REVUE DE PRESSE

Article de La Montagne « Parole de Militant » dans le dossier « Les élus socialistes boudent Hollande », 21 octobre 2016

Zoom sur l'encart "Parole de Militant" où j'ai pu donné mon avis

Zoom sur l’encart « Parole de Militant » où j’ai pu donné mon avis

L'article en entier

L’article en entier

Publicités

Trois questions à Jeanne ESPINASSE, conseillère départementale de Vic-le-Comte

Ce mois-ci et pile un an après les élections départementales de 2015, j’ai souhaité vous présenter à travers mon « 3 questions à » mensuel Jeanne ESPINASSE, conseillère départementale du canton de Vic-le-Comte et seconde adjointe de la commune de Neschers. Bonne lecture !

Jeanne Espinasse - campagne départementale 2015

Jeanne Espinasse – campagne départementale 2015

  • Jeanne, tu as été élue en mars 2015 conseillère départementale du canton de Vic-le-Comte avec ton binôme Antoine DESFORGES. En quoi consiste ton mandat ? Comment s’est déroulé cette première année ?

Les conseillers départementaux interviennent sur les compétences du Département : le social, les collèges, les routes, le transport, les territoires, la culture et le sport. Nous sommes élus au suffrage universel pour un mandat de 6 ans.

 Notre rôle est triple :

  • Participation à la vie du Conseil départemental : nous siégeons lors des sessions et participons ainsi par nos interventions, propositions et nos votes à la prise de décisions et à l’orientation de la politique du Département. Chacun de nous est également membres d’une commission qui examine les dossiers avant leurs adoptions. Pour ma part, je fais partie de la 3ème commission « Finances et Infrastructures ».
  • Nous sommes les interlocuteurs privilégiés des habitants du canton de Vic-le-Comte. Nous sommes au service des citoyens en écoutant et répondant aux administrés au travers de nos permanences et visites régulières dans les communes. Cela nous permet de prendre en compte les problématiques que rencontrent les citoyens et d’orienter l’action départementale en fonction.
  • Nous participons à la vie locale. Nous avons établi une relation de confiance et de proximité avec les élus locaux. Nous les accompagnons dans la mise en place de leurs projets, notamment en sollicitant l’appui des services et organismes associés au Département. Nous avons instauré une réunion cantonale (regroupant l’ensemble des Maires du Canton, les représentants des services du Département, Le Président du Conseil départemental et le Député de la circonscription) pour faciliter la recherche de solutions communes aux problèmes rencontrés. Nous participons également à la vie des associations locales en étant présents lors des manifestations et en les soutenant financièrement au travers de la DALD (1).

Cette première année a été intense pour moi, cela a nécessité beaucoup de présence sur le terrain et de travail personnel, même en dehors de ce qui est visible. J’ai découvert de nombreux dossiers et de nouveaux domaines qui dépendent du Conseil Départemental. Ce processus m’a d’autant plus intéressée que le cœur de notre action est le lien direct avec les élus et les habitants.

  • Tu es aussi deuxième adjointe de Neschers. Peux-tu nous parler de ton engagement en tant qu’élue sur un territoire rural ?

 La taille de la commune de Neschers fait que nous sommes en contact direct et permanent avec les habitants. La commune n’emploie qu’une secrétaire et les élus doivent gérer le quotidien sans l’appui de services techniques importants.

Nous sommes très identifiés par les citoyens qui font appel à nous pour toutes les problématiques qu’ils rencontrent. Cette perception de l’élu local est intéressante et passionnante car nous agissons au plus près des habitants et du territoire neschersois. Le travail de l’équipe municipale se fait en direct.

 Ce rôle de l’élue locale, m’aide dans mon mandat de conseillère départementale car cela me permet de porter la réalité du quotidien des petites communes, nombreuses sur le canton, lors des débats au Conseil départemental. Ce rôle de porte-parole des petites communes est important dans un département à la fois urbain et rural où les problématiques ne sont pas les mêmes entre ville urbaine et ville rurale.

Jeanne Espinasse aux voeux 2016 de la commune de Coudes - Crédits J.Espinasse

Jeanne Espinasse aux voeux 2016 de la commune de Coudes – Crédits J.Espinasse

  • Enfin, comment vois-tu l’avenir de notre Département ?

 Le Département a un avenir au travers de ses conseillers départementaux. Tant qu’ils seront des élus ancrés sur les territoires, aux services des Hommes, à l’écoute, proches des élus locaux, ils justifieront la nécessité du Département échelon de proximité. A l’heure de la grande Région Auvergne-Rhône-Alpes, seul le Conseil Départemental a la taille et le poids humains pour mener des politiques de développement sur nos territoires.

 L’écoute, la proximité, le terrain et la solidarité sont pour moi les piliers de mon action de conseillère départementale.

1 : La Dotation d’Animation Locale Décentralisée (DALD) est une enveloppe financière attribuée à chaque binôme de conseillers départementaux. Elle est destinée à aider les associations afin de développer des projets. Les associations doivent contacter leurs conseillers départementaux afin d’obtenir un dossier qui sera examiné par le binôme qui décidera de l’attribution de la dotation.

 

Décès d’Helmut SCHMIDT : l’Europe perd un de ses plus grands défenseurs

Helmut Schmidt

Helmut Schmidt

A la veille des cérémonies du 11 novembre, date de l’armistice de la Première guerre mondiale, l’ancien chancelier allemand, Helmut SCHMIDT, s’est éteint à l’âge de 96 ans.

Homme fort de la République Fédérale Allemande des années 1970, il a prouvé son grand sens de l’Etat, son expertise et sa vision en servant son pays en tant que ministre de la défense puis de l’économie et enfin des finances.

Né à la fin de la Première guerre mondiale et ayant participé à la seconde guerre mondiale, il savait à quel point l’union des peuples européens était primordiale pour notre continent.

Cette grande figure du Social Democratic Party (SPD) et de la social-démocratie européenne a été un des artisans du couple franco-allemand. Il a toujours fait primer l’intérêt européen que ce soit en étant au pouvoir ou dans l’opposition.

Jusqu’à son dernier souffle, il prit la parole pour rappeler à ses concitoyens que c’était dans l’Europe, et non en dehors de celle-ci, que l’avenir s’inscrit. L’Allemagne et l’Europe viennent de perdre une véritable instance morale qui manquera notamment en cette période trouble dans laquelle se trouve le continent européen face aux différentes crises : économiques, environnementales, sociales et humanitaire.

Enfin, je pense forcément aux camarades allemands qui pleurent ce grand homme qui a consacré sa vie à l’Allemagne et beaucoup fait pour l’Europe mais aussi pour son parti.

Le Président a fait de la jeunesse sa priorité, que le PS en fasse autant !

Tribune du 29 mai 2015 co-écrite et publiée dans Le Huffington Post avec plusieurs jeunes responsables du Parti Socialiste, militants et sympathisants socialistes.

La fracture entre jeunesse et politique n’a peut-être jamais été aussi forte. Et ce sont les partis, y compris le nôtre, qui en portent la première responsabilité. Les jeunes ne sont ni idiots, ni égoïstes. Au contraire! Ils ont soif d’engagement: le succès du service civique et le nombre toujours en hausse d’adhérents à des associations en témoignent. La jeunesse s’engage, mais seulement là où elle a l’impression de servir une cause.

Pour cela, il faut avoir le courage de regarder la réalité en face. Notre parti vieillit, et ses méthodes avec lui. Pour lutter contre l’abstention et le sentiment d’abandon d’une part croissante de nos concitoyens, il nous faudra changer. Aujourd’hui réduit à n’être qu’une machine électorale, notre parti doit dès demain s’ouvrir largement et redevenir un lieu de débats et d’échanges, un lieu qui appartienne à tous, sympathisants, citoyens, et non pas à quelques-uns.

Nous n’oublions pas les luttes menées par ceux qui nous précédent: les militants qui ont des années d’expérience derrière eux sont une richesse inestimable. Les combats qu’ils ont menés, souvent avec succès, doivent être poursuivis. Mais avec un chômage de masse, les échecs électoraux qui se suivent et se ressemblent, avec la montée du Front National, qui demain reprendra le flambeau?

Ce parti, quelles que soient les orientations issues du congrès, est notre Maison Commune. Malgré ses défauts, nous y restons profondément attachés. Cet héritage que l’on nous lègue, c’est de notre responsabilité de l’entretenir de le rajeunir et de le redynamiser afin qu’il ne s’effondre pas sous le poids des années.

Crédit Elsa P. - Parti Socialiste

Crédit Elsa P. – Parti Socialiste

Nous devons, nous membres du PS, nous sympathisants, regarder la réalité en face: se couper de cette jeunesse, c’est se couper de l’avenir. Nous sommes condamnés à nous renouveler ou mourir. Le gouvernement et François Hollande agissent, mais c’est aujourd’hui à nous (jeunes) militants de prendre notre part pour aller de l’avant!

Organisons des rencontres citoyennes dans des cafés, ouverts à tous, sans distinctions. Allons chercher la jeunesse là où elle est, à la sortie des centres de formation professionnels, des entreprises, des universités et des terrains de sports. Écoutons-la, dans toute sa diversité, dans nos territoires ruraux, dans les banlieues et dans les villes. Donnons-lui les moyens d’agir, accordons lui une place.

Nous ne supportons plus que la jeunesse n’ait, sur les plateaux de télévision, sur les ondes des radios nationales, comme unique porte-parole, Marion-Maréchal Le Pen, députée du Front national. L’image de l’engagement des jeunes dans le débat politique ne doit pas se résumer à l’extrême-droite. Le FN mise sur la jeunesse. L’erreur des autres partis est de ne pas réagir.

La jeunesse doit devenir une priorité pour les socialistes, et ce quelle que soit la majorité issue du congrès! C’est une question de survie, autant pour notre parti que pour nos idées.

Ayons le courage d’abandonner un mode de fonctionnent dépassé qui nous tue chaque jour davantage.

Faisons le pari du renouvellement dans les idées et dans les pratiques!

Et ce ne sera possible qu’avec la jeunesse dans sa diversité, avec sa fougue, son énergie, ses qualités et ses défauts.

« On ne subit pas l’avenir, on le fait » disait Georges Bernanos. Alors faisons-le, ensemble!

Signataires:

Baptiste Ménard , secrétaire de la section PS de Templeuve

Anthony Courtalhac, secrétaire de section PS Romagnat

Louise Billard , Secrétaire Générale du MJS deux Sevres

Robin Gastaldi , Militant socialiste à Paris

Carla Bucero Lanzi , Animatrice Fédérale du MJS deux Sevres

Edwin Robert , militant socialiste à Paris

Tatiana Blanc, militante socialiste à Clermont Ferrand

Thomas Jacquelin , secrétaire de section de Ussel

Liés Messatfa , militant socialiste à Levallois Perret

Grégoire Potton, militant socialiste du Puy en Velay

Benjamin Santucci , militant socialiste à Paris

Benjamin Igranaissi , coordinateur du MJS 13eme arrondissement de Paris

Abir Adam , militant socialiste à Paris

Clément Laforge , conseiller municipal de Guichainville

Etienne Bard , militant socialiste à Paris

Xavier Labadens , militant socialiste à Paris

http://www.huffingtonpost.fr/baptiste-menard/francois-hollande-jeunesse_b_7460008.html

Élections départementales: esprit du 11 janvier es-tu là ?

A quelques jours du premier tour des élections départementales, les sondages et les médias semblent avoir déjà fait leur choix, avec le FN grand vainqueur. Cette petite musique que l’on donne à écouter aux citoyens ainsi que le défaitisme de certains politiques nationaux ne peut que motiver les électeurs à aller à la pêche ce dimanche.

Pourquoi se déplacer pour une élection déjà jouée d’avance et pour laquelle bien souvent les électeurs ne savent pas à quoi elle sert ?

L’esprit du 11 janvier a mis en exergue la solidarité, l’ouverture sur les autres, l’esprit républicain des français et surtout la lutte contre le défaitisme. Mais ce soubresaut n’a pas été assez fort pour endiguer le repli sur soi et le défaitisme ambiant alors même que de nombreux pays nous prennent encore pour exemple.

Dans ces conditions, le FN ne pourra qu’en profiter malgré les nombreux candidat-e-s qui prouvent que ce parti n’a jamais été un parti républicain et ne le sera jamais.

Ces candidat-e-s du F-Haine sont à l’image des idées de leur parti :
Prenons l’exemple du candidat FN dans l’Yonne qui s’attaque à Christiane Taubira, Ministre de la Justice : « Comment savoir où Taubira est passé ? Suivre les bananes » ou encore celui dans l’Ardèche qui en légende d’une photo sur Facebook de croix gammée trouve bon de dire « Marine, tu es la réincarnation d’Hitler. Toi, tu vas nettoyer la France, on compte sur toi ! »

En Auvergne, nous sommes aussi bien pourvus en candidat-e-s très irrespectueux. Prenons l’exemple d’un candidat dans l’Allier mis en examen pour détention et diffusion d’images pédopornographiques ou encore celui présenté sur le canton d’Aubière, condamné pour violences et injures raciales il n’y a même pas un an pour avoir voulu renverser un homme noir avec sa voiture. On peut encore évoquer ce candidat dans l’Allier qui se dit victime du lobbying judéo-maçonnique qui empêche sa carrière de chanteur de décoller.

Mais les responsables du FN Auvergnat ne sont pas en reste en abusant de la faiblesse de deux personnes âgées (dont une atteinte de cécité) qui sont candidates titulaires à leur insu. On pourra évoquer encore en Haute-Loire les candidatures FN qui sont une histoire de famille : pas moins de sept membres d’une même famille candidats sur des cantons différents ! Ainsi, sur presque la moitié des cantons de Haute-Loire, le FN est représenté par une même famille.

Au-delà des personnes, il faut s’intéresser à leur programme. Mais nous ne pouvons même pas évoquer un programme départemental, il n’en existe pas. Le FN ne s’intéresse pas aux propositions qui concernent le département. Il a choisi de ne parler que du contexte national et de sujets dont le Département n’a pas la charge. D’ailleurs leurs matériels électorales (tracts, affiches) ne change que très rarement, la règle étant les mêmes documents sur l’ensemble de la France, sans visage pour les affiches ou alors avec le portrait de Marine Le Pen pour les professions de fois. Un électeur du Nord recevra donc les mêmes propositions qu’un électeur du Puy-de-Dôme alors que ce sont des départements avec des problématiques totalement différentes. Où sont la proximité et la prise en compte des réalités de chaque territoire proposées par cette élection si les candidats ne se montrent même pas et ne proposent pas des solutions locales ?

Photos de gauche prise dans le Nord  et photos de droite prise à Romagnat. Deux exemples de candidats fantômes mêmes sur les affiches. Crédits photos : A.C et B.M

Photos de gauche prise dans le Nord et photos de droite prise à Romagnat. Deux exemples de candidats fantômes mêmes sur les affiches. Crédits photos : A.C et B.M

Qu’on se le dise, le vote contestataire d’une politique nationale aura des conséquences bien réelles dans nos vies dans nos départements, dans nos quartiers (ex: accompagnement des personnes âgées). Les habitants vivant dans les villes gérées par le FN depuis tout juste un an peuvent en témoigner :
• Augmentation des indemnités d’élus
• Suppression des aides à la restauration scolaire pour les enfants des familles pauvres
• Suppression de l’accueil péri-scolaire pour les enfants de chômeurs
• Fermeture de centre social
• Suppression des subventions aux associations en particulier celles d’aides aux plus démunis, de défense des droits de l’homme.
• Refus de commémoration de l’abolition de l’esclavage
• Changement de nom de rue par des noms de criminels de guerre

Ces quelques mesures, non exhaustives et adoptées en l’espace d’une seule année par ces maires, laissent présager de très mauvaises choses au niveau des départements voir des conséquences graves pour les citoyens que ce soit notamment pour les plus jeunes, les personnes handicapées ou les personnes âgées si le Front National avait des élus départementaux.

C’est pourquoi, dimanche 23 mars, il faut se mobiliser non pas juste parce que le FN n’est pas la solution mais bien pour défendre un ensemble d’actions menées depuis des années par le CG. Elles sont concrètes et touchent tous les Puydômois :
– la gratuité des livres pour les collégiens,
– la tarification sociale de la cantine au collège, qui permet à une famille de payer plus ou moins cher la cantine selon ses revenus, luttant donc pour que plus aucuns enfants ne mange pas à midi pour des raisons financières
– le projet d’inscription de la Chaine des Puys et de la Faille de la Limagne au patrimoine mondial de l’UNESCO,
– la plateforme AGRILOCAL 63,qui a été créer pour faciliter le commerce local et notamment pour fournir les cantines des collèges en produits locaux.
– COCON 63, qui a été créé pour aider à l’isolation des combles des bâtiments publics pour réduire la facture énergétique qui devient parfois une fracture énergétique

Nous avons un département qui accompagne efficacement sa population vers l’autonomie qu’elle soit scolaire, professionnelle, associative ou personnelle. Nous avons un département qui accompagne efficacement tout au long de notre vie.

Mobilisons-nous pour garder ces acquis et continuer à s’adapter aux nouvelles demandes des habitants telles que le maintien à domicile, la transition énergétique et le retour à une consommation locale.

Campagne du Ministère de l'Intérieur pour les élections départementales 2015 - Crédits photos : Ministère de l'Intérieur

Campagne du Ministère de l’Intérieur pour les élections départementales 2015 – Crédits photos : Ministère de l’Intérieur