Meilleurs voeux 2016 !

L’année 2015 fut une année très bizarre à vivre évoluant entre désespoir et espoir.

Désespoir quand le monde ouvrit vraiment les yeux sur le fléau qu’est la guerre. Guerre qui s’accompagne de ses nombreuses destructions, crimes de guerre et déplacements de populations qui ont tout perdu et n’ont d’autres solutions que de faire des milliers de kilomètres en abandonnant leur vie quotidienne, au péril de leur vie humaine.

Désespoir quand des fous commettent des attentats contre des personnes qui n’ont que pour seul péché de vivre librement comme ils le souhaitent. Ces fous, qui de tout temps se cachent derrière une religion et des dogmes, frappent aveuglément les peuples et les pays : France, Tunisie, Mali, Kenya, Cameroun, Egypte, Libye ne sont que quelques exemples de pays touchés par ces fanatiques.

En France, nous avons tous été marqués par les attentats de janvier contre Charlie Hebdo et par les attentats de novembre contre les valeurs qui nous rassemblent tous au-delà des religions et appartenances politique : liberté, égalité, fraternité et laïcité.

Désespoir quand l’année des trente ans de la création des Restaurants du Cœur par Coluche, des millions de personnes sous le seuil de pauvreté vivent ou plutôt survivent – et notamment de plus en plus de travailleurs.

Mais 2015 a aussi été une année d’espoir.

Bonne année 2016 ! - crédits TBlanc

Bonne année 2016 ! – crédits TBlanc

Espoir avec l’élan de solidarité suite aux attentats. Rappelons-nous les rassemblements spontanés qui ont eu lieu dans toute la France pour dire au-delà du « Je suis Charlie », nous résisterons face à l’obscurantisme et ne braderons jamais nos valeurs.

Espoir en termes de santé publique avec un cas de rémission complète du virus du SIDA qui a été suivi du lancement par une start-up française, d’une phase de test pour un vaccin contre le SIDA. On peut aussi évoquer la mise en place de nouveaux tests prénataux de dépistage de la trisomie 21, jugés efficaces et la fin de l’épidémie d’Ebola en Afrique.

Espoir avec la fin de la guerre froide entre les Etats-Unis et Cuba après plus de cinquante-quatre années de relation coupées.

Et enfin espoir avec l’accord sur le climat signé par 195 pays et l’Union Européenne, accord universel et juridiquement contraignant composé de 29 articles et constituant une véritable avancée dans la lutte contre le réchauffement climatique. L’objectif de cet accord est de contenir la hausse des températures bien en dessous de 2°C et prévoit la réévaluation à la hausse des contributions de chaque pays tous les 5 ans.

Mes souhaits pour l’année 2016 qui débutent

Peut-on continuer longtemps à tolérer le cumul de plusieurs mandats importants, alors que chacun d’eux nécessite de s’y consacrer à temps complet ? De ce point de vue, la volonté de Nicolas Sarkozy de revenir (si la droite revenait au pouvoir) sur la loi de non-cumul devant s’appliquer en 2017 est désolante.

En effet, pour moi 2015 a été éprouvant et a montré que les politiques doivent véritablement réagir et prendre la mesure du nécessaire changement des pratiques. Je renouvelle donc mon vœu de 2015 : que l’innovation démocratique prenne tout son sens à travers le renouvellement, le non cumul, la politique des valeurs et des idées !

Enfin, mon deuxième est un souhait de redressement prolongé de notre économie. La croissance revient, le chômage stagne et le made in France redevient attractif, les cartes sont donc entre nos mains. Espérons que nous allons nous mobiliser pour soutenir ces entreprises qui montrent que la France peut réussir si elle s’en donne les moyens.

Je vous souhaite à vous et à vos proches une année 2016 pleine de bonheur, de santé et de réussite personnelle et collective !

Pour conclure, je reprendrai à mon compte une phrase des vœux du Président de la République de cette année : « 2015 fut une année de souffrance et de résistance, alors faisons de 2016 une année de vaillance et d’espérance ».

Publicités

Trois questions à Irène LECLERC-GONZALEZ, déléguée régionale Auvergne de la fondation ARSEP

Ce mois-ci, j’ai souhaité vous présenter à travers mon « 3 questions à » mensuel une personne très active dans le milieu associatif de Romagnat : Irène LECLERC-GONZALEZ, déléguée régionale Auvergne de la Fondation ARSEP et fondatrice du Comité Sourire Espoir Patience. Cette interview a une saveur particulière ; je connais Irène depuis de nombreuses années et je l’ai vue, avec sa maladie, faire de grande chose. De plus, l’un de mes premiers articles du blog l’année dernière portait sur un des évènements qu’elle avait mis en place en faveur de la lutte contre cette maladie qu’est la sclérose en plaque et auquel j’avais participé. Bonne lecture !

Irène Leclerc à la Fondation ARSEP - Crédits photos I.Leclerc

Irène Leclerc à la Fondation ARSEP – Crédits photos I.Leclerc

  • Irène, tu es responsable de la Fondation ARSEP depuis de nombreuses années. Peux-tu me dire en quoi consiste cette fondation ?

La Fondation ARSEP est une fondation d’aide à la recherche sur la sclérose en plaques (SEP). Il existe d’autres associations mais celle-ci est la seule basée sur la recherche. Grâce à des dons, elle promeut et finance des chercheurs pour travailler sur la SEP. Elle agit aussi sur la diffusion d’informations auprès des patients et des spécialistes que ce soit sur les avancées médicales, scientifiques ou thérapeutiques.
Enfin, et sans cela rien ne serait possible, elle organise de nombreuses actions de sensibilisation du grand public afin de faire évoluer l’image de la maladie. Ces campagnes de sensibilisation permettent de communiquer auprès des citoyens et des pouvoirs publics, sur la maladie pour améliorer les connaissances et l’information en vue de lutter contre ce fléau.
Et rappelons-le, rien n’est faisable sans les 60 000 donateurs actifs, à nos bénévoles et à nos partenaires.

  • Comment t’es venu à titre personnel cette volonté de t’engager dans le milieu associatif ?

J’ai toujours été engagée dans le milieu associatif ayant des parents déjà bien impliqués. Dès l’âge de 15 ans, je donnais des cours de danse au Foyer Laïc d’Education Populaire (FLEP) de Romagnat. Je suis ensuite devenue membre du bureau de la section danse et enfin Présidente.
Par ailleurs, j’ai aussi enseigné le catéchisme.
Mais ce n’est que 8ans après le diagnostic de ma SEP que j’ai décidé de m’engager dans la fondation afin de pouvoir faire ce que j’ai toujours fait dans le milieu associatif : partager de mon temps et de mon expérience pour les autres. Dans le cas de la fondation, ce partage est d’autant plus fort car on ne subit pas la maladie de la même façon et on n’a pas tous la chance d’être soutenu par ses proches, comme je le suis depuis des années. Mais au-delà de l’échange pour se battre contre la maladie, l’objectif de mon engagement est aussi de faire connaître cette maladie à travers des manifestations de différentes sortes, permettant d’acquérir des fonds pour financer la recherche.

 Equipe de l'ARSEP Auvergne - Crédits photos I.Leclerc

Equipe de l’ARSEP Auvergne – Crédits photos I.Leclerc

  • Que peut-on te souhaiter dans tes combats à venir pour informer et sensibiliser sur la Sclérose En Plaques (SEP) ?

J’aimerais que les gens prennent conscience que la SEP est une maladie grave et invalidante. Ce n’est pas parce qu’à certains moments on parait en forme que l’on n’est pas malade comme certains peuvent le croire.
J’aimerais aussi que les gens sachent que, contrairement aux idées reçues et grâce à la recherche, on a pu constater qu’elle ne touche pas que les adultes mais aussi de nombreux enfants.
Par ailleurs, il faut que les gens intègrent qu’il y a différents stades et types de SEP. En effet, on peut presque dire qu’une personne est égale à une SEP : la personne peut être en fauteuil, avec une canne, sans canne…
Enfin, il y a un véritable travail à avoir sur la manière dont le médecin doit informer le patient sur sa contraction d’une SEP. Malheureusement, il y a encore trop de médecins le faisant par téléphone ou courrier, ce qui est scandaleux : laisser un malade seul face à cette annonce, c’est très dure ! C’est pourquoi, de nombreuses personnes travaillent sur la mise en place d’un carnet du malade et une éducation thérapeutique, comme ce fut le cas pour l’Alzheimer (qui a été un vrai succès). Cela permettra d’éviter que les nouveaux malades et leurs proches aillent piocher des informations, souvent mauvaises et/ou catastrophiques sur internet.
J’aimerais finir cette interview en vous appelant à venir aux différents évènements que nous allons organiser en cette fin d’année et début d’année 2016 par une citation de Simone de Beauvoir :
« Toute douleur déchire, mais ce qui la rend intolérable, c’est que celui qui la subit se sent séparé du monde ; partagée, elle cesse d’être en exil. » (Tout Compte Fait, 1972)

CALENDRIER DES EVENEMENTS A VENIR :
Thé dansant le 29 novembre à Romagnat
Théâtre le 16 mars 2016 à Veyre-Monton
Semaine de la SEP à Romagnat du 22 au 29 mai 2016
N’hésitez pas à contacter Irène LECLERC-GONZALEZ (Déléguée régionale Auvergne de la fondation ARSEP et Fondatrice du Comité Sourire Espoir Patience) que vous soyez atteint de la SEP ou que vous vouliez donner un coup de main :
06 61 40 37 29 ou 04 73 27 70 59
Mail : arsep.romagnat@orange.fr
Site internet : http://comité-sep.doomby.com
Adresse postale : 35 boulevard du Chauffour 63540 ROMAGNAT

Fondation ARSEP - Crédits photos Fondation ARSEP

Fondation ARSEP – Crédits photos Fondation ARSEP

32ème édition des Journées Européennes du Patrimoine : Une réussite populaire

Cette année, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine du 19 et 20 septembre dernier, mes choix ont été portés par l’histoire de notre patrimoine local. En effet, j’ai souhaité faire comme une grande partie des Français : me presser dans des lieux de pouvoirs. Ces lieux, mystérieux pour nombreux de nos citoyens et pouvant faire l’objet de fantasmes, sont très prisés. A titre d’exemples : à l’Elysée, il fallait faire la queue pendant plus de 4h pour pouvoir y rentrer et l’Assemblée Nationale et le Sénat ont accueilli plus de 35.000 visiteurs à eux deux, alors même que ces deux lieux sont visitables sans aucuns problèmes tout au long de l’année.

Pour ma part, j’ai décidé de participer à deux visites organisées : celle de la Préfecture de Région d’Auvergne et celle de la Mairie de Clermont-Ferrand.

La préfecture, représentante du pouvoir de l’Etat dans les territoires, est très peu connue et souvent réduite pour les citoyens au bâtiment moderne où ils font la majorité de leurs démarches administratives. Mais le bâtiment amiral est celui composé d’anciennes pierres de Volvic, au dessus des arcades du boulevard Desaix. Ce bâtiment qui fut à la fois un bien ecclésiastique, un bien départementale puis un bien d’Etat.

Jardin de la Préfecture - Crédits photos A.C.

Jardin de la Préfecture – Crédits photos A.C.

En effet, basée sur un ancien monastère dont la Chapelle des Cordeliers rappelle cette époque lointaine, la préfecture a, par le passé, longtemps abrité l’hôtel du département dont la salle du conseil est toujours visible et utilisé pour de grandes réunions officielles.

En dehors de ce beau bâtiment purement fonctionnel mais majestueux par son histoire, un second bâtiment, intéressa beaucoup plus les visiteurs du jour : l’hôtel particulier du préfet. Celui-ci est inspiré des ministères parisiens, sûrement en guise de rappel sur le fait que la voix de l’Etat est portée par le Préfet. Faits drôle : de nombreux étonnements face à la beauté de ces lieux et leurs mises en avant de biens nationaux alors que cela n’étonne personne dans un château ou musée national qui sont aussi des vitrines de notre pays.

Pour la mairie de Clermont-Ferrand, rendez-vous était donné dans la cour intérieure, où notre guide jonglait entre les explications autour de la construction de ce bâtiment et entre les petits rappels historiques.

visite de la mairie de Clermont-Ferrand lors des JEP 2015 - Crédits photos A.C.

visite de la mairie de Clermont-Ferrand lors des JEP 2015 – Crédits photos A.C.

En effet, le bâtiment a eu par le passé trois fonctions différentes : mairie, tribunal et prison (cette dernière venant tout juste de fermer).

De la cour, à la salle des colonnes, en passant par la salle des pas perdues et la salle de mariage qui fut en des temps moins joyeux le théâtre de procès moins glorieux lors de la 2nde Guerre mondiale (on pense notamment à celui de deux hommes d’Etat bien connu: Jean Zay et Pierre Mendès France). Nous avons pu nous imprégniez de l’Histoire de ce haut-lieu clermontois où tout un chacun se bouscule en semaine pour des formalités administratives.

J’ai beaucoup apprécié ces deux visites qui furent très intéressantes. Sentiments partagés, je pense, par les 12 millions de français qui ont visité un ou plusieurs des plus de 17 000 sites contemporains ou historiques (lieux de pouvoir, musées, châteaux ou hôtels particuliers, édifices maritimes ou fluviaux…) ou participé à près de 26 000 animations dédiées sur l’ensemble de la France.

Espérons que la 33ème édition des journées européennes du patrimoine sera toujours aussi suivie que cela soit en France ou dans les cinquante pays européens y participant !

Affiche journées européennes du patrimoine 2015 - Crédits photos Ministère de la Culture

Affiche journées européennes du patrimoine 2015 – Crédits photos Ministère de la Culture

Prolongation des inscriptions sur les listes électorales: une chance à saisir!

Le Parlement, à l’initiative des élus socialistes, a souhaité élargir la période d’inscription sur les listes électorales afin de permettre, notamment ceux qui arrivent dans une nouvelle ville cette année, de pouvoir s’inscrire sur les listes près de chez eux et de voter en décembre pour les élections régionales.

Cette mesure permet aussi de s’inscrire jusqu’au 30 septembre prochain pour :

  • ceux qui ont déménagé depuis le 1er janvier,
  • ceux qui ont obtenu le droit de vote
  • ou ceux qui n’étaient tout simplement pas encore inscrits sur les listes électorales.

Ils pourront ainsi glisser un bulletin de vote dans l’urne en décembre prochain. C’est exceptionnel et c’est une chance pour permettre à un maximum de personnes de voter malgré leurs changements de situation. En effet, selon une étude, en 2012, 6,5 millions d’électeurs sur les 46 millions étaient considérés comme mal-inscrits. Cela est dû à leurs changements de domicile dans l’année (66% des cas de mal-inscrits) et touche donc en particulier les jeunes qui déménagent pour leurs études en septembre.

Par ailleurs, je trouve très bien et dans l’ère du temps, une proposition du rapport à l’initiative de cette mesure, qui est d’assouplir le calendrier électoral en proposant ainsi de ramener le délai d’inscription à « 45 jours avant le scrutin pour toutes les élections »: Le changement est en route pour une adaptation des règles électorales par rapport aux nouveaux rythmes de la société. A nous de transformer l’essai en faisant cette dérogation une règle, ce qui serait une première sous la Ve République.

Alors avis aux retardataires : il ne vous reste plus que quelques jours pour vous inscrire sur les listes électorales dans votre commune ou sur internet.

Vous pourrez ainsi voter et donner votre avis aux élections régionales « nouveau format » du 6 et 13 décembre prochain !

Campagne gouvernementale d'inscription sur les listes électorales - Crédits photos communication gouvernementale (SIG)

Campagne gouvernementale d’inscription sur les listes électorales – Crédits photos communication gouvernementale (SIG)

Pourquoi s’inscrire avant le 30 septembre 2015 ?

Les élections régionales de 2015 offrent aux citoyens l’occasion de désigner, au suffrage universel direct, leurs représentants qui agiront en leur nom pendant 5 ans, au Conseil Régional nouvelle génération.

Le vote de décembre verra les électeurs s’exprimer pour élire les conseillers régionaux d’Auvergne et de Rhône-Alpes réuni en une seule et unique nouvelle région.

Cette région sera étendue sur les 13 départements d’Auvergne et Rhône-Alpes soit 69 711 km2  et rassemblant 7 695 264 habitants (en 2012). Elle devient la 2ème région française pour la démographie et l’emploi après l’Ile-de-France.

Enfin les nouvelles compétences, concerne notre vie de tous les jours. En effet, la région est chef de file en matière économique, d’aménagement du territoire, d’éducation (les lycées), de formation professionnelle et de transports ferroviaires.

La Région peut également intervenir sur la protection du patrimoine, la gestion des réserves naturelles régionales, la mise en œuvre d’un plan régional pour la qualité de l’air et l’aménagement numérique du territoire.

Elles pourront aussi jouer un rôle de coordination en matière d’emploi, avoir un rôle moteur sur les questions environnementales.

Par contre, les compétences culture, sports, tourisme, éducation populaire et langues régionales seront gérées autant par les régions que par les départements.

Les détails pour s’inscrire : Site d’informations sur les modalités d’inscription sur les listes électorales

Trois questions à Nicolas AYRALD, co-fondateur et co-gérant de la société RABELOS

Lors de mon « trois questions à » de ce mois-ci, j’ai souhaité vous présenter mon ami Nicolas  AYRALD, co-fondateur et co-gérant de la société RABELOS. Outre, la saison estivale propice à l’utilisation d’huile d’olive (ce que propose l’entreprise de Nicolas), ce choix d’interview revêt une importance pour moi car j’ai soutenu le projet dès le départ. Bonne lecture !

  • Nicolas, tu es co-fondateur et co-gérant de l’entreprise RABELOS. Peux-tu nous parler de tes produits?

Tout d’abord, je souhaite bien mettre en avant notre ligne directrice pour nos produits : ils sont bio et portugais. Mais, l’élément le plus important à mes yeux est la provenance transparente, une origine claire et unique. J’insiste sur cet élément car bien souvent on ne connait pas la provenance des matières premières que l’on achète (simplement inconnue ou multiple).
Donc, nous proposons aujourd’hui plusieurs produits d’huile d’olive, positionnés sur des segments de distribution différents :
– Une marque très haut de gamme « RABELOS », distribuée dans certaine épiceries fines, points de vente bio et plusieurs restaurants étoilés de la région. L’objectif de cette marque est de faire découvrir qu’avec la même variété d’olive, il peut y avoir un goût totalement différent selon la période de récolte des olives.
– Une marque premium sous la marque « ORIGEM » (qui veut dire origine), distribuée dans des magasins de grande distribution d’Auvergne, Rhône-Alpes et Ile de France. L’objectif est de montrer qu’il est possible de faire une huile d’olive avec des olives de la même origine et cela en toute transparence. (Nous faisons partie des rares sur le marché à proposer une huile d’origine unique.)
En plus de l’huile d’olive, nous proposons aussi du vinaigre de vin.
Nous souhaitons à l’avenir élargir notre gamme, suite à la demande forte des consommateurs en termes de produits bio dont la provenance est clairement identifiée.

Nicolas Ayrald et Yannick Jouve co-gérant avec les produits Rabelos - Crédits Photos Rabelos

Nicolas Ayrald et Yannick Jouve, co-gérants avec les produits Rabelos – Crédits Photos Rabelos

  • J’ai pu voir les différentes étapes par lesquelles vous êtes passés pour créer votre entreprise. Trouves-tu qu’aujourd’hui, l’entrepreneuriat est suffisamment encouragé et soutenu en France et particulièrement en Auvergne ?

Oui, pour moi l’entrepreneuriat est suffisamment encouragé, en Auvergne tout particulièrement.
En créant notre entreprise, mes associés et moi-même avons pu constater le super travail qui est réalisé, en bonne intelligence et dans une véritable complémentarité, entre les organismes afin d’accompagner au mieux les porteurs de projets.
Pour notre part, nous avons été fortement soutenus par Auvergne Active, l’Agence Régionale de Développement des Territoires (ARDTA), l’Espace Info Jeunes, le Pôle Entrepreneuriat Etudiant Auvergne et la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Auvergne. Nous avons pu participer aux différents concours mis en place par certains de ces organismes. Primés à plusieurs reprises (Prix Etudiant Entrepreneur , Auverboost et le Concours Talents du BGE), cela nous a réellement permis de mettre en route notre projet d’entreprise.

Présentation de l'huile d'olive bio Rabelos - Crédits Photos Rabelos

Présentation de l’huile d’olive bio Rabelos – Crédits Photos Rabelos

  • Cela fait maintenant plus d’un an que vous avez lancé RABELOS avec tes associés. La marque a pris visiblement son envol. Quel bilan en tires-tu que ce soit sur le plan personnel et professionnel ?

D’un point de vue professionnel, j’en tire un bilan très satisfaisant : on est très content d’avoir lancé RABELOS, dont le développement rapide dépasse toutes nos attentes. Mais maintenant le challenge et objectif est de nous installer durablement en structurant l’entreprise afin de la pérenniser et continuer son développement.
D’un point de vue personnel, le lancement de notre entreprise a été très enrichissant pour moi. En effet, cela m’a permis une plus grande ouverture d’esprit. Créer son entreprise oblige aussi à ne jamais se reposer sur ses lauriers et toujours se remettre en question pour être à la pointe. Seule ombre au tableau : nous ne comptons pas nos heures et sommes donc peu disponibles pour nos proches.

Vous souhaitez dénicher les huiles d’olive Rabelos ?
Cliquez sur ce lien pour voir la liste des marchés où ils sont présents et où ils auront le plaisir de vous conseiller :
http://www.rabelos.fr/category/venez-nous-rencontrer/