Voter c’est décider pour votre avenir !

Il ne vous reste plus que quelques jours pour vous décider à aller voter et pour qui à l’élection présidentielle.

Ce vote vous offre le choix de désigner, au suffrage universel direct, le Président de la République, qui  agira en notre nom pendant 5 ans à la tête de notre pays, la France.
Même si voter n’est pas obligatoire, c’est un devoir civique individuel et collectif.
En effet, de nombreux français sont morts pour pouvoir voter : en 1789 pour les hommes et seulement depuis soixante-dix ans pour les femmes. N’oublions pas qu’il y a encore certains pays où la population n’a pas ce droit et se bat pour l’obtenir.

Pour les chanceux qui sont en vacances, pour les fans de l’ASM qui seront à Lyon pour la demi-finale de coupe d’Europe ou enfin tout simplement ceux qui ne pourront pas participer au vote dimanche,  il ne vous reste plus que quelques jours pour faire une procuration.

Pour cela, rien de plus simple :

–          Choisir une personne qui vote dans votre commune (mais pas forcément dans le même bureau) ;

–          Télécharger et remplir le document Cerfa pour les procurations (accessible aussi en mairie, gendarmerie, commissariat, ou Tribunal d’instance)

–          Se munir de sa carte d’identité

–          Déposer votre procuration à la gendarmerie (ou commissariat) la plus proche ou au tribunal d’instance le plus vite possible

–          Prévenir la personne à qui vous avez donné procuration en lui indiquant votre bureau de vote

Grâce à ce geste, qui est très rapide, votre voix sera entendue.

Quant au vote, c’est votre choix mais je vous incite à lire les projets et à prendre du recul pour savoir qui protègera notre démocratie, nos emplois, nos services publics et notre environnement.

Affiche officielle de Benoit Hamon pour l’élection présidentielle de 2017 #Hamon2017

Pour ma part, je voterai pour Benoit Hamon pour plusieurs raisons :

Il se met dans la droite ligne des 5 ans du quinquennat, en matière de lutte pour plus de transparence politique, pour la transition écologique et pour plus d’Europe.

Il a une vision d’avenir en voulant doubler la part de l’Economie sociale et Solidaire, faire évoluer l’agriculture vers un retour à la source du produire sainement, de qualité et en circuit-court.

Il a aussi une vision d’avenir concernant la robotisation de notre société et de nos moyens de production, la reconnaissance de l’épuisement professionnel, la dangerosité des perturbateurs endocriniens et pesticides pour notre santé.

Je pourrais faire une liste plus exhaustive mais je vous invite plutôt à lire ses propositions et vous faire une idée par vous-même.

Votez et ne vous faites pas voler votre vote par les sondages. Votre voix comptera peut-être plus que jamais dans cette élection où certains sondages à l’appui cherche à convaincre les électeurs que l’élection est déjà jouée.

Bureau de vote  – Crédits photo A.C.

 

Publicités

Bernard Cazeneuve : un Homme d’Etat dont la France a besoin

Il y a une semaine, un grand Homme tirait sa révérence à l’Assemblée Nationale. En effet, il ne se représentera pas pour un 4ème mandat de député afin de laisser la place à une nouvelle génération, passant ainsi des paroles aux actes.

Il est la révélation du quinquennat de F. Hollande. En effet, personne ne le voyait devenir ministre et encore moins Premier ministre. L’ex-député-maire de Cherbourg, quinqua avec une image de pince-sans-rire, est  un homme brillant avec un art de la petite phrase et  de la répartie qui n’a rien à envier au Président.

B.Cazeneuve au 121ème congrès des sapeurs pompiers -crédits photos Perrin JC

B.Cazeneuve au 121ème congrès des sapeurs pompiers -crédits photos Perrin JC

Le couteau suisse du Gouvernement,  qui a été ministre délégué aux Affaires européennes puis ministre délégué au Budget, et enfin ministre de l’Intérieur a réussi partout où il est passé forçant parfois l’admiration de ses collègues. Face à toutes les épreuves – tant la crise européenne, que la situation post-Cahuzac ou encore les attentats -, il a su être à la hauteur de la fonction en mettant toujours en avant l’intérêt général.

D’ailleurs sur l’Europe, Bernard Cazeneuve a  une position ancienne et constante prônant une « autre Europe » plus démocratique, moins libérale et plus solidaire entre les Etats-membres sur laquelle je le rejoins totalement. C’est pourquoi, en 2005, il était un fervent opposant au traité constitutionnel européen, puis au traité de Lisbonne en 2008 qui, pour lui, étaient le divorce assurée des peuples avec l’Europe. Avec du recul, on peut voir qu’il avait raison.

Enfin, mitterrandien tant sur le fond que sur la forme, il croit en l’intelligence des citoyens et leur civisme pour protéger la République. En témoigne son dernier discours à l’Assemblée : brillant, comme à son habitude mais aussi émouvant ce qui l’est beaucoup moins, dans lequel il y a rappelé le bilan de notre quinquennat.

Dans cette période trouble où notre République est en grand danger, cela devrait pouvoir inspirer certains.

A titre plus personnel, c’est une fierté d’avoir pu le rencontrer et de faire partie de la même famille politique.

Pour conclure, j’espère que le camarade Bernard Cazeneuve ce grand serviteur de la République restera présent sur la scène nationale dans les années à venir car je crois qu’il a un rôle majeur à jouer.

Bernard Cazeneuve et moi en 2012 pour un meeting à Veyre-Monton

Bernard Cazeneuve et moi en 2012 pour un meeting à Veyre-Monton

Rio 2016 : des jeux et des enjeux

Logo des Jeux Olympiques 2016 à Rio - Crédits photo CIO

Logo des Jeux Olympiques 2016 à Rio – Crédits photo CIO

Un mois après la fin des Jeux Olympiques et Paralympiques de Rio de Janeiro, nous pouvons nous réjouir de la véritable réussite pour l’équipe de France que ce soit les athlètes valides avec plus de 42 médailles – un record ! – (10 or, 18 argent et 14 bronze) ou que ce soit les athlètes paralympiques avec 28 médailles (9 or, 5 argent et 14 bronze).

Mais il ne faut pas occulter que cette fête mondiale du sport a failli être un fiasco avec les nombreux retards de travaux, l’explosion des coûts de ces derniers et du coup le non financement d’une partie des Jeux Paralympiques (certaines petites délégations n’ayant pu participer).

Il ne faut pas occulter non plus, le problème et paradoxe récurrent des évènements sportifs internationaux dans certains pays où la population est assez pauvre. Les brésiliens ont fortement financés les installations et équipements des jeux olympiques sans en voir véritablement les bénéfices dans leur vie de tous les jours et sans pouvoir profiter pleinement des jeux.

Il est donc nécessaire que les organismes internationaux et les pays mènent une véritable réflexion pour mettre fin à cette manière de faire qui aboutit à un fort endettement des pays pour des installations rarement réutilisées et qui deviennent des friches comme notamment ceux réalisés à Athènes en 2004.

Réception de médailles olympiques et paralympiques de Rio 2016 à l'Elysée - Crédits photo Elysée

Réception de médailles olympiques et paralympiques de Rio 2016 à l’Elysée – Crédits photo Elysée

Pour en revenir au sport, au-delà de la mise en lumière des bons résultats de l’équipe de France olympique, je souhaite mettre en lumière aussi l’esprit paralympique.

Grâce à France télévisions qui a diffusé pendant plus de 100 heures les jeux paralympiques, nous avons pu rêver et surtout voir à quel point la volonté permet de faire de grandes choses quelques soient les problématiques et le handicap. Nous avons aussi pu voir que le sport permet à ces athlètes de prendre leur revanche sur la vie et de lutter contre des préjugés qui font du handicap un incapacitant à toute activité normal telle que le travail ou le sport.

De plus, France Télévisions a cherché à être le plus pédagogique possible pour expliquer les adaptations des sports que l’on connait aux différents handicaps des athlètes ainsi qu’aux différents niveaux de handicap. De quoi faire découvrir au plus grand nombre le sport paralympique et valoriser les performances sportives au même titre que pour les athlètes valides.

Enfin, en plus de nous donner une belle tranche de vie, les jeux paralympiques ont donné une bonne leçon éthique aux jeux olympiques et au CIO, en suspendant le Comité paralympique russe et l’ensemble de ses athlètes, à la suite du scandale de dopage d’Etat qui a vu le jour plusieurs mois avant les jeux.

Logo de la candidature au JO 2014 de Paris

Logo de la candidature au JO 2014 de Paris

Espérons maintenant que la France et Paris seront retenues pour organiser les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024 afin de mettre un peu plus en valeur les sportifs qu’ils soient valides ou non et l’amour de leurs sports. Cet évènement permettra à n’en pas douter à certaines personnes de sauter le pas pour se mettre au sport.
Je le souhaite aussi parce que l’impact d’un tel évènement a été réfléchi dans une volonté affichée de long terme et non ponctuelle pour l’évènement.

 

Loi biodiversité : de la parole aux actes

Le 20 juillet 2016, le projet de loi relatif à la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, plus connue sous le nom de « Loi biodiversité », a été adopté définitivement et promulgué dans la foulée le 8 août.

Cette loi ambitieuse qui intervient après la loi sur la transition énergétique a pour objectif de pourvoir les territoires d’outils afin de lutter contre la destruction de la faune et de la flore et trouver un bon équilibre entre la biodiversité et l’activité humaine.

L’objectif est le même que celui de la loi sur la transition énergétique, c’est-à-dire ne pas opposer protection de la biodiversité et activités humaines, l’Homme ayant besoin d’une planète en bonne santé pour bien vivre et cela passe par cette recherche d’harmonie avec la nature.

Trop peu mise en avant, la dégradation de la biodiversité a atteint un stade critique. L’exemple de la faune est parlant : en seulement 40 ans, c’est un peu plus de la moitié des animaux sauvages qui ont disparu, principalement du fait des activités humaines.

Vue sur Romagnat et ses vignes - crédits A.C.

Vue sur Romagnat et ses vignes – crédits A.C.

Pourtant, la biodiversité nous rend des services aussi importants que méconnus, car ils nous sont indispensables. Ainsi, la biodiversité est une source dans laquelle nous puisons pour tirer notre nourriture, notre eau, et la plupart de nos médicaments en sont issus. Elle permet de stocker le carbone, de produire notre oxygène, de filtrer l’eau, ou encore de limiter les risques d’inondation.

Petit rappel des grandes lignes de cette loi :

  • Instauration d’un régime de réparation du préjudice écologique pour renforcer le principe jurisprudentiel de « pollueur payeur » dans la loi.
  • Inscription dans le droit que la protection de l’environnement ne peut faire l’objet que d’une amélioration constante.
  • Création d’un nouvel opérateur : l’Agence Française pour la Biodiversité qui sera le résultat de la fusion des quatre organismes engagés dans les politiques de la biodiversité : l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques, l’Agence des aires marines protégées, l’établissement des Parcs nationaux de France et l’Atelier technique des espaces naturels. Elle sera opérationnelle au 1er janvier 2017 et sera un partenaire des collectivités, entreprises et associations pour la préservation, la gestion et la restauration de la biodiversité.
  • Intégrer la dimension environnementale dans l’urbanisation commerciale (végétalisation de toitures, installation de production d’énergies renouvelables et lutte contre l’artificialisation des sols avec les aires de parkings…).
  • Protection de la biodiversité marine est renforcée (création de la 5ème plus grande réserve marine du monde dans les eaux des Terres Australes Françaises ;  mise en place de « zones de conservation halieutique » ; plan d’actions pour la protection des mangroves et récifs coralliens de nos Outre-mers…).
  • Donner une valeur législative au principe de solidarité écologique et appliquer à la biodiversité le principe d’action préventive.
  • Réaffirmation que la nature appartient à tous à travers l’interdiction du brevetage des produits issus du bio mais aussi la préservation de la possibilité d’échange gratuits entre agriculteurs, de semence végétales non inscrites au catalogue officiel des semences végétales (allant à l’encontre de ce que souhaitent les industriels).
  • Réduction du plastique : après les sacs plastiques, c’est au tour des produits contenants des microbilles et les cotons tiges en plastiques qui seront interdits pour réduire les déchets plastiques en mer.
  • Durcissement dans la lutte contre les pesticides nocifs pour les pollinisateurs, la nature et les humaines avec l’interdiction des très controversés pesticides néo-nicotinoïdes dès le 1er janvier 2018.
  • Renforcement de l’arsenal pour lutter contre la biopiraterie, l’accaparement des ressources génétiques naturelles et le trafic d’espèces.

La loi, qui s’ajoute à la loi sur la transition énergétique, sans oublier la réussite de la COP 21 en laquelle personne ne croyait, montre qu’au-delà des paroles et des grands débats philosophiques – dont certains sont adeptes pour donner des bons points écologistes -, le Gouvernement et les socialistes sont véritablement passés à la social-écologie et des paroles aux actes.

image COP 21 jeunes pousses PS

Si, à gauche, des personnes trouvent que ça ne va pas assez vite et assez loin, il ne faut pas fermer les yeux sur la ligne de la droite et de l’extrême droite ; celles-ci n’arrivent pas ou ne veulent pas mesurer les enjeux du réchauffement climatique et de la destruction accélérée depuis des dizaines d’années de notre biodiversité. Ces droites préfèrent à l’intérêt général, la défense d’intérêts particuliers et plus particulièrement ceux des pollueurs qui hypothèquent depuis des années l’avenir de notre planète.

Enfin, au-delà de l’adoption de cette nouvelle loi qui aura – j’en suis sûr – un résultat bénéfique sur la protection de la biodiversité, je tiens à féliciter Anne HIDALGO, la maire de Paris qui vient d’être élue Présidente de Cities Climate Leadership Group (C40). Ce réseau de 85 villes (représentant 650 millions d’habitants et 25% du PIB mondial) a pour objectif la lutte contre le réchauffement climatique.

Patrimoine mondial de l’Unesco : La chaîne des Puys doit transformer l’essai

cropped-vue-sur-la-chaine-des-puys-photo-anthony.jpg

Après plusieurs semaines d’attente, avait lieu dimanche le traitement de la candidature de la Chaîne des Puys et de la Faille de Limagne au Patrimoine Mondial de l’UNESCO par le 40ème Comité du Patrimoine Mondial. Malgré l’actualité très tendue en Turquie (où avait lieu l’étude des dossiers), le comité a siégé malgré des débats écourtés pour examiner les différentes propositions qui lui ont été soumis.

Le dossier de la Chaine des Puys était mal engagé suite au nouveau rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Celle-ci n’a pas voulu déjuger son premier diagnostic alors même que le Département du Puy-de-Dôme et l’Etat français avaient suivi ses recommandations pour améliorer le dossier. Un fort travail de lobbying de l’Etat français, auprès des différents membres du comité, a permis tout de même de franchir une nouvelle étape avec la reconnaissance du potentiel de valeur universelle du site présenté. Mais de la même manière que la « candidature Le Corbusier » (inscrite dimanche au bout du 3ème essai), la Chaîne des Puys doit encore améliorer son dossier avec un dernier travail additionnel concernant la gestion du site. Par ailleurs, les carrières actives, qui étaient inclues dans le site, ont fortement agité les débats des membres du comité et devront par conséquent être exclus du site de la Chaine des Puys et de la Faille de Limagne.

Pour la petite histoire, les auvergnats n’iront pas en vacances en Finlande au vu de la forte opposition de sa représentante au comité au dossier de la Chaine des Puys.

Cette décision de renvoi, prise dans la douleur et sûrement prise grâce à une diplomatie française très active, acte que le site de la Chaîne des Puys et de la Faille de Limagne pourra, si toutes les recommandations sont respectées, se voir inscrire au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Enfin, je souhaite féliciter l’ensemble des élus, agents du Département, citoyens, chercheurs et entreprises puydomoises qui se sont mobilisés pour permettre à cette candidature d’être renvoyée et non pas rejetée comme le souhaitait l’UICN.

Il est plus que jamais important de maintenir et accentuer le soutien de toute la population à cette candidature portée par le Département du Puy-de-Dôme depuis presque dix ans et qui a maintenant de forte chance d’aboutir pour partager notre patrimoine avec le monde entier et non plus le garder secrètement rien que pour nous.