J-1 pour s’inscrire sur les listes électorales et décider de votre avenir !

 

Il ne vous reste plus que 24 heures pour vous inscrire sur les listes électorales dans votre commune ou sur internet et ainsi pouvoir voter aux élections municipales des 15 et 22 mars prochains !

Alors, pourquoi s’inscrire avant le 7 février 2020?

Les élections municipales offrent aux citoyens l’occasion de désigner, au suffrage universel direct, leurs représentants qui agiront en leur nom pendant 6 ans, au conseil municipal et conseil communautaire.
Même si voter n’est pas obligatoire, c’est un devoir civique individuel et collectif. A une période où la jeunesse se mobilise dans la rue pour son avenir, il est nécessaire que cette mobilisation se transforme dans les urnes.

045e6621-66c0-4195-9bf6-1a2284b727d5-zoom

Pourquoi voter en 2020 ?

Selon les personnes qui seront élues, les actions de votre commune seront réorientées et auront donc un impact sur votre vie quotidienne.

Voter pour les élections municipales, c’est voter pour une collectivité qui vous accompagne tout au long de votre vie. Elle bénéficie de la clause de compétence générale lui permettant de gérer toutes les affaires d’intérêt communal relevant de leur niveau mais elle a des compétences plus spécifiques comme:

– état civil (naissance, mariage, divorce, décès).
– ordre public local (police municipale…)
– urbanisme et maîtrise des sols (plan local d’urbanisme – délivrance des permis de construire) ;
– logement
– aide sociale avec notamment les centres communaux d’action sociale (CCAS)
– gestion des écoles élémentaires et maternelles ;
– culture et patrimoine
– tourisme et sport (campings, équipements sportifs…)
A noter, que la loi du 7 août 2015 portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe) a renforcé les compétences optionnelles et obligatoires transférées de la commune à l’intercommunalité.
Listes_electorales_inscription_2020_580x438_site-1024x649

Bonne et heureuse année 2020, année d’engagement

J’ai souhaité attendre le dernier jour de janvier pour vous souhaitez mes vœux.
Tout d’abord car ce soir est un jour symbolique avec la fin d’une histoire d’amour de près de 50 ans qui, dès le début, fût compliquée.

En effet, avant-hier, le Parlement européen a ratifié le traité de retrait du Royaume-Uni de l’Union Européenne à une très large majorité. Cette dernière étape majeure dans la ratification de l’accord survient trois ans et demi après le référendum sur le Brexit.

Cette sortie est avant tout un échec de l’Union Européenne, un signal de plus que les citoyens se détournent du projet européen, qui semble pour eux ne servir qu’à une minorité et non à l’ensemble des citoyens. Cette sortie doit donc entraîner la fin des régimes d’exceptions de l’Europe à la carte (dont a profité largement le Royaume-Uni) et la règle de l’unanimité qui bloque toute évolution. Elle doit entraîner le début d’une réforme de l’Europe, pour être proche des citoyens en étant plus sociale et plus écologique.
Je reformule donc les vœux faits en 2017 pour l’Europe : soyons collectivement et individuellement fiers d’être européens et que nous nous battions pour l’Europe. Cette entité n’est pas parfaite mais est à un tournant où le peuple européen peut s’en emparer et la façonner pour qu’elle soit plus démocratique et au service des citoyens.
En France, je formule le vœux que, face à la forte mobilisation citoyenne, le gouvernement et sa majorité parlementaire arrêtent de vouloir casser notre système social et nos services publics. Force est de constater, qu’au contraire, ils accélèrent avec il y a quelques jours une nouvelle ignominie : le rejet d’une proposition de loi visant à étendre le congé exceptionnel pour décès d’enfants de 5 à 12 jours (fait rare en France : 3000 situations pour 40 millions d’actifs). Un des arguments de LREM correspond à ne pas affaiblir économiquement les entreprises alors que ce texte était porté par la droite – pourtant pro-patronat. Cela ne rassure pas sur le côté progressiste de la majorité présidentielle.
Mon vœu social est donc une année 2020 pleine d’espoir, d’engagements et de mobilisation pour la défense de nos acquis contre ce gouvernement, dans la droite ligne de la mobilisation 2019 et début 2020. En effet, c’est de la mobilisation populaire (soutenue et accompagnée par les partis politiques de gauche) que les combats de nos aïeuls ont été victorieux et nous permettent de profiter encore de congés payés, de la sécurité sociale…
Enfin, en mars, auront lieu les élections municipales. Ce sera donc une année importante pour notre pays et nos territoires dont l’avenir sera entre les mains de chaque électeur et électrice.

Les hommes et femmes politiques et les citoyennes et citoyens devront être à la hauteur de ces échéances car ces élections vont opposer différentes visions de société et de développement de nos territoires.
C’est pourquoi, il est important de faire attention au vote que nous ferons, à un moment où certains soutiens du gouvernement avancent cachés. En effet, comment faire confiance à ces soutiens de la casse de notre modèle social et nos services publics auxquels nous sommes attachés.

Mon vœu électoral en 2020 est donc que chacun réfléchisse bien à son vote les 15 et 22 mars prochains avec en ligne de mire d’élire des personnes pour le progrès social et environnemental, ayant une vraie vision de développement de nos territoires et non pas une vision de déclin pour enrichir un peu plus une infime partie du pays.

Brexit in or out

Brexit – catholicherald

8 mai : Commémoration de la paix en Europe depuis 74 ans

J’ai participé, comme chaque année, à la commémoration de l’armistice de la Seconde Guerre Mondiale. Tant à Romagnat qu’à Aubière, et malgré une météo capricieuse, la mobilisation citoyenne était au rendez-vous.

Il est pour moi important d’être présent chaque année pour honorer la mémoire des nombreux français, européens et citoyens du monde qui sont tombés lors de la guerre la plus mortelle du 20ème siècle. Militaires et civils ont payé chèrement cette guerre, c’est pourquoi il est important de se rappeler collectivement ce qui a entrainé ces nombreux morts et blessés il y a plus de 70 ans.

Cette journée est la fête de la paix, de la victoire, de la liberté sur la dictature, celle de la tolérance sur le racisme et l’antisémitisme.

Cérémonie du 8 mai à Aubière

Cérémonie du 8 mai à Aubière – Crédits A.C

Le 8 mai doit rappeler à tous que si nous ne faisons pas attention, l’histoire pourrait se rappeler à nos mauvais souvenirs car si nous n’agissons pas elle n’est qu’un éternel recommencement. A nous de rendre dignement, au-delà de simple mots, hommage à ces hommes et femmes morts pour la France, morts pour une Europe de la paix et un monde où l’on peut vivre tous ensemble.

À la veille de la fête de l’Europe et à quelques jours des élections européennes, il nous faut réagir face à des politiciens qui cherchent à instrumentaliser l’Europe dans un simple combat national et opposant les forces du bien aux forces du mal. Cette Europe qui a permis plus de 70 ans de paix sur son continent mais aussi de nombreuses avancées pour les peuples qui la composent.

Enfin, je me réjouis d’avoir vu tant à Romagnat qu’à Aubière de nombreux jeunes des écoles à ces commémorations. C’est un signe du très bon travail de sensibilisation des enseignants qui est plus que nécessaire en ces temps troubles des « fakes news », des montées des populismes et de certains qui instrumentalisent à des fins politiciennes le populisme et l’élection européenne.

Cérémonie du 8 mai à Romagnat

Cérémonie du 8 mai à Romagnat – Crédits A.C

Clermont l’européenne a accueilli l’université d’été des Jeunes Européens France

Réflexion participative des JEF

Réflexion participative des JEF lors de l’UEJE 2018

J’ai eu la chance en tant que président des Jeunes Européens Auvergne d’accueillir pour mes deux ans de mandat, l’université d’été des Jeunes Européens France à Clermont-Fd du 13 au 16 septembre derniers.

Plus de cent dix jeunes, venus de toute la France et d’Europe se sont installés à Clermont-Ferrand pour discuter d’Europe durant un weekend.

Ce temps important de l’association a été l’occasion de préparer l’année à venir en termes de réunions statutaires interne (Conseil d’Administration, Assemblée Générale) mais surtout de mener, durant tout le weekend, une réflexion sur la campagne et les actions militantes que l’association portera pour encourager les citoyens à prendre part aux élections européennes qui s’ouvrent.

Ainsi une simulation de parlement européen a été organisée le vendredi matin avec une centaine de lycéens auvergnats (Puy-de-Dôme et Haute-Loire). Cette dernière labellisée consultation citoyenne par le Ministère des Affaires Etrangères leur a permis de réfléchir et échanger sur 5 thématiques :

  • Zéro déchet
  • Gaspillage alimentaire
  • Travailleurs détachés
  • Congés parentaux
  • La lutte contre l’abstention aux élections européennes
Simulation de Parlement Européen UEJE 2018

Simulation de Parlement européen avec une centaine de lycéens lors de l’UEJE 2018 – Crédits photo Lucas.T

Afin de faire découvrir notre territoire, une promenade européenne de la ville eu lieu dans l’après-midi permettant aussi d’appréhender l’aide de l’Europe dans notre quotidien.

L’université d’été fut inaugurée officiellement par une réception en mairie par Monsieur le Maire où il a rappelé son engagement européen. Enfin, le vendredi soir avait lieu à l’Ecole de droit une conférence inaugurale “Elections européennes 2019 : Une occasion unique de changer l’Europe avec des intervenants très différents dans leur domaines de compétences (Christopher Dembik, responsable de la recherche macroéconomique à SaxoBank Monde, Christine Bertrand, doyen de l’Ecole de droit et Jean-Paul Besset, ancien eurodéputé et ancien rédacteur en chef du journal Le Monde) permettant des échanges de grande qualité.

Allocution UEJE 2018

Allocution lors de l’ouverture de l’UEJE 2018 à l’hôtel de ville de Clermont-Fd – crédits photos T.B

De plus, la section locale des Jeunes Européens Auvergne a profité de l’organisation de cet événement national pour proposer en amont  des rencontres qui ont réuni de nombreuses personnes intéressées:

  • lundi 10 septembre un ciné-débat autour de la crise des réfugiés. Avec la projection du film ASTRAL puis des échanges avec Mme MOULIER, Maitre de conférences en droit public, et M. DUBOIS, Maire de Pessat-Villeneuve.
  • mardi 11 septembre un café-débat Europe et Education, en partenariat avec le Centre d’Information Europe Direct Clermont Puy-de-Dôme qui a permis de nombreux échanges avec M. SUQUET, Délégué académique aux relations internationales et européennes, et Mme GUY-QUINT, ancienne députée européenne.
  • Mercredi 12 septembre une dégustation de fromages européens pour voir la diversité des produits existant au-delà des simples produits mondialement connus

Pour conclure, je suis très fier que notre section locale ait pu accueillir cet événement. C’est une formidable reconnaissance pour le travail des bénévoles auvergnats mené depuis deux ans pour relancer la section locale et rendre accessible l’Europe à tous. Enfin, c’est aussi la preuve qu’un travail conséquent a être réalisé pour bénéficier d’un soutien de chaque instant de nombreux partenaires et en particulier les collectivités locales.

Soirée lors de l'UEJE 2018

Photo souvenir lors de la soirée de l’UEJE 2018

 

 

Contre la mort du sport pour tous !

En entraineur de l'US Val de Couze Chambon

En entraineur de l’US Val de Couze Chambon – Crédits photos Thierry. R

J’ai signé la Pétition « Sport pour tous, tous pour le sport du Conseil National Olympiques et Sportifs Français (CNOSF) », qui s’oppose à une politique menée par le Gouvernement, en matière sportive. Je vous invite à en faire de même et à prendre du temps pour lire l’étude « les effets du mouvement sportif sur la société française et son économie ». Elle estime que le mouvement sportif français pèse 11,69 milliards d’euros, hors valorisation de la ressource humaine bénévole, appréciée dans une fourchette située entre 5 et 10 milliards d’euros.

 

Au-delà de cette signature, je tenais à rappeler certains éléments.

Le Gouvernement a annoncé fortement baisser le budget dédié au sport lors du débat budgétaire (loi de Finances 2019), quelques jours après le congrès du CNOSF qui a réuni 82 fédérations dont 34 olympiques (sur 36) et 65 comités régionaux et départementaux Olympique et Sportif (CROS et CDOS). Cela est tout bonnement inadmissible.

Du « formidable » concernant l’obtention des Jeux olympiques et paralympiques en 2024, nous passons au « désastre ».

Paris 2024 correspond au grand objectif du sport français d’atteindre 80 médailles olympiques. Comment atteindre cet objectif dans 6 ans quand, dans le même temps, il y a une baisse du budget des Sports pour 2018 de 7% et une annonce de baisse de plus de 6% pour 2019 ? Sans parler de la suppression de 1 600 postes d’éducateurs sportifs. C’est tout simplement impossible.

Bénévole associatif et notamment sportif à différents niveau, joueur, entraineur puis responsable depuis très jeune, je sais ce que le milieu sportif peut apporter. J’invite nos responsables politiques à venir y faire plus qu’un tour pour qu’ils se rendent compte de l’investissement de milliers de français pour nos jeunes.

Match de l'ASR Handball 2ème tour de la coupe de France

Match de l’ASRomagnat Handball 2ème tour de la coupe de France – Crédits A.C.

Sans ces milliers de clubs, grands ou petits, nous ne pouvons pas avoir de champions. Faut-il rappeler que tous, avant d’être des professionnels et de grands champions, sont passés par ces petites structures ? Des clubs qui structurent des villages ruraux, des villes et des quartiers populaires en permettant de tisser du lien social. Je tiens à rappeler au Gouvernement que les clubs sportifs amateurs ne sont pas utiles seulement pour faire un coup de communication à l’Elysée. Ils sont utiles pour former, porter, supporter et enfin sortir de nombreux jeunes prodiges comme N’Golo Kanté, qui jusqu’à 20 ans jouait en amateur.

En allant sur le terrain, ils verraient que c’est bien plus que du sport, c’est une école de la vie où l’on nous transmet des valeurs et où l’on forme des citoyens. Je n’arrive pas à comprendre le but de baisser les moyens alors qu’on vient d’obtenir l’organisation des JO.

Le sport est une véritable politique publique très bénéfique pour notre pays. Malheureusement, certains veulent assécher le mouvement sportif, le privatiser, dans ce culte de l’argent, empêchant ainsi que chacun et chacune, d’où qu’il ou elle vienne, ait accès au sport, qu’il soit de loisir ou de haut niveau.

La gauche au Gouvernement a toujours intégré le sport comme une véritable politique publique : De la célèbre taxe dite « Buffet » sur les droits de retransmissions sportives allant aux milieux amateurs, à l’accueil de nombreux évènements sportifs européens et international, la hausse de 20% des crédits pour le développement de la pratique sportive adaptée, la reconnaissance du sport comme un « facteur de prévention santé »  et la lutte contre le dopage.

Face à la montée en puissance de l’obésité, de la sédentarité et de l’individualisme, si la solution qu’apporte le gouvernement est de mettre à mal l’activité sportive et de laisser les gens dans leur canapé, je ne sais pas à quoi va ressembler notre société dans quelques années.

Pour conclure, je citerai un grand sportif Kévin Mayer, récent recordman du monde du décathlon, car je partage totalement ses interrogations : « J’ai peur pour l’avenir du sport français. J’ai toujours eu l’impression qu’on voulait de grands sportifs, mais qu’on ne s’en donnait pas les moyens ».

Match ORCA - Sassenage (stade M.Brun)

Match ORCA – Sassenage (stade M.Brun) – Crédits photos A.C.