Retour sur la conférence avec le Consul Général d’Allemagne

Il y a un mois, j’ai eu la chance, en tant que président des Jeunes Européens Auvergne, de participer à une conférence au lycée Jeanne d’Arc à Clermont-Fd.

Cette conférence, organisée dans le cadre de la semaine franco-allemande, avait pour invité spécial le Consul général d’Allemagne, SE Klaus Ranner.

Il a rappelé que les relations franco-allemandes sont essentielles pour les deux pays et sont un modèle de réconciliation pour de nombreux pays.

Il a aussi partagé son expertise et sa vision de cette période trouble dans laquelle se trouve le continent européen face aux différentes crises : économique, environnementale, sociale et humanitaire.

Lors des différents échanges, il est ressorti que l’euroscepticisme se développe dans l’ensemble de l’Europe alors que, depuis 60ans, la vie quotidienne des européens s’est améliorée grâce à l’UE. Le problème évoqué est le manque de vision politique, d’un vrai projet de vie entre européens, et, bien souvent, dû à un manque de communication autour des actions de l’UE (ex : encore dernièrement la fin du roaming pour la téléphonie, l’indemnisation des retards de trains SNCF…).

fb_img_1488219114326

Pour ma part, j’ai profité de ces échanges pour rappeler les activités et combats que nous portons aux Jeunes Européens, avec notamment la campagne pour un véritable service public de l’Information en Europe.

Enfin, on a pu constaté une envie d’Europe mais d’une autre Europe, plus intégrée, plus proche des citoyens, sortant des discours seulement économiques, une Europe forte et sérieuse qui pourra faire face ensemble au Brexit et à l’isolationnisme américain qui va entrainer une situation inédite dans le monde.

Cet échange, tant avec le Consul Général d’Allemagne qu’avec les lycéens et étudiants, a été très prolifique et, d’ailleurs, a permis de tisser des liens avec le Parlement Européen des Jeunes ou avec les étudiants franco-allemands avec qui nous avons organisé avant-hier un euro-quizz pour « mieux connaitre l’Europe des 28 ».

Publicités

Décès d’Helmut SCHMIDT : l’Europe perd un de ses plus grands défenseurs

Helmut Schmidt

Helmut Schmidt

A la veille des cérémonies du 11 novembre, date de l’armistice de la Première guerre mondiale, l’ancien chancelier allemand, Helmut SCHMIDT, s’est éteint à l’âge de 96 ans.

Homme fort de la République Fédérale Allemande des années 1970, il a prouvé son grand sens de l’Etat, son expertise et sa vision en servant son pays en tant que ministre de la défense puis de l’économie et enfin des finances.

Né à la fin de la Première guerre mondiale et ayant participé à la seconde guerre mondiale, il savait à quel point l’union des peuples européens était primordiale pour notre continent.

Cette grande figure du Social Democratic Party (SPD) et de la social-démocratie européenne a été un des artisans du couple franco-allemand. Il a toujours fait primer l’intérêt européen que ce soit en étant au pouvoir ou dans l’opposition.

Jusqu’à son dernier souffle, il prit la parole pour rappeler à ses concitoyens que c’était dans l’Europe, et non en dehors de celle-ci, que l’avenir s’inscrit. L’Allemagne et l’Europe viennent de perdre une véritable instance morale qui manquera notamment en cette période trouble dans laquelle se trouve le continent européen face aux différentes crises : économiques, environnementales, sociales et humanitaire.

Enfin, je pense forcément aux camarades allemands qui pleurent ce grand homme qui a consacré sa vie à l’Allemagne et beaucoup fait pour l’Europe mais aussi pour son parti.