Depuis plusieurs jours, F. Hollande a permis d’éviter toute rupture des négociations. Il a aussi permis au gouvernement grec d’avoir plus de temps après le référendum pour faire des propositions sérieuses et l’a accompagné dans cette élaboration.

Nous ne pouvons pas laisser de côté les grecs, ce peuple qui porte une grande partie de notre histoire européenne, sans conséquences. En effet, il y a une volonté d’humilier la Grèce jusqu’au bout depuis que Tsipras a été élu. La droite extrême et l’extrême droite alliée comme en Finlande veulent faire payer aux Grecs d’avoir élus un Parlement d’extrême-gauche sur le papier qui, en fait, est un gouvernement socialiste qui a engagé ou va engager de nombreuses réformes nécessaires pour la Grèce, loin de la droite et une partie de camarades socialistes grecques englué dans l’affairisme (soutenu pendant des années par les autres pays car ils nourrissaient les entreprises allemandes notamment).

Espérons que nous déboucherons à un véritable consensus. En effet, le consensus est la base de l’idée européenne afin de pouvoir vivre tous ensemble en ne laissant pas de côté un peuple à cause d’une idéologie punitive de certains gouvernements européens.

L’Europe des individualités doit être renversée pour enfin faire une véritable Europe : fédéraliste, unifiée, tirant dans le même sens pour devenir un territoire de prospérité économique, environnementale et sociale au service de ses citoyens.

Exposition sur l'Europe organisée par le Mouvement des Jeunes Européens du Puy-de-Dôme - crédits A.C. (2014)

Exposition sur l’Europe organisée par le Mouvement des Jeunes Européens du Puy-de-Dôme – crédits A.C. (2014)

Publicités

Cérémonies du 8 mai : pour que l’Histoire ne se répète pas

Vendredi dernier, nous avons commémoré les 70 ans de la victoire des forces alliés sur le nazisme. Cette victoire fut celle de la liberté sur la dictature, celle de la tolérance sur le racisme et l’antisémitisme et celle des forces progressives sur les forces obscurantistes.

Force est de constater que la fête est un peu gâchée avec l’antisémitisme et le racisme, notamment accentué vers les musulman-es, qui refont surface.

En effet, l’extrême-droite nous a plus que jamais montrer son vrai visage lors de son triste défilé du 1er mai. Marine Le Pen a déversé un message de haine pire qu’à son habitude. Un discours qui a incité ses militants à se lâcher en violentant des journalistes ou en se transformant en milice en s’attaquant aux Femens. Ce jour là, c’est la liberté de la presse, la liberté d’expression et de manifester qui a été attaqué, ces libertés acquises grâce aux sacrifices de nombreux hommes et femmes français ou non, de toutes les confessions et de toutes les origines, que nous avons remercié en commémorant le 8 mai 1945.

Après le 11 janvier – événement manqué du soulèvement d’un peuple qui est fort quand il est uni dans sa diversité -, allons nous continuer à laisser monter cette intolérance dans notre société ? Le FN et ses partis frères européens disséminent petit à petit un virus. N’oublions pas que ces partis ne sont ni plus ni moins que les ancêtres des forces obscurantistes des années 30, celles qui ont entraîné la 2nde Guerre Mondiale. Ce virus va-t-il continuer à prospérer sans réactions?

Mémorial de la Déportation à Paris - crédits A.C.

Mémorial de la Déportation à Paris – crédits A.C.

Le 8 mai doit nous rappeler à nos mauvais souvenirs et ne pas oublier que l’Histoire peut toujours se reproduire si on ne chasse pas les indices d’une possible répétition. C’est dans ce sens que plus de 1.000 anciens combattants de la Résistance ont été décorés de la Légion d’honneur. Comme l’a rappelé notre Président de la République lors de son discours, “aujourd’hui, ce sont eux qui nous parlent de l’espérance de la Résistance, car la victoire du 8 mai n’a pas été la suprématie, la domination d’une nation sur une autre, elle a été la victoire d’un idéal sur une idéologie totalitaire.”

À quelques jours de la panthéonisation de 4 résistants qui étaient de vrais patriotes et qui se sont battus pour une France Libre, tolérante et ouverte sur le monde, nous nous devons de réagir. Cette panthéonisation sera le dernier événement de l’année pour rendre hommage à ces hommes et femmes morts pour la France, morts pour une Europe de la paix et un monde où l’on peut vivre tous ensemble.

Enfin, je me félicite  que François Hollande ait rendu hommage aux nombreux jeunes qui s’investissent dans le Concours National de la Résistance et de la Déportation. Il est important que le Président veuille démocratiser ce concours, comme je l’expliquais dans mon article de l’été dernier. Ce concours, auquel j’ai participé au lycée, permet aux enseignants mais aussi à des anciens résistants ou déportés de transmettre la mémoire de la Seconde Guerre mondiale aux nouvelles générations. A travers ces témoignages, c’est le sens de ce que doit être l’engagement pour l’intérêt général qui est illustré. Et comme l’a dit F. Hollande : “on passe beaucoup de concours dans sa vie, mais peut-être que le plus beau, c’est le Concours de la Résistance”.

Sport, éducation, laïcité: les clés du bien vivre-ensemble

Tribune du 6 février 2015 co-écrite et publiée dans Le Huffington Post avec plusieurs jeunes responsables fédéraux du Parti Socialiste, militants et sympathisants socialistes.

La France du vivre ensemble a subi une véritable attaque, le 7 janvier. Attaque contre ses valeurs, attaque contre ses idéaux.

La réponse à ces événements tragiques ne s’est pas fait attendre et les rassemblements citoyens et spontanés se sont multipliés dans toutes les villes et villages de France. Les images du 11 janvier resteront pour longtemps dans les mémoires.

Mais ces événements ont été l’occasion de reprendre conscience que le vivre ensemble n’est plus acquis, qu’il est fragile, qu’il ne repose pas que sur la religion ou les choix politiques.

Nous nous devons de tout faire pour recréer un idéal commun qui rassemble les Français au-delà des clivages politiques pour construire ensemble un avenir commun.

Face aux Français et aux Françaises, nous devons faire preuve d’écoute, d’empathie et surtout garder l’esprit ouvert et ne pas fuir nos responsabilités. Il y a des colères saines, il faut juste savoir les entendre et surtout les écouter.

Cela passe par plusieurs éléments : le respect du principe de la laïcité, la priorité à l’éducation, recréer du vivre ensemble notamment à travers le sport et repenser notre citoyenneté.

Notre devise républicaine « Liberté, Egalité, fraternité » est souvent mise à mal, Notre modèle de société ne produit plus d’équité, il reproduit des inégalités : la France est aujourd’hui parmi les pays européens où l’injustice se fait le plus sentir dès la naissance et ne s’atténue pas lors de l’entrée à l’école.

Nous devons accompagner les citoyens dans un parcours éducatif, professionnel avec les choix, les complexités, les possibilités de chacun.

L’école est un formidable outil : servons nous-en ! L’Éducation Nationale est un relais évident dans l’apprentissage et la défense des valeurs qui rendent possible le vivre ensemble.

Le droit à l’éducation, libre, gratuite, universelle et laïque est un des piliers fondateurs de notre République. Cette idée que tous les enfants, sans distinction nationalité, de couleur, ou de niveau de revenus de leur famille ont le droit à la même éducation, et qu’a travers elle, ils puissent s’émanciper. Trouver leur voie.

Mais aujourd’hui nous avons encore malgré les réformes fortes entreprises ses trois dernières années, un système à deux vitesses.

Ce n’est pas notre vision d’une éducation qui se doit d’être universelle.

C’est pourquoi, pour lutter contre l’échec scolaire et permettre à tous de concrétiser la promesse d’Égalité inscrite sur les frontons des bâtiments de la République, nous proposons de permettre aux enfants qui en ont le plus besoin de prendre des cours de soutien scolaire à l’école pour lutter contre le développement d’une inégalité due aux cours particuliers privés réservés aux familles les plus aisées.

Nous ne devons pas oublier les difficultés là où elles sont les plus visibles, dans les salles de classes. Parce que nos professeurs ne peuvent pas être partout, il nous faut plus d’auxiliaires d’éducation dans les classes. Pour les élèves en difficulté, mais aussi pour ceux dont le handicap nécessite une prise en charge car il est inacceptable que nous laissions sur le bord du chemin une grande partie de ces élèves.

L’École de la République n’est pas, n’a jamais été qu’un simple lieu de transmission de connaissances, c’est aussi le lieu de l’apprentissage de la citoyenneté et du vivre ensemble.

Nos écoles doivent donc garantir aux enfants leur sécurité. Il est inacceptable que la parole raciste, homophobe, antisémite voir pro-djihadiste puisse se développer sans être sanctionnée.

Il faut être ferme et ne tolérer aucune libéralisation de la parole haineuse, xénophobe, discriminante au sein des établissements scolaires.

Il est donc nécessaire que, dès le primaire, les instituteurs expliquent aux enfants ce qu’est la morale républicaine, expliquer les valeurs fondamentales de notre République qui sont la tolérance, la liberté d’expression, la laïcité, la fraternité et l’égalité entre les sexes et les individus.

La laïcité, au même titre que l’égalité et la liberté, est un pilier du bien-vivre ensemble et doit donc à ce titre être défendu.

Le devoir de la France c’est aussi de permettre à tous les citoyens d’exercer leur foi dans des lieux de cultes spécifiques et respectueux de leurs croyances.

Par ailleurs, nous proposons qu’un enseignement laïc du fait religieux s’effectue à l’école, de même que nous défendons l’idée de la création d’une journée nationale de la Laïcité…

Le sport fait partie intégrante de notre vie et est un des vecteurs indispensables pour le vivre-ensemble. En effet, il véhicule des valeurs allant du dépassement de soi à l’esprit d’équipe, en passant par l’entre-aide, et le respect.

Ainsi, quoi de plus fédérateur que le sport pour unifier nos forces, nos différences qui les années passées ont apportées tant de joies et d’espoir à nos concitoyens. La génération dorée en football « black, blanc, beur », vainqueur de la coupe du monde en 1998, et du championnat d’Europe en 2000. Que dire de cette équipe de handball, qui, depuis plus de 20 ans trust tous les podiums, avec son formidable patchwork culturel.

Nous devons donc développer au maximum les sports mixtes et ce dès le plus jeune âge. Cela, permettra aux jeunes d’appréhender le travail en équipe, la solidarité homme-femme, le vivre ensemble.

Ainsi, nous proposons, pour les sportifs qui au-dessus d’un certain salaire (plus d’un million d’euros par exemple), de payer un impôt supplémentaire à leur fédération. Pour les salaires plus modestes, les athlètes à la retraite auront un devoir de transmission du « savoir-faire » en aidant leur fédération en participant aux développement des jeunes pousses, dans le travail mental, et apporter leur expérience du terrain, cela pourrait également se traduire dans les écoles grâce à la réforme des rythmes scolaires. Le but final est créer une cohésion entre les générations, pour la transmission de l’histoire de leur sport, des valeurs véhiculer du maillot français, afin de former des athlètes alertes des enjeux internationaux, et fiers de porter les couleurs bleu-blanc-rouge.

Le bien vivre-ensemble passe aussi par la mise en place d’un réel parcours citoyen basé sur le service civique et la création d’un statut de pré-majeur.

Sur le Service civique, nous nous félicitons de la déclaration du Président de la République, lors de sa conférence de presse du 5 février 2015 et souhaitons que le service civique devienne universel avec une revalorisation de l’indemnité versée aux jeunes.

Par ailleurs, nous militons pour la création d’un statut du pré-majeur qui permettrait un passage plus progressif vers l’âge adulte avec le droit de vote à 16ans pour les élections locales mais aussi la possibilité de faciliter la création d’associations.

Nous jeunes socialistes pensons que le vivre ensemble n’est pas insurmontable. Il sera possible qu’avec la priorité donnée à l’éducation à travers nos écoles, et en se servant du sport et des associations comme facilitateur, comme lieu de rencontres et de brassage des classes sociales permettant de rassembler les citoyens et de faire de leurs multiples différences une richesse, une force.

Non le vivre ensemble n’est pas une vieille lune mais c’est une nécessité pour l’avenir de notre société. Respectons l’autre, respectons nos différences.

Ayons le courage et l’audace et de la volonté politique, nous femmes et hommes de gauche, de faire du bien vivre ensemble une réalité !

 

SIGNATAIRES:

Anthony COURTALHAC, secrétaire de la section PS de Romagnat (Puy-de-Dôme)

Baptiste MENARD, secrétaire de la section PS de Templeuve (Nord)

Carla BUCERO LANZI, animatrice Fédérale du MJS Deux Sèvres

Nicolas SANSSOUCI, militant PS (Meurthe-et-Moselle)

Clément LAFORGE, conseiller Municipal de Guichainville (Eure)

Thomas LUQUET, militant PS (Paris)

Mathieu FRANCO, militant PS (Paris)

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-menard/vivre-ensemble-education-laicite-sport_b_6630326.html

Je suis Charlie, nous sommes la France !

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine rue Montlosier suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

La semaine dernière a été très particulière; elle restera en mémoire toute ma vie.

Particulière d’abord par cet attentat effroyable de Charlie Hebdo où des terroristes ont assassiné 10 personnes (Charb, Cabu, Wolinski, Honoré, Tignous, Elsa Cayat, Bernard Maris, Frédéric Boisseau, Mustapha Ourrad et le clermontois Michel Renaud). Effroyable aussi avec les lâches assassinats de 3 policiers (Clarissa Jean-Philippe, Ahmed Merabet et Franck Brinsolaro) et ensuite de 4 personnes de confession juive (Philippe Braham, Yohan Cohen, Yoav Hattab, François-Michel Saada)  dans la prise d’otage de l’hyper Casher.

Pourquoi ces 17 exécutions abominables ? La réponse est simple : parce que des journalistes satiriques ont exercés leur métier, et donc leur liberté d’expression, parce que des policiers ont exercé leurs missions de tranquillité et de sécurité publique ou parce que les personnes qui faisaient leurs courses dans ce magasin étaient juives. A travers ces différents assassinats, c’est les valeurs de la France qui ont été attaquées, celle que ces journalistes et policiers ont défendu jusqu’à leur dernier souffle. Cette France qu’ils aimaient tant.

Mais je n’oublie pas, Lassana Bathily, jeune malien venu en France pour étudier et travailler. Il a caché des otages du magasin et s’est échappé pour aider les forces de police à intervenir. Ce jeune homme, qui a fait sa demande de naturalisation française et qui défend déjà toutes les valeurs de notre pays, a été héroïque car  sans lui la liste des morts aurait été plus longue.

Particulière aussi de part le sursaut républicain, avec la forte mobilisation des Français depuis plusieurs jours. C’est grâce à eux que le terme peuple a pris tout son sens. En effet, dès le jour de l’attentat, des rassemblements citoyens spontanés se sont organisés dans toute la France. Ceux de dimanche sont et resteront historiques.

Historique de part leurs nombres, avec plus de quatre millions de personnes dans les rues dont  deux millions sur Paris – mais aussi des milliers de personnes dans le monde entier !

Historique de part le nombre de chef d’Etat et de gouvernement présent, plus de 40 dont de nombreux européens montrant bien là qu’il existe bien une Europe solidaire.

La mobilisation s’est organisée en hommage aux 17 victimes mais aussi et surtout contre le terrorisme, contre l’obscurantisme, contre toutes les stigmatisations et amalgames. Les Français étaient dans la rue pour réaffirmer cela et défendre nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité, ils étaient dans la rue pour montrer que nous n’avions pas peur et que la France était unie contre l’adversité.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine place de Jaude suite aux attentats de Paris – Crédit photo A.C.

Passé le temps du recueillement et de l’indignation nous devons révolutionner la France.

Aujourd’hui, tout reste à faire dans notre pays pour que ces attentats nous fassent avancer, pour qu’ils ressoudent la France et les Français autour de nos valeurs.

Cette révolution passe par plus de liberté, plus de vivre ensemble, plus de fraternité et moins d’amalgames, moins de racisme, moins d’individualisme.

C’est pourquoi, on ne peut que féliciter la très bonne gestion de la crise par le Président de la République F.Hollande, qui a été dans ce moment difficile à la hauteur en prônant l’unité nationale et le rassemblement de l’ensemble des républicains quand les terroristes espéraient la division et l’opposition entre les Français.

Et malgré les quelques personnes anti-républicaines qui ont cherché à diviser, à stigmatiser à opposer quitte à ne pas respecter le deuil national. Je parle bien-sûr du FN avec ses appels au retour de la peine de mort, à l’élection de Marine Le Pen ou à dire que l’immigration est la raison du terrorisme. Leurs députés, hier à l’Assemblée Nationale, ont été les seuls, au sein de l’hémicycle, à ne pas rendre hommage aux victimes.

Malgré cela nous pouvons espérer que le sursaut républicain des derniers jours ne soit pas sans lendemain et qu’il ne se limitera pas seulement a acheté Charlie Hebdo cette semaine. Nous devrons aussi lutter avec fermeté et détermination contre tout acte ou paroles anti-juif, anti-musulman  et toutes attaques envers la République car la haine, la barbarie, l’extrémisme et le racisme ne sont pas compatible avec la France.

Pour ma part, je suis heureux de la forte mobilisation en Auvergne et notamment à Clermont-Ferrand où des personnes diverses se sont réunies dépassant les clivages sociaux, professionnels, religieux ou politiques.

Je suis heureux aussi d’avoir vu la mobilisation de jeunes et de moins jeunes, pour défendre les valeurs de la République : Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité, Solidarité. Ces mêmes mots qui se sont retrouvés sur les affiches des rassemblements et dans la bouche de nombreux citoyens et en particulier de jeunes.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) - Crédit photo A.C.

Marche Républicaine suite aux attentats de Paris (rue du Clos-Four au siège de La Montagne) – Crédit photo A.C.

Bonne année 2015 !

L’exercice des vœux est quelque chose de périlleux car on énonce des espérances, on évoque le monde tel qu’on aimerait.

Les vœux sont aussi un moment où on croit en l’avenir et où on veut partager du temps avec des personnes qui nous sont chers et qu’on ne voit malheureusement pas assez souvent dans l’année.

L’année 2014 a été difficile, compliquée pour beaucoup entre le chômage et l’exclusion, et plus généralement de défiance envers le système français (le fameux French Bashing). Mais cela a quand même été une année pleine d’espérance montrant que la France a un avenir. Pour cela, il faut se réinventer totalement dans un monde qui change tout les jours. En effet, la France, ce pays de 65 millions d’habitants, est un ensemble de forces vives qui ne demandent qu’à s’exprimer et faire rayonner la France dans le monde entier. Je pense par exemple aux deux Prix Nobel obtenus par des français cette année, mais aussi à des entreprises françaises comme celles de la French Tech.

Et c’est là le paradoxe : au moment où la France brillait au niveau international, grâce à nos forces vives, nous, Français, nous dénigrions. Et pourtant, au même moment, de nombreux français faisaient le choix de prendre leur destin en main en entreprenant. Je pense, par exemple, au niveau local, aux salariés des Volcans à Clermont-Ferrand qui ont repris leur entreprise en SCOP. Mais je pense aussi à mes amis Nicolas Ayrald et Yannick Jouve qui avait un projet fou : créer une entreprise d’importation d’huile d’olive portugaise bio pour contribuer au changement entrepris par les Français – manger plus sainement avec des produits de qualité. Ces deux exemples – parmi tant d’autres – ont été possible grâce au soutien de certains acteurs locaux mais surtout grâce aux pouvoirs publics que ce soit l’Etat, avec notamment la French Tech et bien d’autres dispositifs, mais aussi les collectivités territoriales, et notamment le Conseil Général et Conseil Régional d’Auvergne (par exemple Auvergne Nouveau Monde).

Mon souhait pour l’année 2015 ? Que nous arrêtions d’être défaitistes, et que nous tentions par tous les moyens à réaliser nos rêves, malgré les obstacles. Le Gouvernement réforme le pays qui est depuis trop longtemps tétaniser à tout changement. Le changement dans le monde est en marche, il nous faut donc être à l’initiative.

Et nous le serons cette année autour de la plus grande problématique du siècle : le changement climatique. En effet, en décembre 2015, la conférence mondiale sur le Climat aura lieu à Paris. Elle sera décisive pour lutter contre le réchauffement planétaire. Lors de ses voeux hier soir, François Hollande a d’ailleurs rappelé la nécessité d’être très attentifs et de ne pas louper le coche, salutaire pour notre Planète.

Si nous relevons la tête, nous verrons que la France a toujours vécu et vit encore de ses diversités. C’est sa force et non pas le repli sur soi comme beaucoup peuvent le penser, ni le racisme prôné par l’extrême droite, cette extrême droite qui ne parie que sur le désespoir des français quitte à travestir la réalité.

Enfin, concernant les politiques, je souhaite qu’en 2015, l’innovation démocratique – que je prône depuis plusieurs mois – puisse prendre tout son sens : le renouvellement, le non cumul, la politique des valeurs et des idées (demandé en 2014 par les français), à l’inverse de la « peoplisation » des hommes et femmes politiques.

Sur ces quelques mots d’espérance, je vous souhaite à tous et toutes une bonne année 2015, pleine de réussite et de santé. Je formule ici un seul vœu : que nous soyons collectivement et individuellement fiers d’être français, européens et citoyens du monde !

FEU SAINT CLOUD 2013 - escalepade - CC BY-NC-SA 2.0

FEU SAINT CLOUD 2013 – escalepade – CC BY-NC-SA 2.0